En Vue n°48 avr/mai 2011
En Vue n°48 avr/mai 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de avr/mai 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Paris bibliothèques

  • Format : (170 x 254) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : ouverture de la bibliothèque Louise Michel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
42 Bibliothèque Port-Royal – Paris 5 e Une vision de la beauté du monde à tire-d’aile Projections de deux « audiovisuels » (diaporama sur DVD) réalisés par Jean et Sophie Ponsignon avec la collaboration d’une trentaine de photographes aériens. La nature du monde vue du ciel L’émerveillement devant la beauté et l’étrangeté de notre Terre vue du ciel : mers et océan, îles et atolls, fleuves, rivières, lacs et marais, volcans... Traces de l’humanité vue du ciel L’étonnement devant l’inventivité dont l’homme a fait preuve et les formes très diverses de ses constructions : Préhistoire et Antiquité, apparition des villages, bourgs et villes, constructions défensives, architecture ostentatoire... Jeudi 12 mai – 19h Bibliothèque Drouot – Paris 9 e Les primitifs italiens Première conférence d’un nouveau cycle qui traite de la peinture italienne. Quatre conférences sur cette thématique sont données par Axelle Bataille, historienne de l’art, au cours des années 2011 et 2012. Fin XIII e début XIV e en Italie, dans un contexte de développement social et économique extraordinaire, les cités-États deviennent de véritables foyers artistiques : Florence et Sienne sont les deux plus importants. Duccio et Giotto parmi d’autres (Lorenzetti, Martini, di Bicci…) se dégagent des formules stéréotypées byzantines et développent chromatisme, lyrisme et mise en place architecturée. Cet essor architectural devient le prétexte d’une joute artistique permettant l’éclosion de quelques-unes des plus belles œuvres de ce que les historiens de l’art appelleront la Pré-Renaissance. Jeudi 26 mai – 11h Artistesetimages Bibliothèque André Malraux – Paris 6 e CYCLE LES ÉCRIVAINS ET LE CINÉMA Projections : Le testament d’Orphée de Jean Cocteau Jean Cocteau s’intéressa très librement au cinéma. Le testament d’Orphée, dans lequel il mêle peinture, sculpture, théâtre, danse et poésie, peut être vu comme la synthèse de son œuvre. Il y énonce lui-même ses théories sur les pouvoirs de la poésie, auxquelles le cinéma semble alors donner toute leur force. À travers ses trucages, ses ellipses, il s’agit au fond de défier la pesanteur, le temps, et la mort elle-même. Ils étaient neuf célibataires de Sacha Guitry Samedi 30 avril 16 h Salle Molière (rez-de-chaussée) Sacha Guitry a longtemps eu une mauvaise opinion du cinéma. Il s’y consacra pourtant à partir de 1936, notamment pour donner une postérité à ses pièces. C’est parce qu’il aborda le cinéma avec désinvolture qu’il y fit preuve d’une légèreté et d’une invention qui participent du charme de ses films. Le sujet de celui-ci : le mariage blanc d’étrangers menacés d’expulsion, prouve également sa part de modernité. Samedi 14 mai 15 h Salle Molière (rez-de-chaussée)
Bibliothèque Lancry – Paris 10 e Rêves de photos Photographies de Yves Le Dortz. Le réel revisité par le numérique, le pixel comme pigment à l’huile, cela donne les paysages imaginaires et les images abstraites, mais non moins pourvues de sens (multiples), que signe Yves Le Dortz. À partir de photos, il emprunte les techniques issues de la peinture (cubisme, surréalisme, hyperréalisme, constructivisme) pour créer des atmosphères irréelles et étranges, des visions à plusieurs horizons qui pourraient être sorties de rêves. www.photosyvesledortz.com Jusqu’au 29 avril Bibliothèque Faidherbe – Paris 11 e Paysages urbains, paysages ruraux Paris graffiti Les graffitis sont aussi vieux que les villes : des auteurs de l’Antiquité Gréco-romaine se font déjà l’écho des messages poétiques, philosophiques ou érotiques qu’ils cherchent à transmettre sur les murs d’Athènes ou Rome. À Pompéi, ils sont un des ornements de la cité enfouie et conservée sous la lave. Depuis toujours, ils appartiennent au paysage urbain. Christian Colas, dans son livre Paris Graffiti : les marques secrètes de l’histoire (Éditions Parigramme, 2010), recense ceux qui, tracés depuis le XV e siècle, sont parvenus jusqu’à nous à Paris. Une exposition réunit les plus beaux d’entre eux. 5 - 30 avril Artistesetimages Rencontre À l’occasion de l’exposition Paris graffiti, rencontre avec Christian Colas, Alain Rustenholz, Pascal Varejka et leur maison d’édition, Parigramme. La bibliothèque vous propose un fonds thématique consacré à Paris, riche de plus de mille titres, où les ouvrages édités par Parigramme tiennent une place de choix. Jeudi 7 avril – 19h Paysages en mutation Photographies de Cécile Dégremont. « Les images présentées sont principalement prises dans le département de l’Essonne. Je tente d’y saisir la limite entre zone rurale et nouvelles zones urbaines. Plus largement, mon travail est animé par l’histoire, le patrimoine, la mémoire et les rapports que l’homme d’aujourd’hui entretient avec ces notions. Passage d’une époque à une autre, réappropriation de lieux, transitions, les marques que l’homme imprime à son environnement sont autant de témoins des changements et bouleversements d’une société. « Urbanisme commercial et zones pavillonnaires englobent aujourd’hui progressivement l’identité rurale des régions françaises en uniformisant les paysages. » 3 - 28 mai Vernissage et rencontre avec l’artiste le jeudi 5 mai à 19h. 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :