Enfants Bien-être n°2 oct/nov 2014
Enfants Bien-être n°2 oct/nov 2014
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°2 de oct/nov 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 31,9 Mo

  • Dans ce numéro : réussir à l'école... doit-on l'aider à faire ses devoirs ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
•Mes enfants & moi enfant et que vous êtes impliqué dans ses activités. D’autre part, c’est un levier de motivation et de reconnaissance inestimable. On oublie parfois de féliciter nos enfants, notamment quand les choses se passent bien en classe et qu’ils ont l’habitude d’avoir des bonnes notes. Il est primordial, pour développer leur confiance en eux, de construire sur ces bases. Le feedback positif consiste d’abord à les féliciter de façon sincère, concrète, et gratuite en précisant les bénéfices de cette réussite. Cela permet également de comprendre les raisons du succès pour pouvoir les renforcer et les réutiliser à l’avenir. Ce feedback est-il essentiel pour la relation parent-enfant ? Oui, le feedback constructif est indispensable pour garantir une bonne relation. Il permet d’abord de dire sereinement ce qui ne va pas et les conséquences de ces comportements, afin que chacun comprenne en quoi c’est un problème. Cela permet d’éclaircir les choses et d’avoir une base saine de discussion. Au-delà du fait de parler du problème en lui-même, il permet surtout de trouver, ensemble, les actions à mener pour que cela ne se reproduise pas. C’est également une bonne occasion pour rappeler les limites et les règles à respecter. Le feedback constructif permet à votre enfant de grandir et de s’insérer dans la vie sociale. Dans tous les cas, il est fondamental de commencer par les aspects positifs. En effet, cela permet au parent comme à l’enfant d’être dans un meilleur état d’esprit et ainsi les points à améliorer sont mieux entendus : le but étant de renforcer les points forts et de capitaliser sur eux pour régler les problèmes éventuels. Quel est le deuxième pilier ? C’est de définir un cadre comme espace de liberté. Dans toute relation, il est important d’établir un cadre, dessiné par un certain nombre de règles. Que ce soit dans un contexte professionnel ou familial, les règles sont essentielles pour permettre à chacun d’évoluer dans un espace sûr, et en toute liberté ! Dans mon approche, je m’efforce de montrer que le cadre est un outil indispensable pour créer un espace de liberté. Pour le créer, il y a un certain nombre d’étapes à respecter. D’abord, les règles doivent être explicitées. En effet, on fait souvent l’erreur de penser que les règles sont évidentes ; en fait, il est indispensable de les rappeler, même les plus simples (« on dit bonjour le matin », etc.). Cela permet de s’assurer que chacun les connaît. Ensuite, il est important de donner du sens à ce cadre. Le but est de montrer à vos enfants que les règles sont faites pour eux, et pas contre eux ! Prenons par exemple l’utilisation des téléphones portables lorsque l’on est à table. Ce n’est pas pour les embêter ni parce que nous ne voulons pas qu’ils parlent à leurs amis. En leur expliquant que cette règle permet de garantir des temps de partage privilégiés au sein de la famille, les parents leur permettent de comprendre le sens et l’importance de cette règle. Plutôt que de dire « Il ne faut pas » ou « C’est interdit », on montre que « ça permet de », « c’est mieux pour ». Enfin, et cela peut sembler évident, ces règles doivent être acceptées. En les acceptant, chacun s’engage à s’y conformer. C’est ensuite le rôle du parent de s’assurer que les règles sont respectées, par lui le premier ; le parent est modélisant ! Une fois que les règles ont été explicitées, comprises et acceptées, toutes les conditions sont réunies pour la construction d’un cadre solide et efficace, qui permet à chacun d’évoluer en sécurité, en liberté, et avec plaisir ! Vous parlez enfin de « confiance pour réussir » comme troisième pilier ? Tout à fait. Souvent, le potentiel de chacun ne demande qu’une bonne dose de confiance pour se révéler. En effet, et j’ai pu l’observer à de multiples reprises - en tant que manager comme en tant que maman -, souvent les résultats excèdent les attentes quand on fait confiance à nos collaborateurs et à nos enfants. Souvent, mes clients me demandent « Vous croyez que je peux y arriver ? ». Je leur réponds « Je ne crois pas, j’en suis sûre ! ». La plupart du temps, les résultats sont encore meilleurs que ce que j’avais espéré. C’est toute la puissance de l’effet Pygmalion ! C’est une théorie (vérifiée scientifiquement), qui montre que les comportements d’une personne dépendent beaucoup de ce que l’on attend de lui. Elle nous apprend que des individus dont on attend beaucoup ont plus de chances de réussir que d’autres, dont on croit savoir qu’ils ont un potentiel moindre. Ainsi, les parents ont une influence sur la réussite de leurs enfants, simplement avec leur attitude à leur égard. En effet, indépendamment de leur potentiel, ils conditionnent leurs résultats par le fait même de leur confiance. La bonne nouvelle dans tout ça ? Chacun de nous, en tant que parent, a le pouvoir d’aider ses enfants à réussir ! En effet, en montrant à son enfant qu’il croit en lui et en sa réussite, le parent l’aide à réussir. Pour nos enfants, le simple fait de penser qu’il peut réussir et que ses parents croient en lui, c’est déjà un grand pas vers la réussite. En conclusion, l’intérêt de cette approche est de créer une relation privilégiée entre les parents et leurs enfants. En s’appuyant sur ces trois piliers, les bases sont assurées pour instaurer dans le cercle familial une atmosphère bienveillante permettant à chacun de s’épanouir en confiance et en sécurité, et de construire une belle estime de soi ! n Propos recueillis par Valérie Loctin. En savoir plus : Marina Barreau, Fondatrice du Blog « CeQueJeVeuxFairePlusTard » : www.marina-barreau.com 64 Enfants Bien-être FÉMININPSYCHO 67
MES ENFANTS & MOI S.O.S. Il ne veut pas dormir ! Le sommeil est constructif. Le corps récupère, « regonfle ses batteries » et se régénère. Dormir aide à grandir, à mémoriser ce qu'on apprend et à développer le cerveau. Bref, quand votre enfant refuse de dormir, il faut agir pour ne pas entrer dans une spirale infernale et nocive pour sa santé ! En moyenne, le nouveau-né doit dormir de 16 à 17 heures par jour, l'enfant de 3 ans 12 heures, celui de 6 ans 10 heures et l'adolescent de 12 ans, 9 heures. Le sommeil est un besoin qui varie d'un enfant à l'autre, parfois d'un jour à l'autre. Le meilleur repère d'un bon sommeil, c'est un enfant en forme dans la journée. Un enfant qui ne dort pas assez est difficile à réveiller le matin, fatigué, somnolent et irritable. Il fait des fautes inhabituelles à l'école et n'est pas attentif. Oui, son cerveau a besoin de sommeil. THINKSTOCK D.R. La crise à l’heure du coucher L'enfant construit son sommeil de nuit progressivement. Ses rythmes 68 FÉMININPSYCHO Enfants Bien-être 65



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 1Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 2-3Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 4-5Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 6-7Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 8-9Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 10-11Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 12-13Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 14-15Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 16-17Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 18-19Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 20-21Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 22-23Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 24-25Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 26-27Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 28-29Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 30-31Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 32-33Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 34-35Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 36-37Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 38-39Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 40-41Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 42-43Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 44-45Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 46-47Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 48-49Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 50-51Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 52-53Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 54-55Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 56-57Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 58-59Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 60-61Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 62-63Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 64-65Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 66-67Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 68-69Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 70-71Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 72-73Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 74-75Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 76-77Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 78-79Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 80-81Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 82-83Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 84