Entreprendre Aujourd'hui n°134 septembre 2011
Entreprendre Aujourd'hui n°134 septembre 2011
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°134 de septembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 8,5 Mo

  • Dans ce numéro : Rencontre avec André-Marie Morosini, de ML Concept, qui s'est penché sur la chambre du futur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
UTILE & AGREABLE D’abord on apprend, on étudie, on restitue, le tout dans un cadre bien établi et selon un cycle immuable. Ainsi, chacun dans son rôle s’attache le mieux qu’il peut à atteindre les objectifs fixés. L’enseignant dispense ses cours avec méthode, organisation et conscience professionnelle. Le jeune apprend, se forme, étudie et montre autant de bonne volonté qu’il peut. Quant aux parents, ils veillent au grain, essayant de s’immiscer dans la dynamique tout en donnant progressivement (un peu) d’autonomie à leur progéniture. C’est un modèle logique où chacun a sa place. Sauf que ce n’est pas (plus) suffisant. Du coup, il faut que certains s’insurgent, bousculent les modèles, shootent dans la fourmilière, voire innovent et se battent, pour être à la base d’une conscientisation quant à la diversité de ce qu’offre l’avenir professionnel. C’est notamment ce que font les bénévoles qui oeuvrent - avec de maigres budgets - au sein d’organisations et de mouvements divers, comme « Les Jeunes ont du talent », ou ce que proposent certaines écoles qui ont compris que l’enseignement n’est pas une fin en soi mais plutôt un moyen et que l’avenir professionnel se gagne (souvent) aussi en dehors des salles de cours… Avoir un diplôme et… une entreprise Entreprise Accelerator, vous connaissez ? Non, ce n’est pas le titre du dernier film de Spielberg, avec Tom Cruise et Cameron Diaz déguisés en requins du business du genre veste en cuir à la mode et Ray Ban pour lui, escarpins et tailleur Dior pour elle. Ça aurait pu, mais non ! 56 - Entreprendre Aujourd’hui N°134 - septembre 2011 Les jeunes ont des idées, du talent, de l’avenir À nous de les pousser, de les guider, de les aider, bref de préparer intelligemment le passage de témoin… Alors que l’année scolaire vient de reprendre, nombre de parents, d’étudiants et d’enseignants se replongent dans le train-train quotidien qui fait de l’enseignement et de l’éducation des modèles bien rôdés où l’on ne bouscule pas trop les habitudes. Entreprise Accelerator n’est rien d’autre qu’un nouveau projet de la Haute Ecole Blaise Pascal pour stimuler ses étudiants à créer leur avenir - en l’espèce une entreprise - plutôt que d’attendre une hypothétique main tendue ou le poste en or dont on rêve tous. Ici, il est donc tout simplement question de la création d’une entreprise par un étudiant durant sa dernière année de cursus, soit l’encouragement à l’esprit d’entreprendre au fond. Précisons d’emblée que l’idée n’est pas un jour tombée dans l’assiette des professeurs et directeurs de l’établissement luxembourgeois au cours d’un repas un peu arrosé, non l’idée est finlandaise et a déjà fait ses preuves là-bas. Pour Thibaut Depiéreux, Directeur de l’implantation Département Electromécanique d’Arlon, la base initiale de la réflexion était simplement de trouver des actions pour se faire connaître et donner une image positive du secteur technique. Stimuler l’envie d’entreprendre Faut-il le dire, la Haute École Blaise Pascal n’a pas ménagé sa peine pour le bien de ses élèves. Imaginez qu’elle a prospecté jusqu’en Finlande pour trouver les idées originales susceptibles de s’inscrire dans sa réflexion quant à l’enseignement technique et à l’envie pour ses propres étudiants. Ses professeurs se sont du coup arrêtés à ce projet original qui vise à stimuler la création d’entreprises en marge de l’obtention d’un diplôme. Original, non ? Toujours est-il que, convaincue, l’école belge a tout mis en œuvre pour adapter le concept à sa sauce. Bingo ! À ceci près que l’on ne change pas ainsi, d’un coup de baguette, fut-elle magique, plusieurs générations d’habitudes. En l’espèce, à Arlon, on s’est d’abord attaqué à l’identification des candidats capables de se mouler dans cette dynamique différente. Certes, le profil n’était pas difficile à déterminer puisque tout étudiant ayant un projet spécifique de création d’entreprise et présentant des motivations pouvait bénéficier de ce nouveau programme. Dans les implantations de la catégorie technique de la haute école, quelques-uns ont donc retenu l’attention. Un seul candidat… Au final, un seul portera toutefois vraiment le projet jusqu’au bout. Il s’agit d’un certain Gilles Dumont. Les promoteurs d’Entreprise Accelerator ont rapidement senti chez lui la fibre entrepreneuriale dont on parle tant. N’avait-il pas d’ailleurs lui-même un moment hésité à poursuivre ses études pour déjà franchir le grand saut ! L’école, ce faisant, lui a alors proposé un programme pour le moins alléchant qui lui garantissait de faire coup double, à savoir obtenir un diplôme de l’enseignement supérieur tout en ayant la possibilité d’être formé pour gérer sa propre entreprise. … pour une seule réussite Toute la difficulté pour le corps enseignant fut de développer un programme ne perturbant pas le cursus. La création de l’entreprise, elle, a été considérée comme un travail de fin d’études classique. Et comme, en général, le TFE est apparenté au stage, Gilles a choisi
de faire ce dernier dans une entreprise ayant des similitudes avec ses aspirations futures. Il s’en est ensuite inspiré pour finaliser son TFE. Ainsi, les aspects pratiques et théoriques ont pu être abordés dans le travail de manière à répondre aux exigences de l’école pour l’obtention du diplôme. Pour la haute école arlonaise, il s’agit là d’une véritable réussite pour l’étudiant concerné puisque ce denier a pu aborder son stage pour en retirer une plus-value et avoir tous les éléments en main pour fonder son entreprise, ce qu’il a fait dès le 30 juin dernier. Et les autres ? En tant qu’enseignants, en tant que parents, si ce projet, cette aventure humaine, qui a débouché sur du concret, a quelque chose de rassurant, il n’en demeure pas moins qu’elle ne doit pas rester isolée. Que nenni ! D’autres doivent prendre la relève, d’autres projets doivent mobiliser les bonnes volontés. Pour Thibaut Depiéreux, « peu de jeunes ont cependant la fibre entrepreneuriale. Chez nous, par exemple, la formation en électromécanique donne de toute façon du travail, ils sont donc nombreux à se demander à quoi bon « prendre des risques ». Et rares sont ceux qui préfèrent être leur propre patron, gérer leur temps et leur vie comme ils l’entendent. Il faut avoir ça en soi pour le développer correctement », explique-t-il. Mais au fond qui a dit qu’il fallait devenir patron pour être heureux ? Pour Dominique Tilmans, Présidente de la Grappe Jeunes Réseaulux, la mission que les adultes ont envers les jeunes est bien plus vaste, « Nous devons leur montrer qu’ils ont un avenir - et pourquoi pas en province de Luxembourg ? - et qu’ils ont du (des) talent(s). Nous devons les ouvrir à prendre conscience de leur devenir humain qui passe aussi par un épanouissement professionnel. » Les jeunes ont du talent… cela doit se savoir ! Et pour la cinquième fois, des adultes concernés et convaincus se mobilisent pour le crier haut et fort. Oui, les jeunes ont de l’avenir… ils ont même du talent ! En 2010, plus d’un millier de jeunes Luxembourgeois, et près de quatre cents parents, avaient d’ailleurs fait le déplacement pour montrer leur adhésion à cette idée et découvrir de visu comment d’autres jeunes - et de moins jeunes – avaient réussi dans la vie professionnelle dans des métiers différents, avec des compétences différentes, selon des modèles épars, bref se sont éveillés à leur avenir par l’exemple. Et c’est là justement que l’on vous attend, vous les patrons, vous les cadres, vous les adultes bien installés dans votre vie, épanouis dans votre quotidien. Vous pouvez être les relais de la Grappe jeunes Réseaulux, soit dans vos entreprises, soit dans votre vie. Le 19 novembre prochain, à Libramont, la Halle aux foires accueillera, on l’a dit, la 5 e édition de la manifestation « Les Jeunes ont du talent ». Vous en connaissez probablement, vous, des jeunes qui ont justement un quelconque talent. Dans vos bureaux, derrière vos machines, outils en mains, clavier et souris jamais loin, il y a fort à parier que vous avez en vos effectifs des salariés susceptibles d’être des modèles, des leaders… des talents. Mettez-les donc au-devant de la scène… Un objectif qui a du sens… « Convaincre qu’un avenir professionnel est possible en province de Luxembourg, faire découvrir l’éventail des métiers, miser sur les secteurs en pénurie, faire participer les jeunes à des démonstrations, transmettre la passion d’entreprendre… ». Le message de Dominique Tilmans est à son image : enthousiaste, fort et vrai. Avec son équipe, et tous les bénévoles et opérateurs qui rejoignent chaque année cette manifestation pour les jeunes, elle veut quelque part stimuler le dynamisme et encourager l’effort. « Oui, les jeunes ont eux aussi des capacités, des aptitudes, de l’habileté et, parfois, du génie, martèlet-elle avec conviction. Oui, les jeunes ont aussi du talent. Et s’ils ne le savent pas… il est temps de leur montrer pour qu’ils s’épanouissent dans des avenirs professionnels en rapport avec leurs qualités, leur caractère, leur personnalité. Il est important de leur dire tout cela et de positiver leur démarche ». Identifiez des jeunes talentueux ! Comme expliqué dans les lignes qui précèdent, il convient maintenant d’identifier les jeunes qui vont donner aux autres l’envie de se surpasser, qui vont emmener les hésitants dans leur sillage, qui vont rassurer les indécis, qui vont donner des idées, qui vont montrer, qui vont expliquer, qui vont préciser, qui vont briller, bref qui vont être les fameux talents. Et n’allez pas croire que le talent c’est d’être au firmament de son art et voler avec les aigles. Non, le talent c’est parfois simplement d’user d’une qualité pour s’épanouir et être heureux. Point besoin d’être une star pour briller, point besoin non plus de friser l’excellence pour se ménager une place dans la vie. Le talent, c’est profiter d’un don, d’une compétence ou d’un cadeau de la vie pour mener une vie saine, respectable et heureuse, réussir sa vie en d’autres termes. Allez, vous connaissez à coup sûr l’un ou l’autre talent, pensez donc à en parler à l’équipe qui coordonne l’événement. Ne le faites surtout pas pour vous, faites-le pour que la personne talentueuse en question se sente valorisée et pour les jeunes qui feront notre - votre ! - avenir (Plus d’infos : www.lesjeunesontdutalent.be). J• Valentin Tinclère Entreprendre Aujourd’hui N°134 - septembre 2011- 57



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 1Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 2-3Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 4-5Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 6-7Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 8-9Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 10-11Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 12-13Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 14-15Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 16-17Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 18-19Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 20-21Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 22-23Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 24-25Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 26-27Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 28-29Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 30-31Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 32-33Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 34-35Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 36-37Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 38-39Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 40-41Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 42-43Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 44-45Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 46-47Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 48-49Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 50-51Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 52-53Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 54-55Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 56-57Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 58-59Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 60