En Vue n°57 nov/déc 2012
En Vue n°57 nov/déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°57 de nov/déc 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Paris bibliothèques

  • Format : (170 x 254) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : Villemot... quand l'affiche pétille !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Lefestival Monte le son ! vuepar Lolmède À voir les chroniques du quotidien de Lolmède sur : www.lolmede.mobi/blognotes/Retrouvez le festival Monte le son !, page 37. 4
Votre premier grand souvenir de lecture ? Dur dur... probablement Kerouac, dont j’ai tout lu au lycée, ainsi que sa bande de potes drogués (Burroughs et compagnie). J’ai eu une période intello « chiante » aussi, genre revues compliquées, la faute à la fac de lettres je pense. Aujourd’hui je ne lis que des américains contemporains, et Nabe aussi. Votre héros favori ? Depuis que j’ai appris que le père Noël n’existait pas, je n’ai plus de héros. Celui que vous auriez pu être ? Le père Noël donc. La musique que vous avez en tête ? Elle est pleine de congas et de batteries disco à 120 bpm, avec des sons de synthé étranges. Un spectacle inoubliable ? Quelques-uns, pas « un seul ». Des spectacles de danse et des pièces de théâtre m’ont marqué, mais Bästärd et Sebadoh m’ont procuré le plus de frissons sur scène. Les Flaming Lips aussi. Et Liars. Et Anika. Et Ela Orleans. Et Lcd Soundsystem. Un titre incontournable dans l’histoire de la musique électronique ? Un seul ? ! Trop difficile. Ou alors Time To Go de Delia Derbyshire, 22 secondes de joie (longtemps ma sonnerie de téléphone). Le Questionnaire d’Annabelle RubinSteiner Quel a été le déclencheur qui vous a poussé à faire de la musique ? Au lycée, c’était pour s’amuser (j’étais chanteur de Salad Days). Ensuite, dans Merz, c’était ni plus ni moins que l’envie de révolutionner la musique. Ensuite j’ai découvert l’ordinateur, en 98… mais dès le départ, c’était juste pour s’amuser. Et aujourd’hui encore. Qu’est ce qui caractérise votre musique ? La liberté et le manque d’ambition (c’est un oxymore non ?). Et puis aussi la danse. C’est important la danse. Donner un concert dans une bibliothèque, qu’est-ce que cela vous inspire ? Faudra dire à la dame à l’accueil que ça va faire du bruit. Sinon, jouer dans une bibliothèque, ça me va ! Vous évoluez en solo depuis 2010, vous aviez besoin de vous retrouver seul face aux machines ? Pour faire l’album oui, mais c’est surtout une histoire d’emploi du temps. Je suis programmateur d’une salle de concert à Tours (Le Temps Machine), travail (métier même) qui me prend énormément de temps. J’ai dû trouver une formule simple pour faire cet album, essentiellement à la maison, avec le moins de matériel possible (donc des synthés). Sur scène par contre, on est cinq, avec batterie, congas/percus, des synthés, guitare, basse et Mme Douze, ma chérie, qui chante aussi. À part la composition et l’enregistrement des mes disques, j’ai toujours fait des concerts en groupe. Je suis un faux solitaire (mais solitaire quand même). Votre dernier album s’intitule Discipline in anarchy. C’est la définition du secret pour composer ? Absolument ! Et c’est même exactement pour cette raison que l’album s’appelle comme cela. Il faut une grande discipline pour faire de la musique dans ces conditions, sans studio et à raison de dix minutes par semaine. Fragmenter son cerveau en permanence et hiérarchiser les urgences. C’est pour cela que j’ai mis trois ans à faire ce disque. Un endroit insolite où vous rêvez de faire un concert ? Heu… dans une salle de concert c’est bien non ? C’est moins l’endroit que le public qui est primordial pour faire un concert. Jouer devant des gens, c’est cela le plus important. Après, une bibliothèque, un bar, une grosse salle ou une grotte, ça ne change pas grand chose. Enfin je crois. Le mot de la fin ? Mingus disait de son album Tijuana Moods que c’était le meilleur album qu’il avait fait de toute sa vie. J’ai envie de le paraphraser pour mon album. Et la nouvelle formule sur scène ressemble exactement à ce dont je rêve depuis des années. Donc je suis content. Ce sera le mot de la fin : je suis CONTENT. www.rubinsteiner.com Voir la programmation pages 42, à la rubrique Monte le son ! 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 1En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 2-3En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 4-5En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 6-7En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 8-9En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 10-11En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 12-13En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 14-15En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 16-17En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 18-19En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 20-21En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 22-23En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 24-25En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 26-27En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 28-29En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 30-31En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 32-33En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 34-35En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 36-37En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 38-39En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 40-41En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 42-43En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 44-45En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 46-47En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 48-49En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 50-51En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 52-53En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 54-55En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 56-57En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 58-59En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 60-61En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 62-63En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 64-65En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 66-67En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 68-69En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 70-71En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 72-73En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 74-75En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 76-77En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 78-79En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 80-81En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 82-83En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 84-85En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 86-87En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 88