Endorphinmag n°34 nov/déc 2015
Endorphinmag n°34 nov/déc 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de nov/déc 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : www.endorphinmag.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 90

  • Taille du fichier PDF : 73,6 Mo

  • Dans ce numéro : l'aventure du Team France Jeune sur le RIF.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Béatrice GLINCHE Pauline Carré (team Cap Opale) a vécu son premier raid long en septembre dernier (Raid in France, format ARWS), un raid difficile de par le format (non stop long), la longueur et la difficulté des sections, le dénivelé etc. Avant son départ, nous avions eu l'occasion d'échanger sur sa préparation, étape qui est déjà un raid en soi tant la liste de matériel est longue et spécifique etc. Pauline est plutôt adepte des raids courts (2 titres de "Championne de France FRMN"), cette première expérience a d'abord laissé place à de nombreux questionnements… comment se préparer et ne rien oublier... il n'y a pas de liste type, chacun ayant souvent des besoins spécifiques… son vécu peut intéresser chaque année de nouveaux adeptes du format non stop. EndorphinMag.fr (EM)  : Comment bascule-t-on du raid court au raid long ? Pauline Carré (PC)  : Depuis que nous faisons du raid nous avons toujours fonctionné paliers par paliers. La première saison nous avons fait le challenge régional du Nord-Pas-de-Calais, c'est-à-dire du raid sur une journée ou de temps en temps sur deux. La deuxième saison nous avons fait une saison régionale et des manches du challenge national avec un bon finish en suisse normande  : -). Et cette année il nous fallait trouver un nouveau challenge... Toujours prudents, enfin surtout moi, nous nous sommes inscrits sur le raid Edhec histoire de voir comment ça se passait sur quatre jours de raid mais avec halte obligatoire tous les soirs. L'idée était de se rassurer pour le RAID IN FRANCE sur lequel nous étions de toute façon déjà inscrits... Il n'y a pas eu d'élément déclencheur mais juste une envie d'aller voir comment se passait le raid long ! Histoire de se faire son avis sur le format ! Finalement c'était plus comme une suite logique dans notre pratique du raid. (EM)  : Pourquoi avoir choisi le RIF comme 1er raid long (il en existe des moins difficiles sur le circuit mondial) ? (PC)  : Question de temps, d'organisation, de budget... On trouvait cela plus facile de faire un premier raid long en France plutôt que d'aller à l'étranger. Et puis ça le fait d'avoir fait le RIF ! (EM)  : Quelles prépa. spécifiques as-tu faites (avec ou sans l'équipe) ? As-tu reçu l'aide de raideurs confirmés (tu n'es pas obligée de nommer les gens) ? (PC)  : Je pensais, en prenant la décision en début de saison de m'inscrire sur le RIF, que j'aurais le temps de me pencher sur la préparation, l'organisation etc Mais l'agenda de cette année (boulot, mariage.) ne m'a pas laissé une minute. J'ai commencé à me mettre un coup de pression en septembre, à la sortie de la Finale du Challenge. Et là… des dizaines de questions… sur mon niveau physique, bon quand même rassurée par la finale mais quand même, est-ce que je vais réussir à encaisser, est-ce que mes petites blessures ne vont pas me stopper... mais surtout sur l'organisation générale. Heureusement, et je t'en remercie, nous avons pris contact avec des raideurs habitués à ce genre de format qui ont pu nous donner leurs petits trucs, leurs conseils, faire que ce premier raid long ne soit pas un enfer ! Un grand merci à eux, ils/elles se reconnaitront ;) Leurs conseils nous ont permis d'aborder avec plus de sérénité cette épreuve. ENDORPHINMAG.FR N°34 - novembre décembre 2015 12 # INTERVIEW  : Pauline Carré Pauline CARRÉ by Béatrice GLINCHE (EM)  : Comment as-tu préparé ton corps aux frottements répétés des longues distances (pieds, fesses par exemple et autres) ? (PC)  : Pourquoi cette question ? ! Tu connais mes petites faiblesses ? ! Alors là, même soucis que la préparation du matériel et autres... Tu te poses la question quand on te dit "tu as bien préparé tes pieds.. ? " "euh..oui oui ! " Et c'est là que tu tapes dans google "ultratrail et pieds" ou "comment préparer ses pieds en urgence ? ". Je renvoie toutes celles et ceux qui se posent ce genre de questions, à se la poser plus tôt et d'aller sur les sites internet spécialisés, ils sont très bien faits sauf peut-être le mec qui propose de mettre du jus de citron sur ses pieds et blablabla... Ou bien il faut le faire 6 mois à l'avance… Bref, j'avais préparé mais pas assez longtemps avant je pense. J'ai fini par huiler mes pieds de teinture de benjuin mais sans vraiment avoir préparé la peau en dessous. Résultat tu as une pellicule qui te protège des frottements superficiels mais pas des frottements plus "profonds", j'entends par là des cloques qui se forment en dessous de la corne... Sympa ! Mais je m'en suis sortie tout de même sans trop de dégâts. (EM)  : Alimentation en course  : quels choix as tu fait ? Ont-ils été bons ? (PC)  : J'avais pris les conseils d'habitués. Il en ressortait qu'il fallait  : - faire des sachets avec des cacahuètes, - faire des sachets avec des dragibus, - avoir des barres..., Ah oui les "sachets" sont des ziploc. "Ziploc"… marque de sacs de stockage avec fermeture éclair réutilisables et refermables, développés et commercialisés par Johnson et Fils ayant pour but de contenir sandwichs, encas ou divers... Le Ziploc va devenir l'élément indispensable du séjour. J'avais donc préparé des "ziploc" d'alimentations diverses et variées. Tu ne le sais pas tout de suite mais au bout de 10h de course tu commences à savoir ce que tu aimes et ce que tu n'aimes déjà plus... Pour ma part j'aurais dû faire plus de mini sandwich type fromage frais, rillettes.. et prendre moins de barres sucrées. Les ziploc de cacahuètes et bonbons sont une très bonne idée si tu en as un accès direct (poche très accessible à pieds ou à vélo). Mais je suis sûre que je ne suis pas encore au point... Il va falloir enquêter ! (EM)  : Comment avais-tu préparé le manque de sommeil ? Comment l'avez-vous géré en course ? (PC)  : En faisant de bonnes nuits les semaines qui précèdent. Ca aussi ça a été un grand moment... la gestion du sommeil en course. Je pense que je ne sais toujours pas comment le gérer. Tu entends de tout. Il y a ceux qui te disent qu'ils dorment 1h de jour 1h de nuit, ceux qui te disent qu'ils ne dorment pas hormis les 3h de sommeil obligatoires, il y a ceux qui font des siestes de 20 min tous les.. (?) et il y a nous...
Je rappelle que nous étions 4 à n'avoir jamais fait de raid non-stop et encore moins à avoir eu à gérer des problèmes de sommeil. Alors nous c'était plutôt, bon ok on ne dort pas jusque les 3h obligatoires et après on voit. Finalement nous sommes partis dans la nuit de mardi à mercredi et les 3h obligatoires étaient jeudi après-midi pour nous. C'était long... sans dormir ! A partir du moment où tu commences à être en dette de sommeil... J'le dis ou j'le dis pas ? Moi on ne me l'avait pas dit Bon allez j'le dis ! A partir du moment où mon corps a réellement manqué de sommeil j'ai commencé à voir des maisons de Disney dans les arbres, des enfants courir à côté de moi, des chats et aussi beaucoup de sorcières... Au début ça te fait marrer puis ça pose problème parce que tu t'endors vraiment en roulant et après tu te demandes même si tu n'es pas dingue. Je suppose que les premières équipes avaient anticipé cette dette de sommeil, moi je ne sais toujours pas comment je ferais la prochaine fois (EM)  : Quelles craintes avais-tu avant le départ ? Quelles angoisses ? Au final, était-ce fondé ? (PC)  : Mes craintes portaient sur l'organisation générale. La peur d'oublier quelque chose ou pire de ne pas y avoir pensé avant ! Heureusement les conseils de raideurs confirmés nous ont bien aidés. J'avais également peur de refaire un abcès... J'ai donc investi dans un super cuissard, merci Yoann(Brunot) ! Sinon je n'avais pas de crainte particulière, c'était une grosse découverte, j'étais plutôt excitée de me lancer. (EM)  : As-tu eu des blessures ? Aurais-tu pu les éviter (et comment) ? (PC)  : J'ai fini abimée mais là où je l'aurai cru. Une petite tendinite au niveau du tibial antérieure provoquée par des chaussures VTT neuves trop grandes sur des pédales VTT trop serrées. Oui, j'aurais pu l'éviter en mettant mes chaussures avant le RIF et en desserrant les pédales au fur et à mesure que je me cassais la gueule pour déchausser... (EM)  : Quels moments ou sections, ont été le plus difficile (et pourquoi) ? (PC)  : Sans hésitation la barque ! Un bon moment de panique générale au sein de l'équipe de ma faute en grande partie... Nous avions décidé de faire dormir Charly et de faire ramer Philippe et moi pendant que Léo devait nous guider. Je ne suis pas à l'aise avec l'eau la nuit et Philippe n'était pas à l'aise avec la technique de rame.. Ca a fini contre une berge... J'ai réveillé Charly et avons fini à deux à la rame. Philippe au dodo et Léo nous a guidés. Contente d'être arrivée. Les moments qui ont été difficiles pour moi sont les moments de lutte contre le sommeil. C'est un peu comme de lutter devant un prof en cours... (EM)  : Quel moment a été le plus satisfaisant ? qu'as-tu ressenti au passage de la ligne d'arrivée ? (PC)  : J'ai adoré dormir 1h dans la grotte dans la nuit de vendredi à samedi. Ça avait carrément un côté Kho lanta ! Et j'ai adoré le trek de nuit dans les canyons, grimper dans le noir entre les branches. J'ai été satisfaite aussi de voir que Charly prenait du plaisir à orienter et surtout s'en sortait très bien pour une première. La ligne d'arrivée a été une grande satisfaction mais avec limite un goût de trop peu... Peut-être parce que nous avions été arrêtés samedi matin au dernier check, finalement c'était un peu là la ligne d'arrivée. Je craignais en participant à ce type de format qu'à l'arrivée je n'aurais pas envie d'en refaire de suite. Là c'était plutôt l'inverse les gens à l'arrivée étaient supers sympas et j'me suis dit, "c'est quand le prochain ? ". (EM)  : Avec le recul, que changerais-tu dans ta préparation ? Dans le déroulé de la course ? (PC)  : Niveau sportif, je me préparerais d'avantage au dénivelé même si dans le nord ce n'est pas facile. Je ferais aussi d'avantage de kayak. Niveau organisation générale je reverrais pas mal de choses, surtout dans l'avant course, le fameux "raid avant le raid". Etre plus organisée dans la préparation des sacs et du matériel plutôt que de se retrouver à 22h à finir de boucler les "caisses" (autre terme fréquemment utilisé) pendant que les autres équipes dorment avant le départ à 0h. Ne pas se soucier la veille de savoir si ton charriot pour les kayaks est en état de fonctionnement... Je partirais également bien moins chargée. Toujours prudente j'étais partie limite avec tout en double dans mon sac de course. Dans le déroulé de la course je ne sais pas vraiment. Ce n'est pas facile d'ailleurs de savoir car nous étions 4 novices. Il y a certainement des choses à améliorer même si tout s'est relativement bien passé. (EM)  : As-tu envie de repartir sur un raid long ? quel conseil principal donner à un raideur novice en raid long ? (PC)  : Carrément !!! Avec qui, quand et comment je ne sais pas encore ! Le programme de la saison 2016 sera établie d'ici peu je l'espère. Un conseil  : bien choisir ses vêtements. Ne pas mettre de côté certains habits car ils auraient quelques grammes en trop ! (EM)  : Un dernier mot ? (PC)  : Merci Béatrice de m'avoir permis de me replonger dans la course à travers ces questions. Je dois toujours sortir un petit compte rendu de cette belle aventure d'ailleurs ! ENDORPHIN ENDORPHINMAG.FR N°34 - novembre décembre 2015 13 # INTERVIEW  : Pauline Carré Béatrice GLINCHE Béatrice GLINCHE Béatrice GLINCHE Béatrice GLINCHE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 1Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 2-3Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 4-5Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 6-7Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 8-9Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 10-11Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 12-13Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 14-15Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 16-17Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 18-19Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 20-21Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 22-23Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 24-25Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 26-27Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 28-29Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 30-31Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 32-33Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 34-35Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 36-37Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 38-39Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 40-41Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 42-43Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 44-45Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 46-47Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 48-49Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 50-51Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 52-53Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 54-55Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 56-57Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 58-59Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 60-61Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 62-63Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 64-65Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 66-67Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 68-69Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 70-71Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 72-73Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 74-75Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 76-77Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 78-79Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 80-81Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 82-83Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 84-85Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 86-87Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 88-89Endorphinmag numéro 34 nov/déc 2015 Page 90