Enfants Bien-être n°2 oct/nov 2014
Enfants Bien-être n°2 oct/nov 2014
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°2 de oct/nov 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 31,9 Mo

  • Dans ce numéro : réussir à l'école... doit-on l'aider à faire ses devoirs ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
SANTÉPOUR• Santé pour TOUS tous l Infection Méningite C : Protégez-vous ! PHOTOS.COM La méningite effraie tous les parents, car ils pensent immédiatement au décès soudain qui peut intervenir chez un jeune enfant ou adulte sans que rien ne permette de prévenir le phénomène. Mais il existe plusieurs sortes de méningites, ce qui signifie aussi des dangers différents et des traitements possibles. Une mise au point s’impose. Comme son nom l’indique, la méningite est une inflammation des méninges. Les méninges jouent un rôle essentiel : elles sont l’enveloppe du système nerveux pour qu’il ne soit pas en contact direct avec notre crâne ou la colonne vertébrale. Les différentes catégories de méningite Les méninges sont constituées de trois membranes : 1. La pie-mère : la membrane la plus interne, très fine, qui transporte les vais- seaux sanguins vers le système nerveux central. 2. L’arachnoïde : la membrane intermédiaire. 3. La dure-mère : la membrane la plus externe, solide comme son nom l’indique, est un tissu conjonctif. II I Il existe différentes types de méningite : • Les virales : qui sont les plus fréquentes, environ 80% des cas, et les moins dangereuses. Il s’agit généralement de flavivirus, du virus de la grippe et de celui d’Epstein-Barr. Elles peuvent cependant entraîner des complications chez les jeunes enfants ainsi que chez les personnes âgées, il ne faut donc pas les négliger. Le rétablissement est la plupart du temps spontané et sans séquelles.• Les bactériennes (à méningococques, pneumocoque, et haemophilus influenzae) : plus rares, elles doivent être soignées extrêmement rapidement. Elles font partie des urgences et les signes avant-coureurs sont parfois très clairs : maux de tête importants, nuque raide, vision perturbée. Si les secours ne sont pas pratiqués en urgence, notamment par la prise d’antibiotiques, elles peuvent causer un décès. On compte environ 600 nouveaux cas annuels avec un risque de mortalité plus élevé chez les moins de vingt ans. 42 Enfants Bien-être 74 - Février-Mars-Avril 2012
PHOTOS.COM• Les parasitaires : Très exceptionnellement, la cause peut être un parasite ou un champignon. Ces cas sont graves et concernent surtout des personnes au système immunitaire déficient. Différents types ont été définis par les autorités médicales dans les groupes des méningites à méningocoques : • le groupe B, le plus fréquent (la moitié des cas signalés)• le groupe C qui gagne du terrain (environ 35% des cas)• le groupe W135 est apparu en France depuis les années 90 suite aux retours de pèlerinage à la Mecque• le groupe Y est le plus rare (2,5% des cas)• le groupe A est très fréquent mais concerne surtout l’Afrique. Au niveau mondial, il existe en réalité douze sérogroupes de méningites. On parle aussi de méningite cérébrale, cérébro-spinale ou spinale, en fonction de l’endroit atteint : le cerveau seul, la mœlle épinière seule ou les deux. Origines et dangers de la méningite Au départ, il peut s’agir d’une septicémie, mais aussi de maladies aussi courantes qu’une angine, une sinusite, ou une otite. Un acte chirurgical ainsi qu’un traumatisme crânien peuvent aussi être à la racine de la maladie. Les premiers signes ne sont généralement pas très clairs, ils ressemblent souvent à ceux de la grippe, c’est la raison pour laquelle les soins arrivent encore parfois trop tard alors qu’ils doivent être prodigués très tôt. Si le traitement intervient tardivement, la guérison peut être partielle. Les trois phases de développement de la maladie sont classiques : • l’incubation : pas de symptômes,• la propagation : fatigue et fièvre apparaissent,• la propagation aux organes : les symptômes sont à ce stade significatifs. Les anticorps font leur travail, mais ils ne suffisent pas toujours, il faut alors traiter rapidement. Lorsque les bactéries se disséminent dans le sang, il existe un risque de septicémie. Il s’agit de cas graves où un choc septique peut intervenir entrainant la mort. Un choc septique provoque en effet une coagulation entraînant des difficultés cardio-vasculaires, ce qui engage le pronostic vital, surtout chez les personnes de plus de 70 ans. Les séquelles principales sont des cicatrices, une paralysie, la surdité généralement partielle, voire une amputation. La méningite C est généralement impliquée, avec des cas recensés sous forme fulminante. La contagion existe o• Elle est importante dans le cas des bactéries qui peuvent se transmettre via la salive, la toux, les éternuements. Mieux vaut donc ne pas échanger les verres, les cigarettes, les couverts, la brosse à dents, etc. Les lieux de rassemblement sont bien entendu propices : crèches, magasins, discothèques, dortoirs, etc. De façon assez surprenante, le tabac serait un facteur d’augmentation du risque pour la méningite à méningocoques (les bactéries ont plus de facilité à adhérer aux parois de la gorge). o Recrudescence constatée... Recrudescence constatée… Ces dernières années, on a pu assister à une recrudescence de la méningite de typeC, la plus dangereuse car son taux de mortalité est de 10%, et le taux de séquelles est deux fois supérieur à celui des autres types de méningite. Ces dernières années, on a pu assister à une recrudescence de la méningite de typeC, la plus dangereuse car son taux de mortalité est de 10%, et le taux de séquelles est deux fois supérieur à celui des autres types de méningite.• Il existe également des zones à risque. La France se situe plutôt bien par rapport à ses voisins européens en dépit d’une augmentation des cas depuis 1995, notamment jusqu’à 2001. L’institut de Veille Sanitaire a pu constater que quatre régions étaient principalement touchées : l’Auvergne, le Nord Pas-de-Calais et la Bretagne, suivies de l’Aquitaine. PHOTOS.COM Enfants Bien-être 43 Février-Mars-Avril 2012 - 75



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 1Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 2-3Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 4-5Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 6-7Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 8-9Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 10-11Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 12-13Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 14-15Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 16-17Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 18-19Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 20-21Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 22-23Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 24-25Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 26-27Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 28-29Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 30-31Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 32-33Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 34-35Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 36-37Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 38-39Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 40-41Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 42-43Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 44-45Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 46-47Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 48-49Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 50-51Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 52-53Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 54-55Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 56-57Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 58-59Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 60-61Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 62-63Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 64-65Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 66-67Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 68-69Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 70-71Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 72-73Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 74-75Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 76-77Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 78-79Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 80-81Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 82-83Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 84