En Vue n°59 mars 2013
En Vue n°59 mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°59 de mars 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Paris bibliothèques

  • Format : (170 x 260) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : Jacques Roubaud, la poésie lui va si bien.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Boulimie culturelle par Benoît Guillaume 4 Tout savoir sur Benoît Guillaume : www.benoitguillaume.org
Le Questionnaire d’Annabelle BrunoJulliard Votre premier grand souvenir de lecture ? Le Diable au corps de Raymond Radiguet. Je me souviens avoir emprunté ce roman fascinant à la bibliothèque de mon collège. J’ai été tellement touché par cet écrivain talentueux et précoce que je suis allé acheter un exemplaire du Diable au corps dans une librairie avant même de le rendre ! Votre héros favori ? J’éprouve une certaine affection pour Robin des Bois, le brigand au service de la justice ! Celui que vous auriez pu être ? L’époque n’est plus vraiment aux héros ou alors peut-être aux héros ordinaires… La musique que vous avez en tête ? J’ai souvent en tête les airs de Claude Nougaro, comme Toulouse ou Armstrong. Un spectacle inoubliable ? Je me souviens avec une vive émotion d’une cérémonie religieuse, à laquelle j’ai assisté dans une église un brin décrépie près de Dakar. Le spectacle de ces quelques musiciens professionnels jouant des airs de gospel était totalement envoûtant. L’espace d’un instant, le public est devenu artiste ! Un film que vous aimeriez (re)voir ? J’aimerais voir Métropolis, une des œuvres majeures du réalisateur allemand Fritz Lang. Ce film, muet et en noir et blanc, date des années 1920 et décrit une mégalopole en 2026. L’envie m’en est venue en assistant à la projection de quelques extraits au LAM dans le cadre de Lille 3000. Votre choix de sortie en bibliothèque parmi la programmation de mars ? « Atelier : Mon safari à la bibliothèque », par le photographe Francesco Acerbis, (mercredi 27 mars à 15h, bibliothèque Italie, 13e. Voir page II du cahier jeunesse). Je suis certain que cet atelier particulièrement original plaira beaucoup aux nombreux enfants qui fréquentent la bibliothèque Italie. Un lieu d’histoire et de culture à Paris chargé de sens pour vous ? L’Opéra Bastille constitue selon moi à la fois un défi politique, culturel et urbain. Ce lieu, marqué par l’histoire de la place qui l’abrite, est la démonstration que la volonté politique peut convaincre et réussir malgré les difficultés. Vous avez milité très jeune, quel a été le déclic ? C’est d’abord mon environnement familial, très engagé, qui m’a sensibilisé au militantisme. Mais mon engagement est depuis entretenu par les injustices qui sévissent dans notre société et qui sont trop criantes pour ne pas essayer de contribuer à en limiter les effets. Que diriez-vous aux adolescents qui souhaitent s’engager dans le militantisme ? Il me semble essentiel que les plus jeunes soient conscients que le visage du monde de demain dépend d’eux et de leur engagement, tant individuel que collectif. Il faut se donner les moyens de ses ambitions et de ses rêves ! L’éducation et la culture, deux univers qui doivent être étroitement mêlés, deux univers dont vous êtes proche. Quelles nouvelles initiatives prendre pour les rapprocher ? Culture et éducation ne peuvent en rien être dissociées et c’est pourquoi, il m’apparaît indispensable que la culture investisse enfin pleinement l’école. Ce n’est que via l’école que l’on peut s’adresser à tous les enfants et leur offrir le bagage culturel nécessaire pour un parcours serein vers l’âge adulte et l’autonomie. La Ville de Paris s’y attèle et propose d’ores et déjà aux enfants des écoles parisiennes un véritable programme d’éducation artistique, L’Art pour Grandir, qui mêle fréquentation des institutions culturelles, contact avec les artistes et les œuvres et pratique artistique. Dans le même sens, la Ville de Paris travaille actuellement à une réforme des conservatoires, visant à rapprocher les enseignements des conservatoires avec ceux proposés dans les écoles. Un souhait pour les bibliothèques à Paris ? Je souhaite que les bibliothèques parisiennes maintiennent voire amplifient leur dynamique d’ouverture au public. En effet, les Parisiens de tous âges et de toutes origines sociales se retrouvent aujourd’hui dans les véritables lieux de vie que sont devenues les bibliothèques et je ne peux que m’en féliciter. Mais l’évolution des pratiques culturelles invite à une remise en question permanente du service public proposé. Il faudra donc dans les prochaines années travailler par exemple à la question de l’offre numérique ou à celle des horaires d’ouverture, afin de s’adapter au mieux aux besoins et aux attentes de tous les Parisiens. Votre dernier tweet ? J’ai tweeté sur la tribune publiée le 25 janvier dans Libération dont les signataires déploraient le faible nombre de femmes à la tête d’établissements culturels en France. Je partage totalement le propos de cette tribune et j’en profite pour rappeler que la Ville de Paris est à la pointe du combat pour l’égalité des sexes, y compris dans le secteur culturel. 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :