Entreprendre Aujourd'hui n°134 septembre 2011
Entreprendre Aujourd'hui n°134 septembre 2011
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°134 de septembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 8,5 Mo

  • Dans ce numéro : Rencontre avec André-Marie Morosini, de ML Concept, qui s'est penché sur la chambre du futur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
ESPACE ENTREPRISES > ITINERAIRE » > autre âge qui n’avait plus le potentiel pour gérer le devenir d’une entreprise. Ils ont tout perdu, y compris l’outil. C’est dramatique, mais le drame social qui se profilait pour le personnel était plus interpellant encore à mes yeux. Entreprendre : Vous êtes alors le seul à faire une proposition viable ? Roger Bertin : Oui, à la fois parce que je savais qu’il y avait un potentiel et parce que la faillite laissait une vingtaine de familles sur le carreau, ce qui humainement m’était insupportable. Après le prononcé, mi-2005, je fais donc une proposition de reprise raisonnable. Mon idée : recentrer l’activité d’HGD sur les métiers de base de l’entreprise tout en y ajoutant quelques spécialités comme la quincaillerie d’ameublement ou les fermetures de caisses. Entreprendre : Commence alors une nouvelle ère pour l’entreprise… Roger Bertin : Exactement… On repart avec un effectif allégé, mais un personnel de bonne volonté, compétent et disponible. Petit à petit, on met aussi en place une dynamique nouvelle au sein de l’outil, investissant dans du matériel neuf ou d’occasion qui vient remplacer des machines parfois à bout de souffle, entretenant les machines toujours en état de marche, redessinant l’ensemble des ateliers… Les choses mettent du temps à s’organiser, mais les produits sont bons et les clients n’hésitent pas à nous faire confiance puisque l’on affiche sérieux et professionnalisme. Entreprendre : Votre expérience personnelle est évidemment payante… Roger Bertin : Oui, probablement. C’est vrai que j’avais déjà participé au redressement d’une entreprise du même type quelques années auparavant, en Haute- Saône, mais il me semble que ce que nous mettons en place aujourd’hui, avec patience et organisation, est le B.A.-ba 34 - Entreprendre Aujourd’hui N°134 - septembre 2011 de toute logique d’entreprise, ni plus ni moins. Toujours est-il que les bilans qui vont se succéder entre 2005 et 2010, soit six exercices, sont tous positifs. Mieux, l’activité se redressant, l’ambiance ellemême est redevenue sereine en même temps que le personnel savourait le plaisir de travailler dans de meilleures conditions et sans périodes de chômage récurrentes. Entreprendre : Vous avez quand même bien un secret ? Roger Bertin : Non, aucun. Si ce n’est que je profite du potentiel que j’ai trouvé ici pour répondre aux besoins d’une clientèle en quête sinon de prix au moins de service. Entreprendre : Peut-on dire que ça fait partie de votre stratégie ? Roger Bertin : C’est une évidence, mais ne dit-on pas que chacun doit se battre avec ses armes ? Moi, je connais le prix de revient de mes produits et je sais ce que vaut ma production. J’ai donc opté pour un excellent service, des livraisons sans délai, des stocks tampons importants et une qualité irréprochable. C’est un choix de raison. Entreprendre : C’est en cela que vous prétendez pouvoir rivaliser avec la concurrence ? Roger Bertin : Bien sûr… Je sais pertinemment que je ne peux pas lutter avec des productions chinoises sur base de la donnée tarifaire. Vous l’avez dit, le coût de la main-d’œuvre ne me permet même pas d’y songer. Par contre, et c’est aussi vrai s’agissant de mes concurrents français implantés à plusieurs centaines de kilomètres, la qualité de mes productions, le suivi de mes commandes et la réactivité de mon service commercial s’inscrivent comme autant d’éléments qui me positionnent comme un partenaire de choix, voire un fournisseur incontournable. Ma plus-value, elle est là ! Entreprendre : Au fait, quels sont les produits les plus représentatifs de votre entreprise ? Roger Bertin : Sans jouer la carte de l’exhaustivité exagérée, je dirais que nous pouvons quasi tout fabriquer en quincaillerie pour le bâtiment puisque notre outillage est essentiellement constitué de presses à découper. Cela étant, on ne peut pas tout faire car la marge bénéficiaire se calcule tout de même essentiellement sur les volumes. Nous nous sommes donc spécialisés en pentures, gonds, espagnolettes, charnières, paumelles… Autant de produits que nous vendons en séries. C’est soit de l’acier peint (au pistolet électrostatique), soit de l’acier zingué, ou de l’inox. Entreprendre : Et quels sont vos clients ? Roger Bertin : Nous vendons pour l’essentiel à des professionnels de la quincaillerie, à différents acteurs industriels, à la grande distribution (type GB, Brico Dépôt, Plan-It…), ou à des clients grossistes qui eux-mêmes revendent à des détaillants ou à des clients finaux. Entreprendre : Votre portefeuille produit est vaste ? Roger Bertin : Je pense sans me tromper que nous avons quelque 2.500 références en distribution régulière. Certains se vendent bien sûr plus que d’autres, mais dans l’ensemble le répertoire avoisine ces chiffres. Cela demande donc une gestion rigoureuse du contact client puisque ces derniers nous faxent leurs commandes en journée pour être livrés le lendemain. Entreprendre : L’innovation est un facteur de croissance dans votre métier ? Roger Bertin : Naturellement, même si le secteur de la quincaillerie n’est pas celui qui est le plus concerné par les avancées technologiques. Il n’empêche, il nous faut être attentifs aux tendances « Fabriquer des pièces de quincaillerie en Belgique n’est pas irraisonnable. La preuve, nous y arrivons et dégageons ce faisant des bénéfices. Il faut juste trouver son créneau et viser la performance dans ce que l’on sait faire … »
« Le matériel est vétuste et l’entreprise elle-même montre les signes évidents du poids des ans, mais le process reste bon et le potentiel est indéniablement là. En six ans, on a déjà parcouru un bout de chemin qui en dit long sur nos ambitions. Reste aujourd’hui à doper encore le côté commercial… » du marché si l’on ne veut pas se laisser distancer. Inox, aluminium, laiton sont autant de matières qu’il nous faut maîtriser pour séduire la clientèle. Entreprendre : Le redémarrage qui a suivi la faillite a, semble-t-il, fait table rase du passé. HGD est aujourd’hui résolument orientée vers l’avenir ? Roger Bertin : Et comment ! De toute façon, on ne vit pas dans les souvenirs. Et qu’importe si le passé a été glorieux ! On a « hérité » d’un matériel vétuste et d’installations qui ne le sont pas moins, nous le voyons au quotidien. Mais l’esprit de l’entreprise est tout sauf ancré dans l’histoire. En six ans, nous avons consenti d’importants investissements à notre échelle, nous avons redessiné une partie de l’entreprise, construit des bureaux, nourri de nouvelles envies dans le chef des salariés, bref nous avons redressé l’entreprise. ESPACE ENTREPRISES > ITINERAIRE Entreprendre : Vous avez investi près de 600.000 euros en six ans ? Roger Bertin : Oui, ce n’est quand même pas mal pour une entreprise qui sort d’une faillite et pour un projet de reprise auquel peu d’observateurs croyaient… C’est la preuve que nous avions raison d’y croire et que les salariés en valaient la peine, non ? Entreprendre : Et l’avenir, vous le voyez désormais sous quel jour ? Roger Bertin : Il nous faut continuer sans relâcher nos efforts, sans perdre de vue que notre force est dans la rigueur installée et dans le service que nous offrons. Nous voulons bien sûr accentuer encore notre présence commerciale car c’est là que se joue à petits pas notre développement. Nous envisageons aussi, malgré la complexité des spécificités propres à chaque marché, d’aller encore voir davantage du côté des Pays-Bas, de l’Allemagne, de la France, voire pourquoi pas vers le reste de l’Europe, pour assurer notre croissance. Entreprendre : La récompense de vos efforts va aussi se traduire par une meilleure rentabilité de votre production dans les prochains mois… Roger Bertin : Tout à fait. L’achat d’une nouvelle ligne de production devrait nous faire gagner en productivité dans le très court terme. Si je vous dis que les pièces qui nécessitaient jusque-là sept prises en main successives pourront dès le mois d’octobre être réalisées en une seule fois, vous comprendrez, comme moi, qu’il y a tout lieu d’être optimiste. Entreprendre : Vous avez repris cette entreprise à l’âge où d’autres songent à raccrocher et vous semblez avoir encore le feu sacré. Qu’est-ce qui vous motive ainsi ? Roger Bertin : Le plaisir de mener à bien un projet, la joie de me battre avec (et pour) des gens qui en valent la peine, la satisfaction du devoir accompli. J’aime ce que je construis ici et les résultats sont encourageants, que demander de plus ? Propos recueillis par Christophe Hay Photos Jean-Louis Brocart HGD sa Périmino, 4 6830 Bouillon Tél. 061 46 69 23 Fax : 060 46 63 60 hgd@scarlet.be www.hgdsa.be Entreprendre Aujourd’hui N°134 - septembre 2011- 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 1Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 2-3Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 4-5Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 6-7Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 8-9Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 10-11Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 12-13Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 14-15Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 16-17Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 18-19Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 20-21Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 22-23Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 24-25Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 26-27Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 28-29Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 30-31Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 32-33Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 34-35Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 36-37Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 38-39Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 40-41Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 42-43Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 44-45Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 46-47Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 48-49Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 50-51Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 52-53Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 54-55Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 56-57Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 58-59Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 60