Entreprendre Aujourd'hui n°136 novembre 2011
Entreprendre Aujourd'hui n°136 novembre 2011
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°136 de novembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 8,4 Mo

  • Dans ce numéro : Altitude 500 se trouve dans le peloton de tête des producteurs européens de sapins de Noël. Rencontre avec Louis Brasseur, administrateur délégué.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
ESPACE ENTREPRISES > NOUVELLES D’IDELUX Le « Point triple », toujours labo de l’Europe Les patrons passent les vitesses ! Point triple : les patrons sont à la manœuvre. Idelux les soutient activement. Ils veulent se grouper pour s’imposer face à la concurrence, trouver de nouvelles pistes d’innovation, profiter d’opportunités d’affaires issues d’une mise en réseau de leurs capacités et de celles de leurs territoires. Intéressé ? Contactez Joël Marinozzi, animateur économique d’Idelux. Dans nos pays européens de vieille industrialisation, où trouver encore des ressources nouvelles pour soutenir l’innovation, renforcer la production de valeur ajoutée, attirer des investisseurs, ouvrir de nouveaux marchés ? La réponse pourrait bien se trouver dans une démarche qui va à l’encontre d’une évidence première qui veut que la concurrence soit le moteur du progrès économique. Cette démarche consiste à chercher les possibilités de coopération entre des entreprises actives sur des territoires voisins. Le 12 mai 1987, à Arlon, Jacques Delors disait du Pôle européen de développement qu’il était le laboratoire de l’Europe. Près de vingt-cinq ans plus tard, ce constat reste vrai. Nos territoires restent bel et bien un lieu d’expérimentation et de développement de réflexes nouveaux. C’est que les frontières ont la vie dure. Il est bien sûr devenu plutôt facile, au sein de l’espace Schengen de circuler de l’un chez l’autre. Mais lorsqu’il s’agit d’étendre une activité 26 - Entreprendre Aujourd’hui N°136 - novembre 2011 économique, les cadres administratifs, les services publics, les réseaux d’affaires, les règlementations diffèrent au point de transformer toute velléité de coopération en véritable parcours du combattant. Et pourtant, c’est là tout l’enjeu de l’espace européen : élargir les pratiques de coopération « malgré tout ». Après la disparition de l’économie métallurgique bien présente dans le sud de la province de Luxembourg et plus encore chez nos voisins luxembourgeois et lorrains, les États ont mis sur pied le pôle européen de développement et avec lui, une politique industrielle attractive pour de nombreux investisseurs. Dans les années’90, les collectivités locales ont pris le relais dans le cadre de l’Association transfrontalière de l’agglomération du PED pour tenter d’organiser la vie ensemble par-delà les frontières. Nouvelle vague de coopération, les chefs d’entreprises des trois régions, soudés à leur territoire, veulent aujourd’hui unir leurs forces pour tirer au mieux leur épingle du jeu. Que veulent les patrons ? Que veulent-ils ? Faire des affaires, pardi. Le moteur des affaires repose sur les liens de confiance qui peuvent se nouer par-delà les rivalités. Ces liens de confiance se tissent en particulier au sein de clubs d’entreprises. D’où l’idée de susciter la mise en réseau de ceux-ci sur les territoires proches du Luxembourg belge, du Grand-Duché et de la Lorraine. Tant il est vrai que pour s’ouvrir les portes d’un territoire nouveau, une clé suffit bien souvent. Ce sésame passe par des relations de sympathie, des envies de travailler ensemble. C’est précisément ce que veulent les patrons qui se sont réunis le 6 octobre dernier à Mont-Saint-Martin (F). Ils s’organisent actuellement autour de trois grands objectifs : le premier est de favoriser une mise en réseau de leurs activités pour intégrer de nouvelles compétences, améliorer leur compétitivité, bénéficier des dynamiques transfrontalières…
Le deuxième vise à préparer l’avenir en raisonnant ensemble des opportunités de développement. Comment ? En mettant en lumière les atouts et les complémentarités économiques du territoire. Le troisième objectif est carrément offensif celui-là puisqu’ils comptent mener des missions de prospection économiques communes et participer activement à plusieurs salons professionnels. L’enjeu est ici de s’imposer dans le tohu-bohu de la scène internationale et de rendre la région plus attirante pour des investisseurs qui viendront compléter le tissu d’entreprises qui s’y trouve déjà. Vous voulez profiter de cette dynamique ? Manifestezvous auprès de Joël Marinozzi, animateur économique d’Idelux. Il se fera un plaisir de vous faire entrer dans la ronde… ESPACE ENTREPRISES > NOUVELLES D’IDELUX Avenir des entrepreneurs ? Un club d’entre- L’prises, actif sur le versant français du point triple depuis 26 ans. Depuis la mort des colosses sidérurgiques précisément. À l’époque, ses 25 membres, tous chefs d’entreprises, s’étaient appelés « Avenir Industrie ». Ils sont 60 aujourd’hui, viscéralement attachés à ce coin de pays qui les a vus naître et entreprendre. Ils savent que leur avenir passe par une démarche transfrontalière avec leurs voisins belges et luxembourgeois. Leur vœu est bien sûr de prospérer. Mais leur vision est plus ample, portée par cette conviction qu’une entreprise prospère mal sur une terre inhospitalière. Lucides sur une région blessée par la disparition de la sidérurgie, ils en sont fiers cependant – à raison. Et convaincus de son potentiel. Ou plus exactement du potentiel conjugué des trois poches de territoire qui forment ce qu’on appelle le « Point triple ». Jacques Henrion va droit au but : « Athus, vu de Bruxelles ; Pétange, vu de Luxembourg ou Longwy, vu de Paris ne Connaissez-vous l’« Avenir des entrepreneurs » (F) ? Rencontre avec Jean-Marie Michel, président et Jacques Henrion (photo) représentent pas grand-chose. Mais nous sommes situés sur un des vingt-trois points triples que compte l’Union européenne et ici nos forces sont équilibrées pour coopérer. Si nous parvenons à déterminer ce qu’on veut valoriser ensemble sur nos territoires de vie et à rendre nos idées opérationnelles, nous avons une chance d’être écoutés par « Bruxelles », surtout si nos idées s’avèrent innovantes. » Jean-Marie Michel renchérit : « Pour rendre notre territoire attractif aux investisseurs nous devons penser et agir « transfrontalier ». À cette condition, nous pouvons espérer un jour doter notre région de réelles infrastructures sportives, culturelles, d’un hall d’exposition ou d’un salon des congrès dont nous aurions tous besoin, sans avoir les moyens de les financer individuellement. » À court terme, la volonté des chefs d’entreprises des trois régions est de construire à leur intersection un lieu « à trois entrées » où les interlocuteurs puissent se parler de façon constructive d’enjeux liés à la vie économique, mais aussi culturelle, sociale, sportive… « Au début, nous travaillerons sans moyens. Ensuite, nous voulons trouver des financements européens ensemble. Ces fonds devraient revenir à une association au statut juridique transfrontalier. » Pour Jacques Henrion et Jean-Marie Michel, en se mélangeant, en apprenant à se connaître, un regard sur la vocation originale « de nos trois coins » doit être révélé. Parallèlement, les nombreuses questions à traiter pour harmoniser très concrètement ce micro-espace européen vont l’être progressivement. L’équipe transfrontalière de chefs d’entreprise qui se forme autour de ce projet est sans équivoque : « nous tenons à ce que les chefs d’entreprises restent à la manœuvre. Autour de ce premier cercle s’en trouve un deuxième, formé des associations d’entreprises. Le 3 e est formé des institutions, les chambres de commerce ou Idelux qui soit dit en passant a été à l’initiative du rapprochement entre nos clubs d’entreprises… » Parler d’ici comme d’un laboratoire pour l’Europe a été prémonitoire, non ? Vloo ! Pour aller plus loin Joël Marinozzi joel.marinozzi@idelux-aive.be tél. : 063 231 959 GSM : 0499 94 70 81 Entreprendre Aujourd’hui N°136 - novembre 2011- 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 1Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 2-3Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 4-5Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 6-7Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 8-9Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 10-11Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 12-13Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 14-15Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 16-17Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 18-19Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 20-21Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 22-23Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 24-25Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 26-27Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 28-29Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 30-31Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 32-33Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 34-35Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 36-37Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 38-39Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 40-41Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 42-43Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 44-45Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 46-47Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 48-49Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 50-51Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 52-53Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 54-55Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 56-57Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 58-59Entreprendre Aujourd'hui numéro 136 novembre 2011 Page 60