E.D.I. n°8 mai 2011
E.D.I. n°8 mai 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de mai 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 102

  • Taille du fichier PDF : 24,2 Mo

  • Dans ce numéro : Dossier spécial logiciels : nouveaux modes de distribution, offres des éditeurs, rôle des grossistes

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
Les logiciels de sécurité, indispensables pour se mettre à l’abri de menaces en perpétuel renouvellement, sont capables de lutter contre la panoplie sophistiquée des hackers. Destinés aussi bien aux disques qu’aux archives, aux fichiers qu’aux e-mails, les outils de détection et d’éradication d’infections ne manquent pas d’atouts pour les revendeurs. La possibilité de les vendre sous Trend Micro La sécurisation des environnements virtuels L a tendance dans les entreprises à recourir à la virtualisation constitue pour Trend Micro une piste à explorer par le channel. À l’en croire, on doit en effet s’attendre à une explosion de la demande non seulement pour les serveurs virtuels, mais aussi pour les postes de travail virtuels. L’éditeur met donc aujourd’hui le focus pour lier ses produits de sécurisation à ces environnements. « Les détaillants IT qui vendent des solutions de virtualisation ont tout à gagner à bien prendre en compte l’aspect sécurité afin d’apporter de la valeur ajoutée Dossier Logiciels [sécurité] à leur offre », souligne Lionel Hayère, le directeur des ventes indirectes de Trend Micro. Et d’ajouter : « Beaucoup de clients croient à tort qu’ils sont sécurisés parce qu’ils sont virtualisés. » Misant sur ce marché pour sa propre croissance cette année, l’éditeur a donc adapté sa gamme en proposant notamment son système de protection Deep Security pour serveurs physiques ou virtuels ainsi que sa suite de sécurité OfficeScan 10.5 rendue compatible pour les infrastructures VDI. Ses solutions s’adressent à des entreprises à partir d’une trentaine de postes. ● Athena Global Services Des logiciels synonymes de services associés e distributeur Athena L Global Services (AGS) identifie deux produits de sécurité à fort potentiel pour accroître les revenus du revendeur : l’antivirus d’Eset et le logiciel de sauvegarde ShadowProtect. Édité par Storagecraft, ce dernier permet de mettre en place un plan de reprise d’activité pour les serveurs ou les postes de travail. Selon l’importateur, cette technologie évoluant rapidement, le partenaire peut tabler sur des mises à jour annuelles. La commercialisation de plans de secours avec ce type de solutions lui fournirait un business additionnel en matériel. « Il y aura souvent besoin de mettre en place des NAS de stockage », indique Thierry Cossavella, le DG d’AGS. Enfin, une version destinée aux techniciens des revendeurs constitue une « boîte à outils » qui les aidera à proposer du service autour d’opérations de migration ou de récupération de données. Avec Eset NOD32, AGS garantit un important business de renouvellement, qu’il confie au réseau de distribution, y compris pour les versions grand public, en lui fournissant une plate-forme de gestion automatisée des commandes des nouvelles licences pour lui faciliter la tâche. ● forme d’appliances ou de services pour des entreprises clientes, à travers une console d’administration et en toute discrétion, n’est pas le moindre. Par ailleurs, à côté des ventes traditionnelles de licences, l’attrait de plus en plus marqué chez une partie des consommateurs pour des solutions en mode SaaS, constitue un autre débouché dans un marché qui ne connaît pas la crise. Kaspersky Lab Un nouvel outil pour gérer la sécurité des parcs n termes de niveau E de sécurité, Kaspersky se targue de proposer une offre de produits qui correspond aux attentes des clients. Pour aider son réseau à progresser dans leur business, l’éditeur leur apporte en outre le soutien de ses équipes dédiées commerciales, avant-vente, support technique et marketing, lesquelles sont installées en France. « Notre volonté est de répondre aux besoins du channel avec une réactivité maximale », explique Frédéric Leclerc, Deputy Corporate Sales Europe. Pour cela, Kaspersky s’appuie sur six grossistes chargés non seulement d’épauler commercialement et techniquement les revendeurs, mais aussi d’assurer des formations dans les régions. Enfin, la valeur ajoutée du fournisseur pour accroître le potentiel d’affaires du réseau se concrétise par la fourniture d’outils d’administration, tels que le Kaspersky Security Center Service Provider. Permettant aux détaillants de créer leur propre offre de gestion de la sécurité à distance, ils constitueraient un bon moyen de démontrer au client l’utilité d’une solution antivirus, grâce aux alertes et aux générations de rapports. ● BitDefender Une stratégie pour préserver la marge des revendeurs pécialisé dans la protection S contre les codes malveillants, BitDefender développe 100% de ses technologies. Son panel d’offres vise des marchés allant de l’OEM aux grands comptes, en passant par les particuliers et le SoHo, avec des logiciels packagés pour postes de travail, les TPE, avec des produits clés en main techniquement très accessibles, et les entreprises jusqu’à 1000 salariés, avec une gamme réseau dédiée comprenant des outils de déploiement et d’administration avancés. Fonctionnant en indirect, la marque se caractérise par la stabilité de sa politique commerciale, inchangée depuis 2002, qui assure la pérennité des engagements avec le réseau. Sa stratégie se distingue également par un fort attachement à la préservation de la valeur. L’éditeur lutte donc contre les opérations de déstockage ou les ventes flash sur Internet de produits BitDefender bradés. « Nous faisons le nécessaire pour éviter que notre offre soit vendue à prix sacrifié et que le revendeur de proximité soit contraint de s’aligner et donc de ne plus pouvoir marger », signale Stéphane Pacalet, le directeur commercial du fournisseur. ● EDI n°8/Mai 2011 53



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 1E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 8 mai 2011 Page 102