Enova Mag n°15 sep à déc 2016
Enova Mag n°15 sep à déc 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de sep à déc 2016

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : GL Events Exhibitions

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 65

  • Taille du fichier PDF : 5 Mo

  • Dans ce numéro : la bouteille connectée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
28 ENOVAMAG N°15 DOSSIERS THÉMATIQUES ////////////////////////////////////////////// SMART CITIES/SMART-GRID 120 drones sous-marins au secours de la lagune de Venise Le projet de recherche européen SubCULTron vise à mettre au point un véritable écosystème composé de trois populations différentes de robots sous-marins autonomes pour prélever une grande quantité de données variées dans la lagune de Venise. Les différents composants du banc de drones communiqueront grâce à des algorithmes inspirés du comportement des insectes sociaux pour évoluer en toute autonomie. Les premières expérimentations ont débuté. Les chercheurs les ont baptisés aMussels, aFish et aPads avec un « a » pour « artificial ». « C’est plus qu’un simple banc de poissons, il s’agit d’un véritable écosystème. En effet, le banc est composé de trois populations différentes de drones. Les aMussels (moules artificielles) seront enfouies dans le sable pour collecter une batterie de données et établir une sorte de réseau sensoriel. Les moules artificielles pourront également se déplacer par groupe grâce, entre autres, aux courants d’eau et aux turbulences. Situés à la surface de l’eau, les aPads (nénuphars artificiels) visent à apporter l’énergie nécessaire à l’écosystème grâce à des panneaux solaires. Enfin, les aFishs (poissons artificiels) circuleront entre les deux premières populations pour apporter de l’énergie aux moules artificielles et devront récolter des informations bien précises grâce à une batterie de capteurs intégrés.
///////////////////////////////////////////////////////////// DOSSIERS THÉMATIQUES 29 Les chercheurs soulignent que le logiciel est lui aussi inspiré de la nature, plus particulièrement du fonctionnement des essaims d’insectes ou des bancs de poissons. Il n’y a pas de point central, mais une “intelligence” collective qui régit le comportement de l’essaim. Si un des robots est perdu, cela n’a pas de répercussion sur le travail de groupe. QUI VA PILOTER LES POISSONS-ROBOTS ? Personne. Ils sont autonomes. Leurs déplacements ne sont pas planifiés. Ils sont programmés par des algorithmes inspirés de la nature. Ils vont donc imiter des comportements de vraies espèces, notamment de l'anguille qui a servi de modèle. Les poissons-robots vont donc réagir à leur environnement, au coup de rame des gondoliers, aux courants, aux marées et aux conditions météorologiques. Ces poissons artificiels vont évoluer au sens des espèces sur la durée. Et c'est là que ça devient vraiment totalement fascinant. Frédéric Boyer, professeur à l'École des mines de Nantes, l'un de ceux qui conçoit ces bio-robots, le dit lui-même : il va donner une certaine liberté à ses robots-poissons qui vont donc inventer leur propre vie. “Ces populations de robots vont produire des comportements innovants qui s'adaptent à leur environnement. On parle d'intelligence collective”, explique-t-il. “Ces poissons artificiels vont produire des comportements inattendus, ils vont évoluer au sens des espèces sur la durée”. Quel intérêt, au final ? Cela sert à faire progresser la recherche robotique (la bio-robotique). Mais le principal objectif, c'est de préserver la lagune de Venise menacée. «Ces poissons-robots vont pouvoir faire, jour et nuit, et en temps réel, un travail de collecte de données inestimable», nous a dit Stéphane Bazeille, qui travaille également sur le projet européen à l'École des mines de Nantes. Ils vont mesurer sur un temps long la salinité, la clarté de l'eau, la température, la luminosité, etc. Le but, c'est notamment de mesurer l'impact de l'afflux de touristes pendant la saison et de prendre les décisions qui s'imposent. À condition que personne ne partent à la pêche aux drones. Source : « European scientists build up a society of autonomous underwater robots for environmental monitoring of the Venice Lagoon ».



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 1Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 2-3Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 4-5Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 6-7Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 8-9Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 10-11Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 12-13Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 14-15Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 16-17Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 18-19Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 20-21Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 22-23Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 24-25Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 26-27Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 28-29Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 30-31Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 32-33Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 34-35Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 36-37Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 38-39Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 40-41Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 42-43Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 44-45Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 46-47Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 48-49Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 50-51Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 52-53Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 54-55Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 56-57Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 58-59Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 60-61Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 62-63Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 64-65Enova Mag numéro 15 sep à déc 2016 Page 65