E.D.I. n°7 avril 2011
E.D.I. n°7 avril 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de avril 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 20,8 Mo

  • Dans ce numéro : Optez pour le serveur à valeur ajoutée

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 EDI n°7/Avril 2011 Évènement SALON LE RENOUVEAU DU CEBIT Sur le Cebit, nous avons moins de relations publiques que de business : on a parlé produits, tablettes, contrats. Pour les revendeurs, le potentiel est immense. » En quelques phrases, Jörg Brünig, responsable channel de Fujitsu Allemagne, a tout dit. L’impression déjà ressentie lors du dernier IT Partners, en février dernier (lire EDI n°5), s’est donc confirmée, et même amplifiée cette année à Hanovre. Le tout nouveau patron du Cebit, Frank Pörschmann, a souligné qu’avec près de 10% de visiteurs en plus, la performance était historique. De fait, dans les trois dernières années, environ soixante salons spécialisés ont disparu. En petit comité, et sans préjuger du décompte final, il a estimé que cette année, tous les chiffres seraient à la hausse. Il est fort probable que la présence de nouveaux industriels peu habitués de ces manifestations, comme Ford et Land Rover, y est pour quelque chose. Sans doute aussi l’émergence de thèmes nouveaux. « Le cloud a fortement occupé les esprits, les conversations et animé les forums », reprend Frank Pörschmann. On peut y ajouter deux percées notables : la place consacrée à la revente et la présence des entreprises françaises. L’espace « Planet Reseller » fait un carton Au début, ce ne devait être qu’un ballon d’essai, une présence marginale, sur un salon totalement généraliste. Mais le hall « Planet Reseller » est devenu, cette année, « the place to be ». En termes logistiques, d’abord. L’espace au sol a augmenté de 15% par rapport à 2010. En termes de participation, ensuite. Les grossistes et revendeurs ne sont plus seuls à se partager les stands, puisqu’on a noté la présence de fabricants de matériels, Après plusieurs années d’atonie, le premier salon informatique européen reprend des couleurs. Affluence des visiteurs, enthousiasme des exposants et des revendeurs, nouveaux produits en cascade : le millésime 2011 est, d’ores et déjà, historique. et non des moindres : entre autres, le coréen LG (ex-Lucky Goldstar) a fait une apparition fort remarquée. On y croisait également Eaton, Fujitsu, et Acronis qui s’est offert le luxe de doubler sa surface d’exposition. Aux dires des dirigeants du Cebit, mais aussi selon de nombreux industriels présents, on assiste désormais à l’impossibilité de séparer le monde de la revente informatique et celui de l’innovation technologique. D’où la montée en charge du channel dans un salon produits généraliste. Quatre « Pavillons France » cette année Interrogés dans les travées et sur les stands, certains exposants n’ont pas manqué de regretter que les entreprises françaises ne soient pas davantage mises en valeur. Ainsi Sid Mamache, directeur des ventes Record d’affluence pour l’édition 2011 du Cebit avec 10% de visiteurs en plus par rapport à l’an passé. Le Cebit était scindé en 4 parties : « Lab » pour la recherche, « Gov » pour l’administration, « Pro » pour les professionnels et « Life » pour le grand public. de Patriot Memory pour la France, le Maghreb et le Koweït, a déploré « qu’on ne voie pas beaucoup de Français » dans les allées du Cebit. Dans un autre hall, au stand Edimax, un responsable s’est également plaint de ne pas entendre suffisamment parler français.
*Basé sur les résultats AV-test.org, juin 2010, et NSS Labs Corporate Report, septembre 2009. Des cas qui sont loin d’être isolés, mais qui doivent être relativisés. Car lorsqu’on se doit d’assurer la permanence sur son stand, on n’a pas nécessairement une vision d’ensemble de la manifestation. En réalité, la France était particulièrement bien représentée avec pas moins de quatre pavillons. Ubifrance, l’agence chargée précisément de promouvoir les entreprises innovantes, avait réuni pour l’occasion trente start-up du secteur IT. « C’est une très bonne initiative pour tous ceux qui n’ont pas les moyens de se payer un stand. On est, en quelque sorte, hébergé sous les pavillons français, et on partage les informations avec nos collègues », se réjouit Philippe Pinault, directeur associé de Blogspirit, une jeune pousse spécialisée dans la monétisation des médias sociaux. Alors, pourquoi un tel engouement pour la France ? Du côté de l’organisateur, on avance une explication : l’Hexagone connaît le plus fort taux de croissance d’Europe en informatique, réseaux et télécoms. Selon l’European Information Technology Observatory, le marché a en effet progressé de 4% en 2010. Découvrez l’actualité de Trend Micro ! NOUVEAUTÉ Worry-Free Business Security La solution de sécurité numéro 1 pour lutter contre les menaces et les spams.* ASSISTEZ À NOS TECH’BRUNCHS 2011 ! • Marseille le 14 avril• Lyon le 20 avril• Aix-en-Provence le 11 mai• Nantes le 17 mai• Toulouse le 19 mai• Lille le 26 mai• Bordeaux le 7 juin INSCRIVEZ-VOUS SUR www.trendmicro.fr/techbrunchs Et devrait continuer sur un rythme (sans doute un peu moins) élevé cette année. Si Paris vaut bien une messe, la France vaut bien quatre pavillons ! Quelques regrets… En dehors des critiques habituelles sur l’absence de traduction de certains communiqués, des problèmes d’hébergement (certes pas négligeables) « Le cloud a fortement occupé les esprits, les conversations et animé les forums », souligne Frank Pörschmann, le nouveau patron de Cebit. Évènement et de l’hiver tenace (encore un point commun avec IT Partners), un reproche est revenu comme un leitmotiv sur de nombreux stands. Il tient à la confusion des genres entre professionnel et grand public. Pourtant, le Cebit a été volontairement scindé en quatre parties bien distinctes : « Pro » pour les professionnels, « Life » pour le grand public, « Gov » pour l’administration, et « Lab » pour la recherche. Cette scission aurait dû permettre à chacun de s’y retrouver. Or, c’est l’inverse qui s’est produit, au moins en perception. L’accès aux différents halls étant libre, chaque visiteur a pu faire son marché, mais les exposants qui étaient venus signer des contrats ont pu avoir l’impression de perdre leur temps. Et leur argent. Reste le dynamisme du salon. Il est probable que l’ouverture délibérément plus large au grand public, le rajeunissement et la fraîcheur qu’elle induit, tout cela est pour beaucoup dans le moral des troupes. Et dans ce regain de confiance que procure une visite approfondie du Cebit 2011. Alors, stop ou encore ? Encore. ● www.trendmicro.com ©Laurence Dubey/RM92



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 1E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 7 avril 2011 Page 84