E.D.I. n°9 juin 2011
E.D.I. n°9 juin 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de juin 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 118

  • Taille du fichier PDF : 31,0 Mo

  • Dans ce numéro : Dossier spécial « Affichage »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
46 EDI n°9/Juin 2011 Dossier affichage [Vidéoprojecteurs] UN MARCHÉ QUI PROGRESSE MALGRÉ DES MARGES SERRÉES Le marché du vidéoprojecteur est toujours aussi dynamique, les ventes progressent d’une année sur l’autre avec une forte demande du secteur de l’éducation », résume Lucie Baron, responsable marché du vidéoprojecteur chez Epson. Selon le cabinet d’analyse Futuresource Consulting, il s’est vendu en France un peu plus de 280 000 vidéoprojecteurs en 2010, soit environ 20% de progression par rapport à l’année 2009 (246 000 unités écoulées). Quant à l’année 2011, les prévisions sont optimistes avec une croissance annoncée à environ 10% (soit 305 000 unités). Bien sûr, les ventes des vidéoprojecteurs Full HD (haute définition) 1080p progressent fortement au détriment des modèles plus anciens 720p (WXGA, 1 280 x 720). Ce constat devrait se confirmer en 2011. Pour Futuresource Consulting, le secteur de l’Éducation est le plus gros consommateur de vidéoprojecteurs avec 89 000 unités écoulées en France. « LG est en phase de recrutement et constate effectivement une forte demande de la part de l’Éducation », lance Mathieu Corradini, chef de produits IT senior chez LG. Epson reste le plus gros vendeur de vidéoprojecteurs (environ 34% de parts de marché sur le dernier trimestre 2010), suivi de loin d’Optoma, d’Acer, de Nec Display et de Mitsubishi. Toujours plus petit… Les vidéoprojecteurs sont devenus nomades et de plus en plus légers. Certains modèles ne dépassent pas les 200 grammes, on les appelle les picoprojecteurs. Les ventes de ces modèles croissent fortement - de l’ordre de 30% sur un an - mais représentent seulement 2% du marché global. Pouvant fonctionner sur secteur ou en totale autonomie (batterie), un picoprojecteur est utilisé de préférence à partir d’un appareil mobile comme un notebook ou un smartphone. « Nous commercialisons nos picoprojecteurs plutôt comme des accessoires aux smartphones. Il n’y a pas une grosse demande, mais le marché est encore récent », commente Coralie Lahur, chef de produits vidéoprojecteurs chez Acer. Cette tendance à la miniaturisation, quelle que soit la taille des vidéoprojecteurs, s’est faite grâce à l’évolution des technologies numériques. Nous sommes parvenus, au fil des années, à des appareils complexes imposant des réglages délicats avec des techniques certes pointues mais plus simples d’utilisation et totalement transparentes pour les utilisateurs. Chute continue du prix moyen Cette miniaturisation s’est accompagnée d’une forte baisse des prix. Résultat : les marges pour les revendeurs LE VIDÉOPROJECTEUR 3D POUR LES CINÉPHILES, UN MARCHÉ À EXPLORER… Le vidéoprojecteur intéresse aussi quelques passionnés de cinéma qui n’hésitent pas à s’offrir un home cinéma complet (enceintes hi-fi + lecteur Blu-ray et vidéoprojecteur). Ces quelques férus préfèrent d’ailleurs le vidéoprojecteur à l’écran TV LCD. Et pour cause, il procure une diagonale d’écran bien supérieure (x3, x4) à celle d’une TV. Depuis peu, le vidéoprojecteur suit la tendance 3D des écrans TV. Bien sûr, peu de vidéoprojecteurs sont compatibles avec la 3D, ils représentent moins de 15% des ventes mondiales. Pour supporter la 3D, ils doivent fonctionner au moins à 100 Hz et plus comme le LG CF3D ou le Mitsubishi HC 9000D. À l’instar des TV 3D, ces vidéoprojecteurs nécessitent des lunettes spécifiques pour fonctionner et un lecteur Blu-ray 3D. Certes, le nombre de titres en 3D reste encore limité, mais le catalogue devrait vite s’enrichir… Hormis le home cinéma, la 3D intéresse aussi le marché professionnel notamment l’évènementiel et l’Éducation. Mais là aussi, il manque de contenu dédié. ➜
Profi tez de ce qui rapporte vraiment, c’est le moment ! Du 16 mai au 17 juin 2011, profitez de nouvelles opportunités avec Clic Max ! Pendant cette période, Microsoft vous offre un chèque cadeau de : • 15 € par licence Windows 7 Edition Famille Premium en FPP achetée• 30 € par licence Windows Server Edition Standard en COEM ou ROK achetée• 60 € par licence Windows Server Edition Entreprise en COEM ou ROK achetée Plus vous en achetez, plus vous êtes récompensé* ! Rendez-vous vite sur www.offres-clicmax.com. *Offres limitées aux revendeurs de produits Microsoft pour les achats de produits Windows 7 Edition Familiale Premium, Windows Server 2008 R2 Standard et Enterprise effectués auprès de leur grossiste, entre le 16 mai et le 17 juin 2011, valable en France métropolitaine, Corse comprise. Voir liste des produits éligibles dans les conditions correspondantes à chaque offre. Offres Clic Max Windows 7 limitée à un remboursement de 2 000 € maximum par société (même dénomination sociale, même adresse) en chèques-cadeaux Cadhoc. Offres Clic Max Serveur limitée à un remboursement de 1000 € maximum par société (même dénomination sociale, même adresse) en chèques-cadeaux Cadhoc. Les demandes de remboursement doivent être adressées avant le 24 juin 2011. Aucune réclamation ne sera prise en compte au-delà de cette date. Remboursement effectué avant le 26 aout 2011 par chèque cadeaux Cadhoc. Les demandes présentant un formulaire de remboursement erroné ou endommagé seront rejetées et non retournées à la seule discrétion de Microsoft. Microsoft n’est pas responsable des demandes incomplètes, erronées, retardées, perdues, endommagées, volées. Voir conditions sur www.clic-max.com. aressy.com - 05/11 - 6174



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 1E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 108-109E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 110-111E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 112-113E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 114-115E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 116-117E.D.I. numéro 9 juin 2011 Page 118