Enfants Bien-être n°2 oct/nov 2014
Enfants Bien-être n°2 oct/nov 2014
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°2 de oct/nov 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 31,9 Mo

  • Dans ce numéro : réussir à l'école... doit-on l'aider à faire ses devoirs ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
SANTÉDOSSIERÀLAUNE• Dossier à la une Bien dormir A éviter absolument ! ● Les excitants : pour les enfants, il s’agit plutôt de coca que de café, mais dans tous les cas il vaut mieux éviter d’en prendre le soir. ● Ne pas trop boire avant d’aller au lit. ● Avoir une température convenable dans la chambre : aux alentours de vingt degrés. ● Garder des heures régulières de repas pour l’enfant même si les parents doivent manger plus tard. Ne pas manger trop non plus. ● Ne pas laisser l’enfant voir des choses trop perturbantes à la télé ou violentes. ● Attention aux activités du style jeux vidéo, consoles, jeux d’ordinateur le soir. Les enfants ont tendance à s’énerver facilement et à entrer complètement dans le jeu et évidemment se tourner vers le sommeil ensuite est plus difficile. Idem pour les activités sportives très intenses, les disputes… PHOTOS.COM > L’endormissement C’est souvent cette phase qui est difficile chez les enfants fréquemment à partir de 6 ou 7 ans. Mais il est rarissime que cela arrive soudainement. En effet, on arrive assez rapidement en fait quasiment dès la naissance à repérer le rythme de l’enfant. Dans un premier temps, on s’aperçoit si l’on a à faire à un petit dormeur ou à un petit réveillé, alors même que la santé de l’enfant est bonne dans les deux cas. Certains bébés dorment ainsi quasiment cinq heures de plus par jour que d’autres. En ce qui concerne les bébés les plus actifs, ce sont aussi souvent ceux qui pleurent le plus sans que cela ne soit véritablement inquiétant. Ensuite, à partir du moment où l’on est sur le rythme nuit et sieste, on voit également apparaître les couche-tard/lève tard et les couche tôt/lève tôt. En fait le nombre d’heures de sommeil est respecté mais l’organisation du sommeil totalement différente. Peut-être avez-vous pu le constater avec d’autres enfants que les vôtres, ou même entre frères et sœurs ? Cela est absolument flagrant. Mais les bébés dormeurs restent des enfants dormeurs et idem pour les autres. A vrai dire, cela se prolonge en fait jusqu’à l’âge adulte, si rien ne vient contrarier ce rythme naturel. > Attention aux mauvaises habitudes ! Certains parents laissent aussi de mauvaises habitudes s’installer, par fatigue ou par faiblesse, mais il faut savoir lutter et ne pas se laisser faire. Ne pas prendre l’enfant dans son lit, ou le laisser s’endormir n’importe où pour le transporter ensuite dans son lit. Il faut au contraire l’obliger à s’endormir systématiquement dans son lit, tout seul. A moins d’un problème spécifique qui obligerait à une surveillance particulière, si votre appartement le permet, mieux vaut habituer le bébé dès le retour de l’hôpital à dormir dans sa chambre. Pas de stress dans ce cas, puisque l’enfant s’adapte on ne peut plus rapidement. Par contre, s’il dort dans la chambre de ses parents ou pire dans leur lit, il ressentira évidemment plus d’angoisse lorsque sera venu le moment de se retrouver seul dans sa chambre. A recommander pour faciliter le coucher ● Les petits objets familiers qu’aiment l’enfant, surtout petit, comme le doudou ou le petit lange. ● On le fait quasiment automatiquement mais aller aux toilettes avant d’aller dormir est recommandé. ● Si vous avez habitué l’enfant à lui lire une histoire, sachez qu’il sera difficile ensuite pour lui de s’en passer. Idem pour la lumière, si l’enfant u a peur veineuse du noir et qu’il a pris l’habitude d’avoir une lampe ou une s le, veilleuse nature", allumée, il faut la lui laisser jusqu’à ce que cela passe irner• naturellement. Une) st ● Une est n petite discussion si l’enfant a besoin de vider son sac est ide nécessaire. Rien de sorcier à cela, après tout, cela est identique a pour les adultes. ● Et évidemment ne pas oublier le petit câlin, en tous les cas tant, qu’il l’accepte ! PHOTOS.COM 26 Enfants Bien-être 28 - Février-Mars-Avril 2012
« Bien dormir » PHOTOS.COMei. S’il refuse, il faudra voir s’il s’agit d’un caprice, ou s’il existe une véritable angoisse. Auquel cas, mieux vaut en parler au médecin ou pédiatre afin de vérifier si cela ne cache pas autre chose. La plupart du temps, l’enfant cherche simplement de façon quasi inconsciente à tester la résistance de ses parents et vérifier s’il peut les faire craquer pour parvenir à ses fins. Les parents doivent alors faire preuve d’autorité. Cela est important aussi pour eux, car l’enfant n’est pas le seul pour qui le sommeil est important. Si les parents travaillent, autant dire que les insomnies à répétition sont difficiles à supporter. Et s’ils se sentent angoissés, mieux vaut quand même attendre un petit moment histoire que l’enfant soit vraiment endormi. S’il entend sa mère arriver, il est fort probable qu’il se réveillera à nouveau complètement. > Les étapes du sommeil de l’enfant Certains enfants connaissent des nuits agitées à partir de l’âge de 3 ans, sans véritablement se réveiller et ils parviennent normalement à