Entreprendre Aujourd'hui n°140 avril 2012
Entreprendre Aujourd'hui n°140 avril 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°140 de avril 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : Rencontre avec Jean-Louis Dussard, patron pressé de Concept’Eco Energy qui a tout balayé sur son passage en quatre ans seulement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
Visite... Jean-Louis Brocart Photographe profesefonne/Repor,cffle IlhustrXipn Organisation de stages photo Librameit 4432#95991181 imfoilljneara.mat.NET
ESPACE ENTREPRISES > ITINERAIRE LA S.A. COMES BOIS est passée maître dans la manière de valoriser la ressource bois L’entreprise ardennaise vient tout récemment encore d’investir un million et demi d’euros à Bertrix ! Entreprendre : Comès Bois, avec une trentaine de salariés, un site d’exploitation vaste et bien équipé et une activité saine en plein essor, n’est plus aujourd’hui une petite entreprise. Vous mesurez aisément le chemin parcouru ? André Comès : Non seulement nous le mesurons, mais nous le vivons au jour le jour. De manière directe et concrète, avec des horaires lourds et un labeur de tous les instants. Mais ça va…'lm ne or alm..à• tad Chez Comès, à Bertrix, le bois est partout. De toutes essences, sous toutes les formes, de toutes tailles, pour les usages les plus larges et, parfois, les plus inattendus, pour des clients épars et même lointains. Il est, comme on l’imagine : massif, lourd, odorant, impressionnant… On le trouve d’abord dans le nom de l’entreprise, Comès Bois SA, mais aussi, et bien évidemment surtout, dans l’activité extraordinaire que ce matériau noble, symbole de l’Ardenne, permet de générer sur des marchés classiques ou plus originaux, voire dans de véritables niches. Et si l’exploitation forestière est un concept qui ne vous parle pas, passez ne fut-ce qu’une fois sur le vaste site d’exploitation de la PME familiale, l’intense activité et les mouvements incessants des grumes auront tôt fait de vous donner une idée (très) concrète de ce que l’on entend, en fait, en parlant de la valorisation du bois, qui englobe les étapes essentielles de ce que l’on appelle couramment la première transformation, autrement dit le passage de l’arbre sur pied jusqu’à son transfert vers un utilisateur final ou de milieu de chaîne. Passé la barrière qui ceint les cinq hectares sur lesquels s’est déployée l’entreprise, l’activité initiée par les frères Comès prend alors toute sa dimension. Les billons donnent le tournis, alignés sur des camions verts aux profils connus qui vont et viennent, suspendus aux grappins d’énormes engins de levage qui traitent, sérient Entreprendre : Pas même vingt ans derrière vous, l’aboutissement a été rapide, non ? André Comès : Ah, vous trouvez… Ce n’est pas aussi simple. Vous ne voyez ici que la partie émergée de l’iceberg, ce qui a fière allure et fait plaisir. Personnellement, je me souviens des différentes étapes et de l’investissement que nous avons consenti, mes frères et moi, pour que l’outil dont nous disposons aujourd’hui (et qui n’est pas encore, tel et manutentionnent des cubages exceptionnels, stockés et rangés par essences, par tailles, par commandes, déambulant à vitesse soutenue sur la ligne de découpe ultramoderne… On l’a dit, ici, le bois est effectivement partout. Et rien ne semble pouvoir arrêter la frénésie qui règne en ces lieux. Les commandes affluent, le bois entre et sort… et l’outil grandit. à tel point qu’en moins de vingt ans, l’entreprise ardennaise s’est imposée parmi les leaders de son secteur, de son métier. Songez que l’on traite désormais quotidiennement entre 500 et 600 mètres cubes de bois par jour sur ce site bertrigeois totalement privé et familial, soit l’équivalent de 15 à 20 semis, excusez du peu. Cette ascension fulgurante n’est cependant le fruit d’aucun hasard, d’aucune coïncidence. Entrés dans le bois comme d’autres entreraient en religion, les frères Comès ont en fait suivi une voie familiale qui avait déjà séduit leur père avant eux. André, l’aîné, sait de quoi il parle, il est d’ailleurs dans la profession depuis le milieu des années septante. Quant à ses frères, Thierry et Gérald, dire qu’ils n’ont jamais connu que le bois ne paraît même pas erroné tant ils lui vouent eux aussi le meilleur d’eux-mêmes, le premier toujours en forêt et le second à l’affût des meilleurs achats aux quatre coins de la province et jusqu’à une centaine de kilomètres à la ronde. Car l’exploitation forestière n’est en fait rien d’autre que ce que font ces trois frères avec beaucoup d’à-propos, à savoir acheter du bois, le façonner pour en faciliter le transport et l’utilisation, et puis le vendre. Simple, non ? Allez, venez, on vous invite à découvrir l’outil… quel, aussi abouti que ne le voudraient les frères Comès,ndlr) soit aussi performant. Pour synthétiser ma pensée, je dirais que cette petite vingtaine d’années, c’est le labeur d’une vie avec ce que cela suppose comme acquis nécessaires à envisager l’activité elle-même, et comme obligations et engagements pour le futur. Cela dit, cette entreprise est aussi notre fierté. » > Entreprendre Aujourd’hui N°140 - avril 2012 - 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :