Entreprendre Aujourd'hui n°137 déc 11/jan 2012
Entreprendre Aujourd'hui n°137 déc 11/jan 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°137 de déc 11/jan 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 7,1 Mo

  • Dans ce numéro : spécialisée dans les travaux publics, la S.A. Daniel Pirot & fils est une PME au cœur de l’Ardenne… Rencontre avec Arlette Renault et Daniel Pirot.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
A L A C H A M B R E > R I F E On en parle peut-être peu, mais au-delà de ce que la plupart d’entre nous entend lorsque l’on aborde les questions d’environnement, à savoir les déchets et autres pollutions de l’eau ou du sol, s’il est une chose primordiale à protéger, c’est bien l’air que nous respirons. Petit focus donc sur cette niche environnementale qu’il convient de respecter au mieux parce que l’air (aussi)... c’est la vie ! Incolore, souvent inodore, la pollution de l’air n’en est pas moins très présente ! Si les déchets et les pollutions classiques sont généralement visibles, et constatables à l’œil nu, il est d’autres formes d’agressions moins facilement détectables. Dont celle de l’air ! Elle est pourtant bien présente. Et comme toute pollution, elle se caractérise par une dégradation de l’environnement résultant de l’introduction de matières/substances perturbant l’écosystème. Pour faire simple et court, disons que la pollution de l’air, plus particulièrement, est exercée principalement par deux types de polluants que sont les particules - notez que plus elles sont petites, plus elles sont irritables, et plus elles peuvent se retrouver loin du lieu de leur émission - et les gaz. Parmi les gaz, on retrouve bien entendu l’ozone (composé de NOX et de COV), les polluants acidifiants, résidus de combustion, tels que le NO2 et le SO2, les métaux lourds provenant eux aussi de la combustion mais également d’activités industrielles telles que la sidérurgie ou la chimie, ainsi que les polluants organiques persistants, appelés les POPs. Les polluants sont nombreux, ils proviennent de différentes activités et ont des impacts non négligeables, tant sur l’environnement (destruction de la couche d’ozone, augmentation de l’effet de serre, smog, eutrophisation et acidification des zones 30 - Entreprendre Aujourd’hui N°137 - décembre 2011 Projet cofinancé par la Région wallonne et le Fond européen de développement régional dans le cadre du programme INTERREG IV Grande Région « l’Union Européenne investit dans votre avenir » Rejets aTmosphériques … Pensez à l’air que vous respirez... et agissez ! En tant qu’entrepreneur ou patron, à la tête d’une entreprise industrielle ou d’une structure plus artisanale, vous savez que les rejets dans l’atmosphère sont un élément important dont il faut tenir compte au quotidien… Qu’il s’agisse des rejets de cheminées, de tours de refroidissement, de cabines de peinture ou encore de l’utilisation de solvants, il y va de votre responsabilité de patron, comme de votre statut de citoyen… naturelles…) que sur la santé humaine (on parle d’effets cancérigènes, mutagènes, troubles respiratoires…). Comment réduire vos rejets ? Vous l’aurez compris, chacun a en l’espèce son rôle à jouer et nous vous livrons ici quelques pistes seulement… - non exhaustives qui plus est - de réduction de vos rejets ! Précisons déjà, à toutes fins utiles, que dans de très nombreux domaines, plusieurs types d’actions peuvent être menés, selon le degré de pollution, les moyens financiers, humains et techniques à allouer et, bien entendu, l’efficacité de la solution ! On peut notamment penser à mettre en place des actions liées aux process de production, comme modifier la mise en œuvre de la production pour minimiser les émissions directes, ou agir sur l’entretien des installations, afin par exemple d’en réduire les consommations (en changeant les filtres plus régulièrement…). Une autre démarche, qui touche au fond des choses, consiste, elle, à choisir des produits alternatifs moins nocifs, à opter pour des modes de transport plus propres, à réduire les distances de livraison… Changer les comportements… Enfin, dernier point, et non des moindres, une approche raisonnée du problème s’attache à travailler sur les comportements ! En voyant l’entreprise comme un tout, on saisit alors le problème de la pollution de l’air dans tout ce qui concerne l’entreprise, soit bien audelà du produit lui-même et des conditions de mise en œuvre de sa production. Le covoiturage peut par exemple être une autre source de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Au sein de l’outil, une sensibilisation régulière aux consommations d’énergie n’est jamais vaine non plus, elle concerne tant les bureaux que les ateliers. Dans le domaine, une formation concrète à l’utilisation la plus rationnelle des outils de production apporte beaucoup à tous niveaux (efficacité, rentabilité, diminution de vos impacts environnementaux…), pensez-y ! Y compris en vos murs ! Depuis quelques années, la conscientisation au développement durable et aux résultats désastreux pour l’avenir de comportements peu respectueux en la matière a fait son chemin. Sans doute avez-vous déjà réfléchi au sein de votre outil à différentes pistes à explorer, voire avez-vous mis en place certaines actions intéressantes ? Pourquoi désormais ne pas aller plus loin ? Pourquoi ne pas envisager de réaliser un bilan global sur les gaz à effet de serre, le fameux bilan carbone ? C’est là un outil qui permet d’identifier les postes d’émission importante de CO2, de les hiérarchiser et, ensuite, de proposer un plan d’actions plus complet en faveur d’une réduction des émissions. Bien entendu, vous devrez y consacrer un peu d’énergie (excusez le jeu de mot facile !) et quelques ressources, car le patron est seul détenteur des informations nécessaires à la réalisation dudit bilan. Quelques questions à se poser… avant d’agir Cela étant, si vous ne désirez pas aller jusque-là ou, au contraire, si vous voulez déjà faire un premier état des lieux avant le bilan global à proprement parler, il nous paraît déjà utile de réfléchir aux questions les plus pertinentes en cette matière. Quels sont les points d’émissions dans l’air, quels polluants y sont rejetés et en quelles quantités ? Les émissions sont-elles contrôlées ? Les émissions respectent-elles les conditions d’exploitation reprises dans l’autorisation ? Quels sont les modes de transport utilisés par
les travailleurs de l’entreprise et ceux choisis pour les marchandises ? Quelle est la quantité de carburant (en litres par an) dédiée aux transports ? L’entreprise a-t-elle déjà mis en place une politique de réduction des émissions au niveau du processus et de la mobilité (transport des marchandises, des travailleurs, des visiteurs) ? Quelles sont les quantités d’énergie fossile utilisées pour le chauffage, le fonctionnement des machines, le système de froid ? Quid des quantités et types de déchets produits, des consommables utilisés (papier, ordinateur, machines…) ? C’est clair, la liste des points à surveiller et des problèmes épinglés est longue, mais avancer petit à petit dans ce domaine est plus malin que de ne rien faire en constatant l’ampleur de la tâche. À bon entendeur… Plus d’informations : http://www.environnement-entreprise.be (partie air-climat), http://www.ademe.fr (bilan carbone) et pour les règlementations en vigueur : http://environnement.wallonie.be En collaboration avec Lorraine Bodeux, Service environnement CCI du Luxembourg belge, et Stéphanie Fourez, Cellule des conseillers en environnement, UWE Les fluides frigorigènes s’évaporent à faible température Dans le froid, ils sont pourtant partout… Les fluides frigorigènes sont partout où la production de froid est essentielle… mais s’évaporent à une faible température. Hélas, ces fluides contiennent des substances volatiles qui ont des effets nocifs sur la qualité de l’air, notamment au niveau de la couche d’ozone. Différentes règlementations internationales ont d’ailleurs été définies, comme le Protocole de Montréal (1987) et deux règlements européens (2037/2000 et 841/2006). C’est ainsi qu’à l’heure actuelle, la production et l’utilisation des CFC (chlorofluorocarbures) sont totalement interdites. Les HCFC (hydrochlorofluorocarbures) sont quant à eux soumis à différentes phases d’élimination trop nombreuses pour les détailler ici. Sachez en tous cas que, depuis le 31 décembre 2009, l’utilisation des HCFC neufs est interdite dans la maintenance et l’entretien des équipements de réfrigération et de conditionnement d’air existant à cette date. Il faudra, par contre, encore attendre le 1er janvier 2015 pour que tous ces HCFC (neufs ou recyclés) soient totalement interdits. Au niveau des obligations auxquelles vous êtes soumis, notez également qu’il est obligatoire en Wallonie de tenir un journal de bord pour chaque installation de refroidissement contenant plus de 3 kg de HCFC. Des tests de fuite sont également obligatoires… et doivent être effectués (comme tous les travaux sur ces installations) par un technicien certifié. Frédéric LION Un partenaire financier fiable à l’écoute de votre situation patrimoniale. Un conseiller efficace grâce à des produits de placement et d’épargne diversifiés. Bernard HOGGE Spécialiste en matière de crédits, il contacte pour vous les meilleurs organismes de prêts, les plus efficaces et les moins chers, en toute discrétion. L’efficacité de l » esprit familial ! Rue DR Hustin, 32 à 6760 ETHE 063/57.66.41 www.assurgaume.com Myriam SEMES Responsable de l’AGENCE IMMOBILIERE de référence en GAUME, elle vous guide et vous épaule dans vos projets de VENTE ou d’ACHAT d’un bien immobilier. Vincent SEMES Courtier en Assurances depuis 25 ans, il confie vos Entreprendre contrats aux Aujourd’hui meilleures N°137 compagnies - décembre 2011- et gère 31 vos sinistres de main de maître.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :