En Vue n°60 avr/mai 2013
En Vue n°60 avr/mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°60 de avr/mai 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Paris bibliothèques

  • Format : (170 x 260) mm

  • Nombre de pages : 66

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : Trenet, entre swing et poésie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
Histoire Médiathèque Edmond Rostand – Paris 17 e La montée du Nationalisme allemand des années 1850 aux années 1890 Universitaire, spécialiste de l’histoire culturelle allemande, Jacques Le Rider a publié L’Allemagne au temps du réalisme : de l’espoir au désenchantement, 1848-1890 (éd. Albin Michel, 2008), une somme offrant une nouvelle approche sur l’état d’esprit de l’Allemagne des années 1850 aux années 1890. Il anime cette conférence sur la montée du nationalisme allemand entre les années 1840 et la fin du XIX e siècle afin de mieux comprendre le contexte dans lequel Richard Wagner composa son œuvre. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la célébration du bicentenaire de Wagner et du cycle L’œuvre wagnérienne et le nationalisme allemand proposé par la médiathèque. Samedi 6 avril – 16h P ROJECTIONS la médiatisation de la conquête de l’espace 1961, Gagarine premier homme dans l’espace (Coproduction Arte France/Ina, 26 mn, 2011) Quatre ans à peine après la mise en orbite du premier satellite Spoutnik, l’exploit du cosmonaute confirme l’avance des Soviétiques sur les Américains. C’est une très grande victoire dans la course à l’espace et, en pleine guerre froide, c’est aussi une formidable propagande pour le régime communiste et un camouflet pour les États- Unis. Mais comment Iouri Gagarine a-t-il été choisi ? Qui a tourné les quantités d’images de Gagarine avant le jour du vol et après ? Comment ont-elles été utilisées par les autorités soviétiques ? 1969, En direct de la Lune (Coproduction Arte France/Ina, 26 mn, 2007) Dans un contexte d’incessants bras de fer avec les Soviétiques, la médiatisation de la mission Apollo XI a été remarquablement orchestrée et préparée par la NASA. Ce n’est pas un hasard si les premiers pas d’Armstrong sur la Lune sont filmés et montrés en direct, à 360 000 km de la Terre. Mais qui filme lorsque l’on voit Armstrong descendre de l’échelle et faire ses premiers pas ? Samedi 25 mai – 16 h Bibliothèque Maurice Genevoix Paris 18 e Balade urbaine Partez à la découverte du quartier La Chapelle dans le 18 e arrondissement avec une conférencière du musée Carnavalet. Découvrez les lieux évoquant la diversité culturelle de ce quartier métissé : le square de la Madone et son puits artésien, le marché couvert de l’olive, différents lieux de culte comme l’église Saint Denis de La Chapelle, la basilique Sainte Jeanne d’Arc, le temple du Dieu Ganesha et le quartier Pajol en pleine restructuration... Samedi 20 avril - 15h l’exposition À partir des recherches conduites pour réaliser la collection des films documentaires Mystères d’archives, coproduite par l’Ina et Arte, l’exposition propose des mini enquêtes très visuelles, composées de photos, croquis, schémas et extraits de phrases qui offrent un autre regard sur les images qui ont forgé notre mémoire collective. 21 - 31 mai 26
Zoom sur Littératures Trajectoire 29 Bibliothèque historique de la Ville de Paris – Paris 4 e Lecture-concert en compagnie, entre autres, de Jacques Roubaud. Samedi 24 avril – 19h30 Suite et fin du feuilleton de lectures – commencé en mars – avec ce Trajet long, lecture-concert avec Jacques Roubaud, Jacques Rebotier, Grégoire Oestermann et Frédéric Stochl à la contrebasse. Peut-on lire dans un autobus ? Oui. Surtout si on lit l’Ode à la ligne 29 des autobus parisiens de Jacques Roubaud (éd. Attila, 2012). Le créateur Jacques Rebotier a mis en voix et en musique le texte de Jacques Roubaud en compagnie d’acteurs, de musiciens et... de l’auteur lui-même. «Une odyssée urbaine en mode mineur, où le quotidien se frotte à l’insolite. Un exercice de style aussi (OuLiPo oblige) où l’humour tient autant à la virtuosité métrique qu’à la vivacité de perception de l’auteur. L’auteur, empruntant la ligne depuis plusieurs années, a écrit une ode dans la forme traditionnelle de l’alexandrin rimé, chaque strophe correspondant à une étape du trajet. D’ouest en est, de station en station, jusqu’au terminus, à la mystérieuse porte de Montempoivre, le passager Roubaud a noté les incidents de parcours, mouvements de passagers, et souvenirs évoqués par les lieux traversés. La complicité poétique du metteur en voix et musique donne ampleur et fantaisie à cette traversée. » MIREILLE DAVIDOVICI http ://voque-rebotier.blogspot.fr/ http ://theatredublog.unblog.fr/2012/12/12/ode-a-laligne-29-des-autobus-parisiens/ Voir également l’exposition de l’École Estienne à la médiathèque Hélène Berr (12 e ) et les photographies de Jean-Luc Bertini à la bibliothèque Marguerite Audoux (3 e ) dans la rubrique Images d’artistes, p. 44. 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :