En Vue n°57 nov/déc 2012
En Vue n°57 nov/déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°57 de nov/déc 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Paris bibliothèques

  • Format : (170 x 254) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : Villemot... quand l'affiche pétille !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Bibliothèque Benjamin Rabier Paris 19 e La Voix des racines Concert du groupe Tighri Uzar. Ce trio de femmes algériennes interprète des chants kabyles traditionnels a cappella, parfois accompagnés de percussions ou de guitare sèche. Perpétuer ces chants permet de sauvegarder le patrimoine ancien qui a accompagné les kabyles dans leur vie quotidienne depuis des décennies. Samedi 15 décembre – 15h Les images oubliées de Germaine Tillion Documentaire réalisé par François Gauducheau (Pois chiche films, TV10 Angers, 2001, 48 mn) 16 Regards sur Bibliothèque Claude Lévi-Strauss – Paris 19 e P R O J E C T I O N S Bibliothèque Oscar Wilde – Paris 20 e Le Contraire de l’amour En 1954, Germaine Tillion est mandatée en Algérie par le gouvernement français « pour témoigner de l’état d’esprit de la population ». C’est ce qu’elle fera, mais à mille lieues de la réflexion de l’époque, en alertant les pouvoirs publics de l’urgence des mesures sociales à prendre pour lutter contre la pauvreté. Depuis sa maison bretonne, en présence d’une biographe attachée à ses pas et à sa vie, elle commente cette première approche du « fonctionnement des groupes humains » qui façonna son destin et ses combats. Mercredis 14 et 21 novembre – 17h l’Algérie Le metteur en scène Dominique Lurcel et le violoncelliste Marc Lauras proposent une lecture autour de leur spectacle Le Contraire de l’amour d’après le Journal de Mouloud Feraoun, présenté du 10 au 18 novembre à la Maison des métallos. Ils donnent à entendre des pages de Feraoun, Camus et Sartre en éclairage complémentaire au spectacle, autour de la question algérienne. Instituteur dans un petit village de la Kabylie algérienne, Mouloud Feraoun, nourri de culture française, était également romancier (Le Fils du pauvre, éd. Seuil, 1997), ami de Camus et d’Emmanuel Roblès. Il a tenu un journal depuis le début de l’insurrection algérienne jusqu’à la veille de sa mort, le 15 mars 1962 à Alger, assassiné par un commando de l’OAS. Son Journal dit, sans emphase, le quotidien de la guerre : les exactions, la peur, les petites lâchetés et les actes de courage, la torture aussi, les viols systématiques. Dominique Lurcel a réalisé une partition à deux voix, texte et violoncelle intimement mêlés, à partir de ce Journal qui est aussi un portrait bouleversant d’un homme déchiré entre ses racines kabyles et sa culture française, entre sa haine de toute violence et son adhésion progressive à la lutte. Samedi 10 novembre – 15h Boudiaf, un espoir assassiné Documentaire de Malek Bensmaïl et Noël Zuric (Ina/La Sept-Arte, 1999, 56 mn). 1er juillet 1992, les Algériens assistent avec colère à l’enterrement de Boudiaf, assassiné à Annaba, et à celui de leur espoir d’alternative politique. Archives à l’appui, journalistes, sociologues et politiques font le portrait de celui qui avait misé sur le peuple pour redresser le pays. Samedis 17 et 24 novembre – 16 h 30
Bibliothèque Couronnes – Paris 20 e 1830-1962, histoire et mémoire de l’Algérie coloniale Projection du film Mémoires de la guerre d’Algérie (45 mn.), réalisé par des élèves de troisième de deux collèges de Bagneux, qui présente une rencontre avec des acteurs du conflit, Français et Algériens, et un échange avec l’historien Mouloud Haddad. Projection suivie de deux interventions : – comment l’Algérie est devenue française (1830- 1930) par Mouloud Haddad, historien et sociologue, chercheur associé à l’EHESS ; – des premiers mouvements nationalistes à la guerre d’Indépendance algérienne par Moula Bouaziz, historien et politologue. Samedi 17 novembre – 15 h 30 Bibliothèque Louise Michel – Paris 20 e L’apéro de Louise Regards sur Rencontre avec Laurent Maffre, auteur du roman graphique Demain, demain : Nanterre, Bidonville de la Folie 1962-1966 (Actes Sud BD, Arte éditions, 2012). L’apéro de Louise est participatif ! Merci d’apporter un petit quelque chose à manger ou à boire. Vendredi 16 novembre – 19h Vivre la double identité culturelle : entre France et Algérie Projection du film documentaire Allons enfants ! (Arturo Mio/Téléssonne/CNC, 2008, 52 mn), en présence d’Hélène Kuhnmunch, réalisatrice, de Nourdine Mohamed, directeur du centre culturel des Fossés-Jean à Colombes et José Morel-Cinqmars, psychanalyste et psychologue. Rencontre modérée par Claudie Le Bissonnais, coordinatrice des Passeurs d’Images à Arcadi. Des adolescent(e)s d’origine algérienne s’interrogent sur leur statut de doubles immigrés : Algériens en France, Français en Algérie. Différentes questions sont soulevées : les vacances d’été en Algérie et les différences culturelles, la place des femmes dans la société algérienne, la guerre d’Algérie qui reste un tabou dans de nombreuses familles comme dans les manuels scolaires. Jeudi 22 novembre – 19 h Musique algérienne l’Algérie Conférence de Naïma Yahi. Cette rencontre évoque la place de la chanson algérienne de l’exil durant la guerre d’Algérie. Naïma Yahi revient sur les origines d’une vie musicale algérienne en métropole, sur les chansons et le rôle des artistes durant le conflit, marquant ainsi la mémoire culturelle des deux rives. HISTORIENNE, DIRECTRICE DE L’ASSOCIATION PANGÉE NETWORK, NAÏMA YAHI EST AUTEUR D’UNE THÈSE SUR L’HISTOIRE CULTURELLE DES ARTISTES ALGÉRIENS EN FRANCE. ELLE FUT LA COMMISSAIRE DE L’EXPOSITION GÉNÉRATIONS, UN SIÈCLE D’HISTOIRE CULTURELLE DES MAGHRÉBINS EN FRANCE À LA CITÉ NATIONALE DE L’HISTOIRE DE L’IMMIGRATION EN 2010. Vendredi 7 décembre – 19h L’écriture issue de l’immigration algérienne : un genre littéraire ? Rencontre avec l’auteur Azouz Begag autour de l’écriture issue de l’immigration algérienne. Un genre qui prend ses racines dans la question de l’identité. Le dernier roman d’Azouz Begag, Salam Ouessant, met en scène cette transmission identitaire entre un père et ses filles, « exilés » en vacances à Ouessant, rêvant/redoutant l’Algérie. Alec Hargreaves, spécialiste de l’étude des auteurs issus de l’immigration maghrébine, évoque avec Azouz Begag le sentiment incertain de l’identité et des problèmes de l’exclusion dans la société d’accueil, thèmes centraux dans de nombreux ouvrages de l’auteur. AZOUZ BEGAG, NÉ À LYON EN 1957, IL EST AUTEUR ET CHERCHEUR EN ÉCONOMIE ET SOCIOLOGIE. IL APUBLIÉ DE NOMBREUX OUVRAGES, DONT LE GÔNE DU CHAABA (ÉD. SEUIL, 1986, UN TRAIN POUR CHEZ NOUS (ÉD. MAGNIER, 2001), LE MARTEAU PIQUE-CŒUR ÉD. SEUIL, 2004) ET SALAM OUESSANT (ÉD. ALBIN MICHEL, 2012). ALEC HARGREAVES, SOCIOLOGUE, LINGUISTE ET HISTORIEN, IL A ENSEIGNÉ LA LITTÉRATURE FRANCOPHONE ET PARTICULIÈREMENT CELLE DES AUTEURS ISSUS DE L’IMMIGRATION MAGHRÉBINE AU ROYAUME-UNI ET AUX ÉTATS-UNIS. IL EST L’AUTEUR DE VOICES FROM THE NORTH AFRICAN IMMIGRANT COMMUNITY IN FRANCE : IMMIGRATION AND IDENTITY IN BEUR FICTION, PARU EN 1991. IL ATRADUIT ET PRÉFACÉ L’OUVRAGE D’AZOUZ BEGAG, ETHNICITÉ & EGALITÉ : LA FRANCE DANS LA BALANCE, EN 2007. Rencontre suivie d’une dédicace avec la librairie Avicenne. Samedi 24 novembre – 15 h 30 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 1En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 2-3En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 4-5En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 6-7En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 8-9En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 10-11En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 12-13En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 14-15En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 16-17En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 18-19En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 20-21En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 22-23En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 24-25En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 26-27En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 28-29En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 30-31En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 32-33En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 34-35En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 36-37En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 38-39En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 40-41En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 42-43En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 44-45En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 46-47En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 48-49En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 50-51En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 52-53En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 54-55En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 56-57En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 58-59En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 60-61En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 62-63En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 64-65En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 66-67En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 68-69En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 70-71En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 72-73En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 74-75En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 76-77En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 78-79En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 80-81En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 82-83En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 84-85En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 86-87En Vue numéro 57 nov/déc 2012 Page 88