E.D.I. n°7 avril 2011
E.D.I. n°7 avril 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de avril 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 20,8 Mo

  • Dans ce numéro : Optez pour le serveur à valeur ajoutée

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Mouvements NETGEAR Fred Guiot Senior Product marketing manager Désormais responsable de la gamme de produits réseau CPL Powerline au niveau mondial, Fred Guiot, 39 ans, sera basé à Paris. Titulaire d’un diplôme d’ingénieur en électronique et d’un « master of sciences » en télécoms et traitement de signal de l’université de Tampere, il a travaillé notamment chez Nokia et Philips. W4 Fabien Vet Channel manager Il a dorénavant pour mission de dynamiser le réseau de partenaires existant, mais aussi de construire des alliances stratégiques avec de nouveaux intégrateurs et éditeurs. Il contribuera aussi à mettre en œuvre « une politique de formation et de certification, spécialement adressée à ces derniers ». SonicWALL Andy Zollo Vice-président Europe, Moyen-Orient et Afrique À 43 ans, c’est loin d’être un novice dans l’entreprise puisqu’il a rejoint SonicWALL en 2007 en tant que directeur du Royaume-Uni. Il était tout dernièrement directeur pour l’Europe du nord. Andy Zollo est titulaire d’une licence en systèmes d’analyse obtenue à l’université de Bristol. I.R.I.S. France Jean-Marc Herr Directeur général Fort de son expérience en gestion documentaire et en management, Jean-Marc Herr prend la tête d’I.R.I.S. France, après neuf ans passés au sein du groupe. 24 EDI n°7/Avril 2011 Actus business STRATÉGIE Alcatel-Lucent : après la voix, la « data » Cela fait des années qu’on nous parle de convergence entre l’univers de l’informatique, celui des réseaux et celui des télécoms. Sauf que pendant longtemps, c’était surtout le fait d’annonces marketing quelque peu prématurées. Cette fois, on peut dire qu’on y est vraiment. » Salime Nassur, directeur du marketing France pour l’activité Enterprise & storage solutions chez Alcatel-Lucent, est donc formel : la convergence annoncée est bien réelle. Cela tombe bien. Car son groupe industriel, jusqu’alors relativement peu connu dans l’univers de la distribution IT, entend frapper un grand coup à seule fin d’étoffer son réseau de revendeurs sur le territoire français. « Nous disposons d’ores et déjà de plus de 1 500 partenaires actifs, mais il faut encore le développer pour parfaire le maillage de l’ensemble des régions », explique-t-il. « Tout cela correspond à une inflexion notable de notre stratégie. Ce que nous voulons maintenant, c’est recruter des partenaires capables de revendre CLOUD Vision IT investit pour structurer son écosystème Inutile de tergiverser : le contraste entre l’anémie de l’économie française et la bonne tenue de l’industrie informatique est de plus en plus saisissant. Dernier exemple en date, le renouveau des projets dans les entreprises françaises et européennes. Pour faire face à ce violent regain d’activité, Vision IT, qui dispose de solutions susceptibles d’intéresser les revendeurs IT, recrute 140 ingénieurs en France. Ceux-ci viendront s’ajouter aux 300 partenaires et sous-traitants déjà existants en Europe. Les profils recherchés englobent des experts Microsoft, notamment pour la maîtrise des techniques et des usages liés au cloud computing. « Il faut bien se rendre compte que l’arrivée du nuage fait évoluer Salime Nassur, directeur du marketing France pour l’activité Enterprise & storage solutions chez Alcatel-Lucent. les business models existants. C’est vrai pour les clients comme pour les fournisseurs et les partenaires », explique Marc Urbany, président de Vision IT, pour expliquer sa nouvelle stratégie. Celle-ci a également abouti à la récente mise sur le marché de Vision Nebula, une solution de bureau virtuel qui permet aux entreprises d’externaliser totalement leur centre informatique (lire EDI n°5) afin que l’ensemble des collaborateurs puissent se concentrer sur leurs tâches, plutôt que sur des problèmes d’intendance. Les employés ont donc accès à leurs applications professionnelles par l’intermédiaire de n’importe quel équipement. « Y compris à partir des récentes de la data, et pas seulement de la voix. Certains concurrents, eux, ont le problème rigoureusement inverse. Dans tous les cas, nous devons être en mesure d’offrir au client ce qu’il cherche. » Question subsidiaire : si Alcatel-Lucent trouve rapidement des revendeurs capables de commercialiser des données, ces derniers seront-ils pour autant capables de fournir l’ensemble des prestations que souhaite proposer l’entreprise ? « Certains le pourront facilement, et pour d’autres ce sera sans doute plus difficile. Mais nous avons pour nous la force numérique. Dans le monde, et d’abord en France, la marque Alcatel-Lucent reste connue et reconnue. Et surtout, nous avons la volonté de privilégier le sérieux et l’évolutivité des solutions. » À cet effet, la société a publié récemment une « Charte du partenaire revendeur indirect ». Il s’agit d’un document détaillé de huit pages, qui précise tous les éléments contractuels engageant les deux parties, notamment en incitant le revendeur intéressé à fournir son plan d’affaires prévisionnel. La plupart des cas de figure sont envisagés et anticipés. Ainsi la prise de risque, d’un côté comme de l’autre, est-elle limitée. La mise à disposition de ce type de bonnes pratiques est assez rare pour être soulignée. ● tablettes numériques mobiles comme l’iPad », précise la direction de Vision IT. ● Marc Urbany, président de Vision IT.
Un Partenaire de choix. Souplesse et engagement pour une croissance profitable. Rendez vous en ligne en toute simplicité : www.dell.fr\partner ©2011 Dell Inc.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 1E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 84