Entreprendre Aujourd'hui n°134 septembre 2011
Entreprendre Aujourd'hui n°134 septembre 2011
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°134 de septembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 8,5 Mo

  • Dans ce numéro : Rencontre avec André-Marie Morosini, de ML Concept, qui s'est penché sur la chambre du futur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
PUBLI-REPORTAGE Entreprendre : Monsieur Mardaga, vous êtes le Directeur général de SPMT, service liégeois qui cherche aujourd’hui à doper sa présence sur le territoire luxembourgeois. Comment définir SPMT en trois lignes ? Jean Mardaga : C’est très simple, SPMT est un service de prévention et de médecine du travail à l’instar des autres, sauf que nous avons conservé l’esprit d’une ASBL pure, créée par des employeurs pour des employeurs. Nous affichons par ailleurs quarante années d’expérience et sommes aujourd’hui l’un des derniers services du genre totalement wallon dans son management comme dans ses équipes. Entreprendre : Ces particularités font de SPMT un partenaire plus fiable ? Jean Mardaga : Probablement pas, mais il est par contre certain que notre raison sociale et notre appartenance géographique sont des éléments déterminants dans la proximité que nous conservons avec les 5.200 entreprises affiliées chez nous, les grandes administrations, la Région wallonne, la Communauté française. Entreprendre : Quarante ans d’expérience n’est pas non plus anodin dans le métier ? Jean Mardaga : Non, cela renforce nécessairement notre crédibilité. Ce n’est sans doute pas sans raison si des entreprises renommées ou non, toutes tailles et tous secteurs confondus, Une partie de l’équipe SPMT de Libramont en compagnie du D r Jean Mardaga, directeur général. représentant plus de 175.000 salariés, dont une soixantaine employant plus de 1.000 collaborateurs, font appel à nos services au quotidien. Entreprendre : Parlons-en justement… SPMT se démarque par certaines facettes de son métier ? Jean Mardaga : La médecine du travail a évolué en quarante ans, surtout ces dix ou quinze dernières années. En 2011, on peut dire sans se tromper que nos 210 collaborateurs (médecins, psychologues, ingénieurs, ergonomes, infirmiers et infirmières, assistants de consultation, conseillers en prévention, personnel administratif…) s’attachent non seulement à de la surveillance santé « classique » mais aussi, de plus en plus, à la prévention des autres risques potentiels dont par exemple la charge psychosociale. Notre force, en tant qu’ASBL, c’est là qu’elle se trouve, notamment parce que nous privilégions la qualité du suivi aux résultats financiers davantage l’apanage de certains de nos concurrents. Entreprendre : Quels sont vos objectifs en Luxembourg belge ? Jean Mardaga : Nous sommes implantés dans votre province depuis plusieurs années, mais cette présence est actuellement trop timide. Nos disposons certes de 20 centres d’accueil (cfr liste ci-dessous), mais nous voulons nous donner une visibilité plus importante et montrer aux entreprises de la province, peu importe leur taille ou leur métier, que nous pouvons répondre à leurs besoins et être proches de leurs préoccupations. Entreprendre : Votre stratégie luxembourgeoise passe par votre installation dans La Maison des entreprises, Grand Rue 1 à Libramont ? Jean Mardaga : Il nous paraissait évident que c’était là l’endroit à privilégier entre tous pour être vraiment proches des entreprises. Je le répète souvent, notre objectif principal est d’aider l’employeur à garantir le bienêtre de son personnel au travail, nous ne pouvions que nous mouler nousmêmes dans le cadre quotidien des entreprises luxembourgeoises pour en comprendre les multiples facettes et ainsi garantir aux entreprises comme aux salariés un service à la hauteur des besoins. SPMT Luxembourg Grand Rue, 1 B-6800 LIBRAMONT Contacts : Anne Ledent/Coralie Michel Tél : 061 29 20 91 – Fax : 29 22 47 Emails : anne.ledent@spmt.be ou coralie.michel@spmt.be www.spmt.be SPMT est présent en Luxembourg belge à Arlon, Athus, Bastogne, Bomal, Bouillon, Libramont, Lierneux, Izel, La Roche-en-Ardenne, Marbehan, Marche-en-Famenne, Marloie, Martelange, Messancy, Neufchâteau, Saint-Hubert, Sugny, Saint-Mard, Virton et Wellin
4DELUXrr B I a - 1 0 44 muon'. L’Union européenne et les autorités publiques investissent dans votre avenir. L’emploi dans nos entreprises Trouver la perle rare susceptible de s’épanouir au service de l’entreprise reste une gageure… On dit que la crise économique est passée. Elle aurait, entend-t-on pourtant, laissé des traces indélébiles. Cela se traduit-il dans la politique des ressources humaines de nos entreprises ? Probablement, mais rien ne le prouve avec certitude. D’après les Quels problèmes rencontrez-vous dans la gestion de votre personnel ou en cas de recrutement ? Remarque-t-on que les choses changent dans ce que d’aucuns nomment l’employabilité ? Une partie de la réponse se trouve peut-être ci-après… L’employabilité Et pour cause, de telles problématiques nous sont souvent exposées. Et dans le cadre du projet Marguerite, la Chambre de commerce s’est naturellement attribué le rôle de récolter et d’analyser les problématiques liées à cette fameuse employabilité au sein du tissu entrepreneurial qui est nôtre. Pour un organisme qui se veut proche des entreprises, et tout à leur écoute qui plus est, il « suffisait » simplement d’inviter les conseillers à retranscrire, en toute confidentialité et sans citer une quelconque source, les commentaires entendus çà et là. Capitalisant donc principalement sur les visites de nos chargés de relations, en soi un large panel d’entreprises de tous secteurs, mais utilisant également le feed-back des autres services, voire l’approche des différents opérateurs que nous fréquentons, des tendances se dégagent quant au visage de l’emploi privé en Luxembourg belge. Sans prétention statistique toutefois, et sans la moindre intention d’exhaustivité non plus, voici donc quelques-unes des principales problématiques, que vous, entrepreneurs, rencontrez… au quotidien. Votre vérité est souvent « LA » vérité… S’agit-il d’idées reçues ? De stéréotypes ? De réels problèmes ? Ce n’est pas notre rôle d’en juger. Notre volonté est ailleurs. Nous entendons partager avec vous, en toute simplicité, ce que nous avons entendu en sillonnant notre province. Juste pour que vous sachiez que votre vérité est aussi celle d’autres patrons. Nous ne pouvons par exemple passer à côté du constat principal que bien des entreprises regrettent le manque de candidats motivés. Nombre de patrons relèvent en effet une réelle absence de motivation, principalement chez les jeunes demandeurs d’emploi. D’autres soulignent le fait que certains profils gagnent pratiquement autant au chômage qu’en venant travailler, ce qui n’arrange évidemment pas les choses. Les charges financières sont, elles, perçues comme trop importantes - le moins qu’on puisse dire, c’est que les entreprises ne prennent pas l’engagement à la légère ! Les charges liées aux rémunérations sont tellement lourdes qu’il est difficile parfois pour un entrepreneur d’être assuré que l’entreprise pourra supporter financièrement de nouvelles embauches. Certains préfèrent refuser du travail plutôt que d’engager. D’autres travaillent en sous-traitance avec des indépendants. Dans le secteur de l’horeca, la préférence semble être de travailler avec des extras, l’activité étant soit saisonnière, soit trop fluctuante. Stabilité, qualité, compétence Dans certains secteurs, les patrons se plaignent encore de la difficulté à garder une équipe stable. Ils doivent faire face à un « turnover » important, dû notamment aux conditions de travail difficiles (horaires contraignants, travail ingrat, métier pas très valorisant, ennuyeux) - ce constat rejoint également le manque de motivation mentionné en premier point. Autre souci, la difficulté à trouver du personnel qualifié/compétent. Il existe, pour certains domaines d’activités manuels, une réelle pénurie de main-d’œuvre qualifiée ou dont l’apprentissage ne répond pas aux besoins du terrain. Par ailleurs, en Luxembourg belge, le corps patronal souffre aussi de l’offre du Grand-Duché et du fait que certains de leurs meilleurs employés s’installent comme indépendants. Projet Marguerite experts, d’ailleurs, le marché de l’emploi ne réagira qu’avec un certain décalage à la reprise. Il nous semblait quand même intéressant de nous pencher sur les commentaires, avis et points de vue entendus sur le terrain, auprès de nos entreprises. Vous vous reconnaissez dans ces constats ? Vous êtes d’accord ? Pas d’accord ? La récolte d’informations continue, réagissez à cet article en envoyant votre propre expérience/problématique ! Nous ne sommes malheureusement pas dépositaires de toutes les réponses, nous ne Les aides existent, mais les connaît-on ? Bon, c’est vrai que l’existence d’aides potentielles est bien réelle. Les entrepreneurs émettent toutefois des réserves quant aux différents mécanismes. Par rapport au PFI, l’un des grands « best-sellers », le problème le plus souvent cité touche aux travailleurs formés qui quittent l’entreprise par la suite ! Or, perdre une personne formée coûte très cher. Cela étant, de nombreux exemples montrent que l’intégration d’un PFI peut aussi être réussie. Il n’en reste pas moins que certains patrons n’hésitent pas (plus) à se renseigner dans leur réseau ou parmi leurs contacts avant de chercher la perle, quitte à perdre une prime éventuelle pour choisir une personne recommandée. Dans le même ordre d’idées, les entreprises sont pour la plupart réticentes visà-vis des candidats éloignés de l’emploi depuis longtemps. Enfin, ils sont encore nombreux à ne pas s’y retrouver dans le dédale des aides, voire craignent de perdre la main. En conséquence, on distingue des patrons préférant recruter par leurs propres moyens (tant pis pour les aides), et d’autres très demandeurs de conseils concernant la stratégie à mettre en place pour bénéficier d’un maximum de subsides. Comment embaucher ? Parmi les canaux de recrutement, si les entreprises citent souvent les petites annonces et les offres qui transitent via le Forem, beaucoup s’accordent à dire que ce qui marche le mieux est le bouche à oreille, voire les réseaux de contacts personnels/locaux. D’un autre côté, force est d’admettre que les entreprises cumulent les exigences et recherchent souvent une personne qui soit opérationnelle et autonome directement, ce qui ne facilite pas la jonction entre les parties. Pas facile… Timea Nagy vous promettons pas une solution miracle du jour au lendemain, mais notre rôle de porte-parole des entreprises vers des instances concernées peut ici prendre tout son sens… Entreprendre Aujourd’hui N°134 - septembre 2011- 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 1Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 2-3Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 4-5Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 6-7Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 8-9Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 10-11Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 12-13Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 14-15Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 16-17Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 18-19Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 20-21Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 22-23Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 24-25Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 26-27Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 28-29Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 30-31Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 32-33Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 34-35Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 36-37Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 38-39Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 40-41Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 42-43Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 44-45Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 46-47Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 48-49Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 50-51Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 52-53Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 54-55Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 56-57Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 58-59Entreprendre Aujourd'hui numéro 134 septembre 2011 Page 60