En Vue n°55 jun/jui/aoû 2012
En Vue n°55 jun/jui/aoû 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°55 de jun/jui/aoû 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Paris bibliothèques

  • Format : (170 x 254) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 8 Mo

  • Dans ce numéro : qu'est-ce que le cirque ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
Zoom sur Le cirque 32 Médiathèque Marguerite Duras Paris 20 e Exposition 15 juin - 1er septembre « Le territoire du cirque se trouverait-il en enfance ? Féerie des univers, surprises, performances exceptionnelles, magie des numéros : du rire aux frissons, il y a dans le cirque tous les ingrédients de l’émerveillement enfantin. Art du mouvement, pouvoir des corps, poésie sans parole... » L’exposition propose un voyage dans l’univers d’artistes dont la vision originale revisite les grandes figures emblématiques du cirque : La Grande Parade des illustrateurs donne à voir cette multiplicité de points de vue au travers de 25 œuvres réalisées par Éric Battut, Frédérique Bertrand, Claude Cachin, Serge Ceccarelli, Carll Cneut, Élisabeth Ivanovsky, Lionel Kœchlin, Vladimir Lebedev, Lorenzo Mattoti, Katrin Stangl. Benoît Jacques et son installation Funambulibili nous entraîne dans le monde de l’apesanteur et de l’équilibre, Emmanuelle Houdart, avec Artistesetimages Barnhominum, dans celui de « costumes imaginaires, complètement branques et fous ». Benjamin Cuvelier, grâce à ses images composées numériquement ou manuellement au crayon noir, nous emmène dans le quotidien magique du monde circassien. Linet Andrea, quant à elle, peint, avec un talent inouï, une galerie de portraits de clowns d’une expressivité incroyable. Les œuvres exposées proviennent de l’exposition Circus présentée au dernier Salon du Livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis, avec le soutien du Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Voir également la rencontre autour de l’histoire du cirque (p. 40) LINET ANDREA
Bibliothèque Marguerite Audoux – Paris 3 e Richard Dussaulx : peintures et sculptures Né en 1948 à Pforzheim en Allemagne, Richard Dussaulx a vécu et travaillé à Malakoff et dans l’Eure jusqu’à la fin de sa vie. Il disait « Vous, nous les humains, quand je vous regarde, vous écoute, vous respire, pour dire, comprendre ce que nous sommes, ce qui émane de nous, ce qui se cache en nous (l’insivible). L’art nous permet de nous en rapprocher, voilà comment je vous, je nous sens. Le « mystère » est toujours présent, mais maintenant je comprends mieux ». Dans le cadre du Festival Nomades, parcours culturels dans le Haut marais. Jusqu’au 13 juin Bibliothèque Rainer Maria Rilke – Paris 5 e Sainte Anne dans l’art occidental En écho à l’exposition « La Sainte Anne, l’ultime chef-d’œuvre de Léonard de Vinci » au musée du Louvre (jusqu’au 25 juin), les auteurs de Sainte Anne. Histoire et représentations entendent resituer l’œuvre du maître italien dans sa famille iconographique. La présentation de cette dernière implique de procéder à un rappel des sources apocryphes de l’histoire légendaire de la mère de la Vierge, avec ses étapes constitutives, avant de souligner la popularité de son culte. Cette faveur exceptionnelle explique le nombre d’œuvres d’art qui, à partir du XII e siècle, en Occident notamment, ont été consacrées à la sainte, jusqu’au XVII e siècle inclus. On pourra alors dégager l’originalité puissante, et théologiquement éloquente, du panneau de Vinci. Avec Françoise Bayle et François Bœspflug. À lire : Sainte Anne. Histoire et représentations de François Bœspflug et Françoise Bayle (Éditions du musée du Louvre-éditions Artlys, 2012). Cette rencontre est suivie d’une dédicace. Mardi 12 juin – 19h Artistesetimages Expositions Bibliothèque Saint-Simon – Paris 7 e Le fouillis de la table : gravures Maurice Breschand n’a jamais cessé de dessiner le fouillis de la table : tasses, verres, assiettes dans l’attente de la table dressée ; les apprêts du repas, écrevisses, pommes, citrons, avant que la cuisson ne les transforme ; les reliefs du déjeuner sur la nappe. Témoins silencieux de la vie qui tourne autour d’eux, animal et minéral entremêlés. La pointe sèche est l’art le plus proche de l’écriture. Le monde apparaît par fragments, un récit entrevu. Comme ces objets échoués sur la plage, apportés par les vagues. 13 juin - 13 juillet 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :