En Vue n°55 jun/jui/aoû 2012
En Vue n°55 jun/jui/aoû 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°55 de jun/jui/aoû 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Paris bibliothèques

  • Format : (170 x 254) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 8 Mo

  • Dans ce numéro : qu'est-ce que le cirque ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
PARIS EN CHANSONS 1 lu, plmgr ! P louit'en ituff.. !.(P.fi Pl t'lilllPiotlitJ. ru1 rœur tle. til• if, t'II]'ÎifiiP. lite (/flr•furtlliOtr tl'(lmour il Prœi.ç ! uti.E fXPUSI riO à la Galerie des bibliothê•mes de la Ville de Paris ZZ roe Maloer Paris 4'/Jtu au 29 juillet 2012 www.chansons.paris.fr UH LIY.1E mo11paenê h 2 CD (•& titres) Prêlatt de Philippe Meyer lute Christian MucldetC.éditin Paris bibli1thèques/frme Inter 218 pages/250 illusmnions l5C Dilfllsion Jetes Sud
WilliamBlanc, Votre premier grand souvenir de lecture ? Deux années sur le gaillard d’avant de Richard H. Dana. Un voilier, la Californie d’avant la ruée vers l’or, le Cap Horn... qui dit mieux ? Votre héros favori ? Cyrano de Bergerac... celui de Rostand. Celui que vous auriez pu être ? Cyrano de Bergerac, le vrai, le philosophe libertin, un Parisien qui plus est. Votre livre du moment ? Les Watchmen d’Alan Moore, ce qui me permet de dire que l’ancêtre des super héros est Parisien. La musique que vous avez en tête ? Won’t get fooled again, des Who... pas très parisien, mais je suis à l’image de ma ville : cosmopolite. Un spectacle inoubliable ? Le dernier concert de Béruriers Noirs sur Paris, aux Frigos, en 2003. À quand remonte votre passion pour Paris et son histoire ? À la base, je me destinais à l’histoire américaine... rien à voir donc. Et me voilà en train de faire un doctorat d’histoire médiévale à la Sorbonne sur les animaux à Paris. Pourquoi ? Peut-être parce que je suis tombé un jour sur le plan de Mérian de Paris (1615). Je suis Le Questionnaired’Annabelle fasciné par les plans, les cartes. J’ai voulu en savoir plus... et puis, il y a eu quelques veillées devant les portes Saint-Denis et Saint- Martin, deux monuments qui, à mon sens, résument très bien le long conflit qui a pu exister entre l’autorité centrale et Paris. Un livre incontournable sur l’histoire de Paris ? Argh... mais il y en a des tonnes ! Le Métronome, ha, ha, ha ! Non, trêve de blague ; l’Atlas des Parisiens, de la révolution à nos jours de Maurice Garden et Jean-Luc Pinol est une vraie mine d’informations. Mais, à mon avis, rien ne vaut une bonne balade au musée Carnavalet. J’y retrouve souvent des groupes avec l’association Goliard[s] pour une petite balade au milieu des peintures. Vous proposez une baladeconférence sur le thème des chansons à Paris (en écho à l’exposition Paris en chansons) en compagnie de Valmy, chansonnier et de son orgue de barbarie, mais aussi de Thierry Pelletier, travailleur social et écrivain. Quelle époque allez-vous aborder ? Celle des Apaches, ces voyous qui, au début du XX e siècle, terrorisaient paraît-il Paris. Sauf que des historiens, Dominique Kalifa en tête, ont montré que le phénomène Apache était plus une création de la presse qu’autre chose, une sorte de fantasme DE GAUCHE À DROITE : THIERRY PELLETIER, WILLIAM BLANC ET VALMY. sécuritaire inspiré par une haine du peuple tenace partagée par les élites littéraires (Balzac en tête) ou politiques (Haussmannbien sûr). Avec Thierry et Valmy, nous tentons d’éclairer ce phénomène chacun à notre manière. La balade que nous proposons, c’est aussi la rencontre de trois savoirs, de trois passions différentes. C’est drôle, mais, parfois, nous ne sommes pas d’accord sur tout. Et nous le montrons ! Au public de juger. C’est aussi ça l’histoire... un débat vivant, pas un récit figé. Qu’est-ce qui caractérise, selon vous, les chansons sur Paris ? Tout dépend quelles chansons et qui les chante. Celles qui célèbrent le Paris populaire ont ma préférence, car elles parlent des oubliés de l’histoire. Des titres ? Il y en a des centaines. Valmy et Thierry en parleraient bien mieux que moi. Un lieu pour écouter et découvrir la nouvelle chanson française aujourd’hui ? L’espace Jemmapes... mais surtout Montmartre, dans les rues où Valmy se produit. Une chanson emblématique qui représente Paris ? Bon, je ne vais pas être très original, mais Il est cinq heures a bercé mon enfance. Je pourrais aussi citer Les Charognards de Renaud, qui fait écho 75 ans après à ce que nous disons sur les Apaches. Ah, j’oubliais, j’adore Le blues de la Porte d’Orléans... Paris Apache en chansons : balade dans le Paris populaire du début du XX e siècle, voir page 10 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :