Entreprendre Aujourd'hui n°139 mars 2012
Entreprendre Aujourd'hui n°139 mars 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°139 de mars 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 4,0 Mo

  • Dans ce numéro : De l’ossature classique aux parois d’un bâtiment sur plusieurs étages, le lamellé-collé permet(presque toutes les audaces… Rencontre avec Philippe Courtoy, Directeur général de Lamcol SA.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ESPACE ENTREPRISES > RENCONTRE Si avoir raison avant les autres n’est pas forcément gage de succès, être précurseur en son domaine offre à tout le moins de se ménager quelques « intéressantes » longueurs d’avance qui ne sont pas sans effets potentiels sur le développement de tout outil. En l’espèce, à l’échelle du Luxembourg belge comme sur la Wallonie toute entière, Lamcol fait largement figure d’icône avec son lamellé-collé, hier novateur, aujourd’hui devenu alternative classique au béton et à l’acier en poutres et charpentes. Reconnaissable au premier coup d’œil, le produit-phare de l’entreprise famennoise trône d’ailleurs de plus en plus souvent au-dessus de nos têtes, majestueux et rassurant, qu’il soit courbe, cintré ou rectiligne comme une « vulgaire » poutre traditionnelle, améliorant qui plus est la résistance mécanique par rapport à une pièce de bois massif. Constitué de tranches (lamelles) de bois aboutées, collées, séchées, rabotées, puis superposées par collage, suivant les formes exigées et les besoins identifiés en termes de section et de portée, le lamellé-collé (autrefois appelé lamé-cloué puis lamé-collé, au gré des techniques et des évolutions du produit,ndlr) est une réponse extraordinaire d’architectes et d’ingénieurs aux limites naturelles du matériau-bois, un produit rappelons-le directement dépendant des dimensions… de l’arbre. 6 - Entreprendre Aujourd’hui N°139 - mars 2012 De l’ossature classique aux parois d’un bâtiment sur plusieurs étages, le lamellé-collé permet (presque) toutes les audaces… Rencontre avec Philippe Courtoy, Directeur général, Lamcol SA Pour faire court, disons donc que ce produit s’inscrit dans une logique technique de dépassement des limites du matériau massif, ni plus ni moins. Mis en œuvre par des menuisiers et des charpentiers de manière artisanale depuis fort longtemps, il a petit à petit évolué, notamment au gré des innovations technologiques, sa résistance étant intrinsèquement liée à une mise en œuvre parfaite et au recours à des produits de collage de plus en plus performants et, ces dernières années, toujours plus écologiques. Depuis 1974, malgré les mutations de l’entreprise dans sa forme, son identité et ses outils, il a surtout permis à Lamcol de se tailler une réputation, des marchés et un know-how remarquables qui témoignent d’une véritable maîtrise de cette technique révolutionnaire autant qu’évidente. En 2012, comme les approches novatrices et les chantiers d’exception sont - et restent - une manière pour l’entreprise de se jouer de la concurrence et d’exister en tant que leader d’un marché toujours en croissance, Lamcol vient à nouveau de frapper fort en construisant l’un des premiers bâtiments à quatre étages en ossature-bois d’Europe, et en tout cas le premier sur le sol belge. Une fois de plus pionnière, l’entreprise marchoise, aussi présente cette année avec son matériau historique sur deux autres chantiers pour le moins médiatisés, à Libramont (Foire agricole) et à Liège (patinoire de Médiacité), signe un retour au-devant de la scène plutôt réussi avec un bâtiment bois qui devrait une fois encore la positionner tout en haut de l’affiche. Philippe Courtoy, Directeur général nous a reçus, porteur d’un message, d’une philosophie, d’une démarche. Rencontre…
ESPACE ENTREPRISES > RENCONTRE « Le lamellé-collé est aujourd’hui largement entré dans les approches classiques de la construction, nous cherchions donc d’autres niches novatrices pouvant s’avérer porteuses : le bâtiment en bois multiétages et les caissons de toiture isolants sont deux réponses efficaces pour une différenciation que nous attendons réussie… » Entreprendre : Lamcol est historiquement l’une des pionnières du lamellé-collé en Wallonie, en témoignent les chantiers exceptionnels réalisés en quarante ans, notamment dans plusieurs palais du Parc des expositions du Heysel. L’entreprise est bien dans les faits l’un des leaders du lamellé-collé en Belgique ? Philippe Courtoy : Une telle question suscite nécessairement le débat parce qu’elle véhicule de nombreuses notions, comme le nombre de réalisations, le chiffre d’affaires, la complexité des chantiers… Je préfère dire que nous sommes parmi les pionniers dans ce produit et que nous poursuivons de haute lutte une stratégie de chantiers exceptionnels au sens non classique du terme. Entreprendre : Est-ce à dire que Lamcol lorgne peu, voire pas du tout, vers le particulier ? Philippe Courtoy : Oui, tout à fait. Ce n’est ni la stratégie de l’entreprise, ni l’endroit de notre excellence, si l’on peut qualifier notre maîtrise professionnelle de la sorte. D’ailleurs, notre outil industriel n’est pas étudié pour « faire » du standard, alors que nos équipes - que ce soit le staff technique (ingénieurs et dessinateurs) ou les monteurs - sont constituées pour ne réaliser que des travaux qualifiés d’extraordinaires au sens littéral du terme. Entreprendre : Vous faites aujourd’hui partie du deuxième groupe de construction belge (le Groupe CFE,ndlr). Cela facilite-t-il les choses pour glaner des marchés ? Philippe Courtoy : Pas spécialement… Nous communiquons d’ailleurs peu en ce sens, ce regroupement répondant plutôt à une logique de déploiement de la part de CFE qui souhaitait posséder en son sein une unité comme la nôtre, disposant d’un savoir-faire reconnu dans le matériaubois. Notre know-how est reconnu par la diversité et la complexité des chantiers et, évidemment, par quatre décennies d’expérience. Entreprendre : Que reste-t-il aujourd’hui objectivement de l’activité historique de LAMEDOC (pour lamellé de Dochamps, petite commune proche de Manhay) ? Philippe Courtoy : Il reste l’idée, les premiers chantiers, une partie de l’histoire. Et puis, ce qui a fait de Lamcol ce qu’elle est devenue : l’innovation ! Emile Lenders, qui a créé l’entreprise, en’74, était un réel précurseur. Nous essayons de garder cet esprit frondeur aujourd’hui, par exemple avec nos bâtiments à étages en ossature-bois. Entreprendre : La technique, à l’époque, c’est le lamellé-cloué. C’était déjà révolutionnaire ? Philippe Courtoy : Oui ! Imaginez-vous que cette technique allait bientôt battre en brèche la plupart des considérations liées aux limites naturelles du bois. Avec le lamellé-cloué, qui allait vite devenir lamellé-collé, le bois reprenait de fait - même si les choses n’ont pas été aussi faciles sur le terrain et dans les mentalités - une place de choix dans les grands projets de construction. Notre exploit à nous : c’est 75 men un double-arc ! Entreprendre : Très vite, l’entreprise allait être demandée... Philippe Courtoy : Vous n’imaginez pas... Deux ans après sa création, elle suscitait d’ailleurs déjà la convoitise du Groupe Bois Humblet, notamment propriétaire d’une scierie à Marche. Le rachat allait vite s’ensuivre. Le déménagement vers la capitale de la Famenne n’était plus alors qu’une formalité… Entreprendre : Sous la houlette d’Antoine Humblet, du Groupe Investsud et d’un autre actionnaire privé namurois, l’entreprise va une fois encore changer de nom en 1986. C’est alors qu’elle troque sa seconde identité pour Sud Charpentes lamcol, et donc Lamcol, en même temps qu’elle investit un nouveau hall près de l’actuel rond-point bordant la N4 ? Philippe Courtoy : Oui, au milieu de la décennie, l’entreprise est de plus en plus performante dans sa maîtrise du lamellé-collé, les chantiers se » > Entreprendre Aujourd’hui N°139 - mars 2012 - 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :