Entreprendre Aujourd'hui n°134 septembre 2011
Entreprendre Aujourd'hui n°134 septembre 2011
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°134 de septembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 8,5 Mo

  • Dans ce numéro : Rencontre avec André-Marie Morosini, de ML Concept, qui s'est penché sur la chambre du futur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
mi D’ICI & D’AILLEURS Contributions Les remboursements accordés… servent d’abord l’État ! Avec le temps, et il est vrai les nombreuses facilités fiscales accordées pour les dépenses engagées dans divers domaines, de nombreux citoyens figurent désormais sur la liste des contribuables qui bénéficient d’un remboursement du fisc. Or là où d’aucuns candides voient une bouée salvatrice en ces temps difficiles pour le portefeuille des ménages, d’autres supputent une manœuvre hourdie par l’Etat pour se ménager une trésorerie – certes limitée mais totalement gratuite ! - sur le dos des contribuables concernés. D’aucuns dénoncent même le système, estimant qu’il est anormal que les montants remboursés aux citoyens soient en constante augmentation. Pourtant, y avez-vous songé, cela est très logique et très intéressant pour l’état. En fait, il suffit de surestimer le précompte professionnel (qui n’est qu’une avance d’impôt prise à la source sur le salaire). Ceux qui dénoncent les abus du mécanisme expliquent que le tour de passe-passe en question est possible car le barème du précompte professionnel est fixé par un arrêté royal – au contraire de celui de l’impôt, fixé par une loi - et offre du coup une marge de manœuvre évidente à l’Etat. Lequel en profite pour se créer une trésorerie gratuite… sur 18 mois ! Et bénéficie in fine lors du remboursement d’une belle image en sus. Ce système - qui repose sur la perception du précompte professionnel - n’est bien sûr possible que là où ce dernier est perçu, mais permet à l’Autorité de se ménager un emprunt gratuit. Enfin, c’est ce que pensent les détracteurs du mécanisme… 36 - Entreprendre Aujourd’hui N°134 - septembre 2011 Le classement 2011 établi par l’université Jiao Tong de Shanghai est formel, les meilleures universités à l’échelle mondiale sont - et demeurent - américaines… puis anglaises. Subjectif pour certains, ce classement (comme d’autres) repose pourtant sur des bases solides, à savoir le nombre de prix Nobel, de grands chercheurs… bref de diplômés extraordinaires au sens étymologique. En 2011 donc, Harvard - 44 prix Nobel à ce jour ! - reste encore et toujours la première université du monde. La plus prestigieuse certes, mais aussi celle dont les diplômés recueillent le plus de récompenses tous azimuts. Faut-il le dire, l’auguste université, située dans la ville de Cambridge à un jet de pierre (ou de pont) de Boston (Massachusetts), accueille bel et bien l’élite intellectuelle mondiale dans l’une ou l’autre de ses 10 facultés (de la médecine à l’art en passant par le droit, les affaires (MBA) ou encore la santé). Plus Rapport annuel de la dette La Belgique s’en sort mieux que prévu Bon, d’abord accrochez-vous à votre fauteuil car le message rassurant qui va suivre est en fait quelque part consternant en soi. Mais pas plus cependant que celui que pourrait diffuser la plupart de nos voisins. Explications… En 2010, la dette de l’Etat a encore augmenté, le nouveau saut représentant cette fois quelque 11,15 milliards d’euros. Et alors, nous direz-vous ! Ce chiffre est en effet tellement impalpable pour le commun des mortels qu’il nous faut préciser que la dette de l’Etat atteint aujourd’hui 96,8% du produit intérieur brut (PIB). Ce qui est rassurant pour nos gouvernants (eh, oui !), c’est que bien que la dette augmente, les prévisions des analystes étaient plus pessimistes encore il y a quelques mois. D’aucuns évoquaient alors que la dette pourrait même passer au-dessus des 100% du PIB. La bonne nouvelle - allez, soyons fous - c’est donc que la reprise de l’activité économique en Belgique s’est traduite ces derniers mois par une croissance du PIB évaluée à 2,1%. Bravo aux patrons ! Enseignement Les Etats-Unis trustent toujours les meilleures places dans les classements… … et s’approprient les diplômés les plus remarquables ! ancienne université américaine (elle a été fondée en 1636,ndlr), Harvard est aussi réputée pour dispenser un cursus coûteux (plus de 25.000 euros par an hors logement) qui en fait non seulement la plus chère mais aussi la plus riche des universités, avec un budget de 2,6 milliards d’euros en 2010 (3 milliards de dollars pour 20.000 étudiants,ndlr). Classement 1. Harvard University US 2. Standford University US 3. Massachusetts Institute of Technology (MIT) US 4. University of California, Berkeley US 5. University of Cambridge UK 6. California Institute of Technology US 7. Princeton University US 8. Columbia University US 9. University of Chicago US 10. University of Oxford UK Finances La situation des ménages belges de moins en moins enviable Presqu’un tiers de leurs dépenses est consacré au logement ! Selon une enquête récemment commandée par un organisme de crédit qui a pignon sur rue chez nous, le montant moyen annuel des dépenses d’un ménage belge s’élevait à 34.441 euros en 2009. En analysant plus avant les choses, il s’avère en sus que ce chiffre cache des réalités de plus en plus difficiles à (sup)porter puisque la dépense la plus importante concerne le logement (habitation et jardin) avec 32,3% du total. Suivent la culture, les loisirs, l’horeca et les voyages (16%), les transports et communications (15,6%) et l’alimentation, les boissons et le tabac (15,3%). Sur le plan géographique, c’est sans surprise la Flandre qui tire son épingle du jeu (35.600 euros en moyenne contre 33.302 euros en région wallonne et 31.820 euros pour Bruxelles-Capitale). Dans la plupart des postes budgétaires, ce sont les ménages flamands qui dépensent le plus, sauf en matière de loyers et transports où ils sont dépassés par les ménages bruxellois.
Mobilité Un demi-million de Belges sont des navetteurs quotidiens ! La fin des vacances vous a certainement permis de le constater de visu : nos routes sont de plus en plus encombrées. Selon les données enregistrées à l’échelle du pays, plus d’un demi-million de Belges travaillent aujourd’hui à distance - plus ou moins raisonnable - de leur domicile. Qu’est-ce à dire ? Et bien tout simplement que 500.000 navetteurs utilisent quotidiennement un moyen de transport pour se rendre au travail. D’après l’enquête 2010 sur les forces de travail, réalisée par la Direction générale Statistique et Information économique du SPF Economie, cela représente 11,4% de la population active. À en croire le document en question, les Bruxellois sont les plus mobiles de nos concitoyens puisque 15% d’entre eux font la navette vers la Flandre ou la Wallonie tous les jours. À l’inverse, le nord du pays est la moins mobile des populations puisque moins de 10% des Flamands se déplacent pour des raisons professionnelles. Ces statistiques, tout en renforçant certaines données évidentes, notamment en ce qui concerne le flux quotidien vers Bruxelles, battent en brèche certaines idées reçues…• Les mouvements les plus importants se font en direction de Bruxelles : 371.000 personnes font la navette quotidienne vers la capitale (soit 75% de la mobilité interrégionale).• 27.000 Flamands travaillent en Wallonie et 40.000 Wallons en Flandre.• Les Flamands et les Wallons qui se rendent dans une autre région pour travailler perçoivent en moyenne un salaire plus élevé que ceux qui restent dans leur région. En moyenne, on parle d’une différence d’une vingtaine de pour cent ! ■ Wall Me MM edla ‘ft•mim iw""`'« mua'r.M.+ IZI•e...-..-...•Pffle 4111r.r m itih. Jeli 116 osa » « elle e""" nmulelle% lir% L’enregistrement des entrepreneurs Un système appelé à disparaître… … dans les prochains mois On le sait, l’enregistrement des entrepreneurs sera supprimé au 1er janvier 2012. Selon l’Europe, ce système est incompatible avec la libre circulation des travailleurs et des entreprises. Plusieurs corporations professionnelles, dont la Confédération Construction, réclament qu’une nouvelle réglementation remplace l’enregistrement des entrepreneurs, mais jusqu’ici aucune fumée blanche ne semble en vue. Pour rappel, l’enregistrement des entrepreneurs avait vu le jour il y a une trentaine d’années afin de « labelliser » autant que faire se peut l’entrepreneur respectant déjà un certain nombre de considérations quant à ses obligations administratives. Par la suite, le système a été adapté jusqu’à devenir une sorte de label qualitatif donnant droit à un certain nombre Entre septembre et novembre, les inspecteurs du Contrôle du bien-être au travail du Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale mèneront une campagne nationale d’inspection sur les fumées de soudage. Pour rappel, les émanations des fumées de soudage - présentes jusque-là dans de nombreuses entreprises ! - peuvent se révéler dangereuses pour la santé des travailleurs. Elles contiennent bien souvent des agents nocifs qui, lorsqu’ils sont inhalés, sont susceptibles de provoquer des problèmes d’asthme, d’emphysème, des bronchites =hi D’ICI & D’AILLEURS J as/e d.th= ia usion *ne d’avantages, tels qu’un tarif de TVA réduit ou une réduction d’impôt pour les investissements économiseurs d’énergie. Garantissant notamment que l’entrepreneur répondait aux obligations fiscales et sociales, il aidait grandement le maître d’ouvrage lambda dans sa quête d’un professionnel déjà en règle puisque tout entrepreneur enregistré disposait de facto d’un numéro d’enregistrement, ce qui facilitait la recherche. La nouvelle réglementation s’appuierait désormais sur quatre piliers, à savoir l’identification sur chantier, l’enregistrement des absences en cas de chômage temporaire, la responsabilité contractuelle pour le paiement du salaire minimum et la délivrance d’une attestation pour l’octroi d’avantages fiscaux ou de primes aux particuliers. Inspection du bien-être au travail centrée les fumées de soudage La campagne est amorcée… chroniques, des affections de la mise en place de mesures neurologiques semblables à la de protection drastiques relatives aux agents chimiques et maladie de Parkinson ou encore des intoxications graves, cancérigènes. Les inspecteurs voire des cancers ! La loi impose bien sûr à l’employeur de dans les entreprises du secteur concentreront leurs efforts prendre des mesures de protection en fonction des taux d’ingénierie et de soudage des de la construction métallique, d’exposition de ses travailleurs aux fumées en question pagne s’inscrit dans le cadre aciers spéciaux. Cette cam- (analyse des risques, mesures du plan stratégique national régulières d’exposition, surveillance de la santé des tracation de la stratégie euro- 2008-2012 établi en applivailleurs, formation...), mais péenne 2007-2012 qui a pour il s’avère sur le terrain que objet de mettre en place des peu de ces obligations ill.1 sont actions visant à diminuer le réellement suivies. Une campagne va donc prochainement vail de 25% et à réduire les nombre d’accidents du tra- (tenter de) sensibiliser les employeurs quant à l’importance manière substantielle. ■ maladies professionnelles de Dans le courant de l’année 2012, les premiers pharmaciens et médecins pourront Identification médicale La carte d’identité électronique remplacera la carte SIS d’ici trois ans ! consulter les données de l’assurance maladie des patients par le truchement de la carte d’identité électronique. Pour donner à tout un chacun le temps de s’adapter, la carte SIS pourra encore être utilisée jusqu’à la fin de 2013. Sachez-le... Entreprendre Aujourd’hui N°134 - septembre 2011- 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 1Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 2-3Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 4-5Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 6-7Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 8-9Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 10-11Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 12-13Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 14-15Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 16-17Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 18-19Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 20-21Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 22-23Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 24-25Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 26-27Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 28-29Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 30-31Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 32-33Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 34-35Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 36-37Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 38-39Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 40-41Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 42-43Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 44-45Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 46-47Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 48-49Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 50-51Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 52-53Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 54-55Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 56-57Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 58-59Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 60