E.D.I. n°7 avril 2011
E.D.I. n°7 avril 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de avril 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 20,8 Mo

  • Dans ce numéro : Optez pour le serveur à valeur ajoutée

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
Tests Sur le marché de l’impression, il existe une sorte de clivage tacite et assumé entre le monde professionnel, plutôt adepte de la technologie laser en raison de la vitesse élevée et de la plus grande maîtrise des coûts, et le grand public qui plébiscitera plutôt le jet d’encre et sa meilleure qualité de sortie pour les photos. Pour autant, il existe des produits qui sont à cheval entre les deux mondes, comme cette multifonction Pixma MX885 de Canon. Bien que bâtie autour d’une tête d’impression jet d’encre, on ne peut se méprendre sur son orientation professionnelle du simple fait de la présence d’une fonction télécopie. D’autant que cette dernière est plutôt étoffée puisqu’elle permet de gérer un répertoire de 100 noms, autorise l’envoi groupé, et peut emmagasiner en mémoire jusqu’à 250 pages en réception, aussi bien en noir et blanc qu’en couleur. Comme pour la copie, les feuilles à envoyer peuvent être placées soit sur la surface de numérisation, soit au sein du chargeur de documents qui offre une capacité de 35 feuilles et qui gère le recto verso. En termes de vitesse d’impression, la Pixma MX885 peut rivaliser avec une imprimante laser d’entrée voire de milieu de gamme. Elle est capable de produire des pages de texte à plus de 15ppm, un débit satisfaisant y compris pour une utilisation en réseau. En couleur, les performances sont inférieures mais restent tout à fait raisonnables, puisque de l’ordre de 10ppm. La qualité du jet d’encre Mais surtout, par rapport à un modèle laser, la Pixma MX885 peut mettre en avant la qualité pour les graphiques et les photos. À condition d’utiliser un papier adapté, les impressions photos sont très réalistes grâce à la présence de cinq cartouches d’encre séparées et d’un système d’impression apte à produire des gouttes de 1 picolitre 52 EDI n°7/Avril 2011 Multifonction• CANON PIXMA MX885 QUAND JET D’ENCRE RIME AUSSI AVEC PRO Dotée d’une fonction télécopie et très axée sur la qualité avec ses cinq cartouches, cette multifonction peut aussi bien s’adapter à un environnement grand public qu’au monde professionnel. de volume, pour une résolution maximale de 9 600 dpi. Les impressions peuvent en outre se faire depuis le PC, mais aussi à partir d’une clé USB ou d’une carte mémoire. Il suffit de passer par le panneau de commande pour faire son choix. Ce panneau est lié à un écran LCD qui n’est pas tactile et plus petit que celui qu’on peut trouver sur des produits concurrents signés HP ou Lexmark, sans que cela nuise réellement à la facilité d’usage du produit. À l’instar de la plupart des modèles de la gamme Pixma, la MX885 offre deux moyens de charger les feuilles : par l’arrière ou grâce à un bac à tiroir, chacun des deux offrant une capacité de 150 pages A4. Les cartouches pour leur part ne sont pas facilement accessibles. Il faut tirer tout le bloc scanner, soulever une réglette et les déclipser, sachant que la tête d’impression qui les héberge est positionnée sur le fond du boîtier. L’ensemble donne toutefois une belle impression de solidité. Il faut dire qu’avec un poids frisant les 12 kg, il est clair que Canon a opté pour la robustesse. Interfaces et logiciels en tous genres La partie interface n’a pas été négligée. En plus de l’USB 2.0 qui permettra une installation en local, la Pixma MX885 dispose pour un partage en réseau à la fois de l’Ethernet et du WiFi. Cette dernière se paramètre en quelques minutes, que ce soit via un routeur ou un point d’accès sans fil. Enfin, l’offre logicielle est comme d’habitude avec Canon plutôt conséquente. Elle est constituée de plusieurs applications indépendantes les unes des autres, mais le fabricant y a ajouté une interface commune baptisée Canon Solution Menu EX qui donne un accès rapide à la plupart des fonctions de base, notamment celles concernant la numérisation et la copie. On pourra, par exemple, effectuer dans la foulée un scan et une reconnaissance de caractères. ● Multifonction CANON PIXMA MX885 Caractéristiques > Technologie : jet d’encre 5 cartouches séparées > Résolution d’impression : 9 600 dpi > Résolution de numérisation : 2 400 x 4 800 dpi sur 48 bits > Vitesse d’impression nominale : 12,5 ipm en noir et blanc, 9,3 ipm en couleur > Fax : Super G3 > Recto verso : impression et chargeur automatique 35 feuilles > Capacité bac : 150 + 150 (bac arrière + cassette) > Interfaces : USB 2.0, Ethernet, WiFi, modem > Dimensions : 491 x 448 x 218 mm ; 11,7 kg > Logiciels : Canon MP Navigator EX, Easy-PhotoPrint EX, Easy-WebPrint EX, SpecialDial Utility, Solution Menu EX > Prix : 210 euros HT > Site internet : www.canon.fr Atouts > Polyvalence > Fonction copie > Qualité de sortie Le logiciel Canon Solution Menu EX permet d’accéder aux fonctions de base proposées par la Pixma MX885.
PC Media Center• ACER ASPIRE RL100 UN PC STYLÉ QUI S’INSTALLE AU SALON D’une élégance et d’une finesse rares, le RL100 est un PC voué à rencontrer le téléviseur du salon, dans un cadre essentiellement multimédia. Il est peu puissant, mais agréable à prendre en main. L’Aspire RL100 se veut proche de la catégorie des PC Media Center et Home Cinema, destinée à côtoyer l’écran plat du salon. Il permet alors de multiplier les activités multimédia et bureautiques - regarder un DVD ou une vidéo, surfer sur Internet, etc - sans quitter le confort du canapé. À usage particulier, look particulier : ce PC se démarque d’emblée par son style, plaisant, qui évoque un lecteur de DVD très fin. Autre atout : il peut être positionné couché, en vue d’être logé dans un meuble TV, ou dressé sur un pied fourni en standard, une position qui lui confère un aspect encore plus moderne. On note qu’il est pourvu de l’équipement et de la connectique nécessaires à ses ambitions : un lecteur/graveur DVD (il existe aussi une version Blu-ray), un tuner TNT HD, pour regarder et enregistrer la TV, une sortie HDMI, pour profiter d’une image en haute définition et une sortie audionumérique optique, à raccorder à un éventuel ampli externe. Qui plus est, le RL100 se montre silencieux, un aspect essentiel pour un ordinateur multimédia. Contrôle à distance Vient la question primordiale du contrôle et de la manipulation d’un tel PC, dont les interfaces habituelles que sont le clavier et la souris, n’ont plus leur place dans cet environnement. C’est le rôle du RevoPad, une petite ardoise fonctionnant par radiofréquence, qui sert de touchpad ou de clavier. Dans le premier cas, la surface est de taille respectable, bien supérieure à ce que l’on trouve sur les PC portables. Les principes du multitouch (deux doigts pour zoomer, etc) se maîtrisent vite, mais les opérations élémentaires réalisées avec une souris (clic droit, cliquer-déplacer...) sont déjà moins évidentes, hormis le défilement, grâce à la molette dédiée. Deux surfaces sensitives distinctes supplémentaires, assimilées aux clics gauche et droit, auraient été les bienvenues. Outre les touches alphanumériques classiques, le clavier présente, quant à lui, quelques commandes pour la lecture multimédia et la mise en route ou l’arrêt du RL100. Il se révèle suffisamment ergonomique et réactif pour remplir certains formulaires ou saisir une adresse internet. Mais il n’est pas question, bien sûr, de taper de longs textes. Après utilisation, le RevoPad se range astucieusement dans son emplacement, sous le graveur DVD, et se recharge. AMD et NVIDIA cohabitent En ce qui concerne la configuration interne, le RL100 est basé sur un processeur Athlon II Neo, concurrent de l’Atom d’Intel, sur 2 Go de mémoire, sur un circuit graphique Ion 2 de NVIDIA et sur Windows Seven Édition Familiale. Ce n’est donc pas un monstre de puissance, mais il répond sans difficulté majeure aux usages multimédia courants. Seule la lecture de flux vidéo 1080p peut manquer un peu de fluidité. Pour ce genre de divertissement, Acer fournit le logiciel Clear.fi, qui est aussi le nom de sa technologie de détection de tous les contenus distants, complémentaire de l’UPnP AV/DLNA. L’autre avantage de Clear.fi est que son interface est adaptée aux écrans de grande taille. Un habillage de Seven dans le même esprit aurait été tout aussi appréciable. Malgré tout, le RL100 reste un PC Media Center agréable à prendre en main. À noter que les consoles de jeu, les boxes internet et les téléviseurs, orientés de plus en plus vers l’Internet et le multimédia, forment une concurrence chaque jour plus farouche. ● Tests PC Media Center ACER ASPIRE RL100 Caractéristiques > Processeur : AMD Athlon II Neo X2 à 1,3 GHz > Mémoire : 2 Go DDR3 > Circuit graphique : NVIDIA Ion 2 > Disque dur : 500 Go SATA II > Lecteur optique : graveur DVD+/-RW > Connectique : 4 USB 2.0, Ethernet Gigabit, SPDIF, HDMI, WiFi-n, tuner TNT HD > Système d’exploitation : Windows 7 Édition Familiale > Dimensions/Poids : 30 x 18 x 2,5 cm ; 3 kg > Accessoires : alimentation, câble USB, adaptateur antenne, mode d’emploi > Garantie : 1 an > Prix : 400 euros HT > Site internet : www.acer.fr Atouts > Élégant et compact > RevoPad pratique > Silencieux À la fois clavier et touchpad, le RevoPad est un ingénieux dispositif de contrôle et de saisie, bien étudié pour un PC Media Center tel que le RL100. EDI n°7/Avril 2011 53



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 1E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 84