se rendormir en prenant une autre position. A partir de 4 ans, ce sont les cauchemars qui font leur apparition. Il est alors utile d’aller le rassurer, de lui parler et de lui rendre le fameux doudou s’il est tombé. ATTENTION Ne jamais donner de somnifère ni même de calmant homéopathique à un enfant ! De plus, il faut savoir que le fait d’avoir recours à un médicament, même léger, va provoquer un transfert du problème. Parents et enfants vont attendre de la petite pilule magique la solution de tous les problèmes. Alors qu’il faut vraiment parvenir à régler le problème en douceur. Sinon, si le sommeil ne s’améliore pas au fil des années, le réflexe du nouvel adulte sera d’avoir à nouveau recours à un somnifère, ce qui n’est pas non plus une solution. En dehors de cela, difficile de forcer un enfant à rester au lit alors qu’il n’a pas envie, ou l’obliger à dormir alors qu’il n’a manifestement pas sommeil. La principale recommandation des médecins face à un enfant qui ne parvient pas à s’endormir est d’attendre une vingtaine de minutes. Si après ce laps de temps, il est toujours à vous regarder avec des yeux comme des billes, autant le laisser s’amuser à des jeux relativement calmes, ou le laisser lire s’il est assez grand pendant un autre cycle de vingt minutes. Ensuite, éteindre la lumière et le réveiller à l’heure habituelle le lendemain. Il faut donc s’adapter à l’enfant, chaque cas étant bien entendu individuel. PHOTOS.COM Il est très important de parvenir à trouver une solution acceptable, car les troubles de sommeil répétitifs ou l’angoisse systématique le soir peuvent aller jusqu’à créer des troubles chez le futur adulte. Il est également bon de créer un petit rituel le soir qui précède l’endormissement et constitue une procédure rassurante. La normalité pour un enfant à partir de 4 ans et pendant tout le primaire est de s’endormir facilement, d’avoir un sommeil lourd, d’être actif dès qu’il est réveillé et il ne s’endort pas (mis à part l’épisode de la sieste pour certains, mais une sieste beaucoup plus courte) pendant l’école ou le soir même en regardant la télévision. Lorsque l’instituteur constate que l’enfant s’endort, cela est souvent dû au fait que l’heure du coucher est trop tardive, mais la sieste n’est pas forcément la solution. Le problème est souvent simple. L’appartement ou la maison peut être bruyant, la télé envahissante, ou des frères et sœurs peuvent aller se coucher tard et faire du bruit. Le médecin vous conseillera normalement de noter jour après jour les heures de coucher, les heures d’endormissement, heures de réveil pour que le praticien puisse constater les éventuelles anomalies (l’agenda du sommeil). Enfants Bien-être 27 Février-Mars-Avril 2012 - 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 1Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 2-3Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 4-5Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 6-7Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 8-9Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 10-11Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 12-13Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 14-15Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 16-17Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 18-19Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 20-21Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 22-23Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 24-25Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 26-27Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 28-29Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 30-31Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 32-33Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 34-35Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 36-37Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 38-39Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 40-41Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 42-43Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 44-45Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 46-47Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 48-49Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 50-51Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 52-53Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 54-55Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 56-57Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 58-59Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 60-61Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 62-63Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 64-65Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 66-67Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 68-69Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 70-71Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 72-73Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 74-75Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 76-77Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 78-79Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 80-81Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 82-83Enfants Bien-être numéro 2 oct/nov 2014 Page 84