En Vue n°53 mars 2012
En Vue n°53 mars 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°53 de mars 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Paris bibliothèques

  • Format : (170 x 254) mm

  • Nombre de pages : 58

  • Taille du fichier PDF : 6,1 Mo

  • Dans ce numéro : Sur un Air de Paris... Juliette Gréco marraine de l'exposition.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
Médiathèque Marguerite Duras – Paris 20 e Parce qu’on va pas lâcher Odysseus Percussions corporelles, théâtre, danse avec Mourad Bouhlali et Hassan Razak de la compagnie Onstap. Avec Parce qu’on va pas lâcher, Mourad Bouhlali et Hassan Razak ouvrent le step pour y mêler danse, théâtre, slam, etc. : un maillage qui se nourrit de différentes sources et s’enrichit de multiples pratiques. Maîtrise du rythme, jeux de synchronisations et de désynchronisations, franchise du verbe, voix et corps à l’unisson, habités d’un même rythme intérieur, forment un objet à l’identité hybride et inhabituelle où chacun peut trouver et retrouver son intime particularité. À consulter : Production : compagnie Onstap. Coproductions : Le Melkior Théâtre/La Gare Mondiale (Bergerac), le Centre chorégraphique national/Ballet de Lorraine (Nancy), Théâtre Louis Aragon/scène conventionnée danse (Tremblay-en-France) et la Ferme du Buisson/Scène nationale de Marne-la-Vallée. Mercredi 14 mars – 15 h 30 Un atelier gratuit de percussions corporelles est proposé à la Maison de pratiques artistiques amateurs de Saint-Blaise (20 e) pour les publics enfants, adolescents et adultes par la compagnie Onstap. 12h d’atelier, du 24 au 26 avril. Inscriptions à la MPAA/Saint-Blaise au 01 46 34 94 90. 46 « La nostalgie est donc la souffrance causée par le désir inassouvi de retourner » comme l’écrit Milan Kundera dans son roman L’ignorance. Qui est celui qui est envahi par cette souffrance ? Le premier d’entre tous : Ulysse. Son Odyssée est une quête du retour, mais bien plus. Et surtout, comme le démontre Jean-Pierre Vernant, une quête identitaire. En écho au spectacle Vaterland, dans une lecture croisée de L’ignorance de Kundera et de textes de Vernant autour de la figure d’Ulysse dans l’Odyssée, Cécile Zanibelli et Nathan Gabily questionnent la notion même d’identité et invitent à traverser cette aventure humaine en musique. En partenariat avec le Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis et la compagnie Les piétons de la Place des Fêtes. Samedi 17 mars – 15h Vaterland est joué du 26 mars au 1er avril au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis.
Autour de Deborah Hay Membre du célèbre Judson Dance Theatre de New York au début des années 60, puis interprète éphémère chez Cunningham lors de la tournée de 1964, la chorégraphe américaine Deborah Hay n’a cessé de questionner sa propre pratique chorégraphique. À la fin des années 80, elle s’interroge sur la manière de documenter ses chorégraphies et se rend compte que « transcrire littérairement les chorégraphies [lui] permet de toucher aux limites de [son] expérience de la danse ». Avec Laurent Pichaud, chorégraphe dont l’intérêt pour le travail in situ se conjugue avec les recherches de Deborah Hay (leur duo Indivisibilités sera présenté au Théâtre de la Bastille du 3 au 6 avril), Louise Desbrusses, auteure de romans (L’argent, L’urgence, Couronnes Boucliers Armures chez P.O.L), de poèmes et d’essais sur le corps et l’écriture, qui présente son adaptation du solo de Deborah Hay, I think not (les 3 et 4 avril au Théâtre Le Colombier de Bagnolet pour le festival Concordan(s)e). Stéphanie Moitrel, chorégraphe, créatrice de la compagnie L’éclaboussée avec Céline Dauvergne, présente, au cours de la même soirée, sa propre adaptation de I think not. Mardi 27 mars – 19h Soirée organisée dans le cadre du festival Concordan(s)e. www.concordanse.com Arts du spectacle L’Espace Répétition publique et discussion avec Jean-Baptiste André et Fabrice Melquiot. Écrire l’espace en source et ligne de fuite. L’espace, en tant qu’espace d’abandon et de représentation. Essayer d’y être soi et un autre soi. Écrire dans l’espace, tandis qu’on y rencontre un corps étranger, avec lequel il faudra négocier. Écrire pour l’espace, une forme ouverte, déprise de la narration, un puzzle poétique flottant. DIPLÔMÉ DU CNAC, JEAN-BAPTISTE ANDRÉ EST AUTEUR ET INTERPRÈTE, SPÉCIALISÉ DANS LE TRAVAIL DU CLOWN ET LES ÉQUILIBRES SUR LES MAINS. IL FONDE L’ASSOCIATION W (2002) POUR Y DÉVELOPPER DES PROJETS PORTÉS VERS LE CIRQUE CONTEMPORAIN. IL ACRÉÉ DEUX SOLI : INTÉRIEUR NUIT (2004) ET COMME EN PLEIN JOUR (2006), DEUX PIÈCES QUI TOURNENT EN FRANCE ET ÀL’ÉTRANGER. EN 2005, IL EST LE PREMIER ARTISTE DE CIRQUE LAURÉAT DU PROGRAMME VILLA MÉDICIS HORS LES MURS. FABRICE MELQUIOT A PUBLIÉ UNE TRENTAINE DE PIÈCES CHEZ L’ARCHE ÉDITEUR. SES PREMIERS TEXTES SONT PUBLIÉS ÀL’ÉCOLE DES LOISIRS ET DIFFUSÉS SUR FRANCE CULTURE. ASSOCIÉ PENDANT SIX ANS AU METTEUR EN SCÈNE EMMANUEL DEMARCY-MOTA AU CENTRE DRAMATIQUE NATIONAL DE REIMS, FABRICE MELQUIOT VOIT SES PIÈCES MONTÉES AU THÉÂTRE DE LA BASTILLE ET AU THÉÂTRE DES ABBESSES À PARIS. CETTE COLLABORATION SE POURSUIT DÉSORMAIS AU THÉÂTRE DE LA VILLE, À PARIS. Samedi 31 mars – 11 h Manifestation organisée dans le cadre du festival Concordan(s)e. www.concordanse.com 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :