E.D.I. n°6 mars 2011
E.D.I. n°6 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 108

  • Taille du fichier PDF : 24,7 Mo

  • Dans ce numéro : Les nouvelles données du stockage

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
30 EDI n°6/Mars 2011 Dossier DISQUES DURS LE PLEIN DE CAPACITÉ ET DE PERFORMANCES Ne serait-ce que parce que la grande majorité des ordinateurs de bureau ou portables et autres serveurs, systèmes NAS ou boîtiers externes en intègrent un ou plusieurs, le disque dur représente le segment le plus important du marché du stockage, avec 690 millions d’unités vendues et 10% de croissance en volume attendue en 2011 en France. Il constitue en effet le composant de base qui permettra à la PME utilisatrice d’upgrader son parc de machines pour en accroître la capacité de stockage. Des mises à niveau qui n’ont rien d’accessoire si l’on considère que, même si elle ralentit, la croissance de la volumétrie moyenne des disques durs est de 50% tous les dix-huit mois et que l’on atteint désormais les 3 To grâce, en particulier, au passage de l’enregistrement longitudinal LE BOOM DES CLÉS USB ET CARTES MÉMOIRE Elle semble bien loin l’époque où des Cassandre de la micro-informatique prévoyaient que la barrière du gigaoctet de capacité atteinte en 2001 constituerait la limite technologique indépassable pour les clé USB. Or 64 Go, 128 Go, puis 256 Go, avec les modèles 2.0, ont été atteints et rien ne permet plus d’affirmer que l’on n’ira pas au-delà. Toujours parées des vertus de la mémoire flash, les USB 3.0 affichent des capacités de 128 Go mais s’avèrent plus rapides que les gammes des générations précédentes. On peut encore s’attendre à des évolutions sur ce marché. Il existe déjà une forte demande pour ces clés USB, qui, outre leur petitesse, offrent des débits supérieurs à ceux de disques durs à plateaux et une résistance aux chocs incomparable due à l’absence de mécanique. « Effrayées à l’idée qu’une chute d’un HDD externe ou d’un laptop est toujours possible, les sociétés éditrices de vidéos sont de plus en plus nombreuses à recourir aux clés USB pour transférer leurs productions afin de ne pas prendre le risque de les perdre définitivement », des bits au Perpendicular Magnetic Recording. Ces opportunités d’upgrade constituent évidemment des possibilités d’affaires supplémentaires pour les industriels et leurs partenaires intégrateurs. Conjointement à ce point d’entrée de business classique, remarque Laurent Sirgy, DG de Kingston Technology France. Complémentaires au support USB, les cartes mémoire semblent quant à elles arrivées à maturité, avec des modèles toujours plus denses. Mais c’est avec les MicroSD que le marché progresse désormais. Destinés surtout aux téléphones mobiles, ces derniers représenterait un segment encore plus prometteur que celui des cartes SD, conçues pour le stockage des fichiers dans les appareils photo numériques, les systèmes de navigation par GPS et autres consoles de jeux. En effet, on estime que près de 70% des 4 milliards de téléphones cellulaires en fonction dans le monde ont un emplacement pour accueillir des cartes MicroSD, dont les utilisateurs se servent non seulement pour visionner des vidéos ou écouter de la musique, mais aussi pour transférer ces informations sur d’autres médias. Évolution drastique de la clé USB : il existe désormais des SSD externes tels l’HyperX Max 3.0 tirant parti de son interface USB 3.0 pour atteindre, des débits de 195 Mo/s en lecture et de 160 Mo/s en écriture. Une convergence qui nécessite souvent l’acquisition d’un adaptateur, identique à une clé USB. d’autres sont venus s’ajouter, portant en premier lieu sur la performance, notamment afin d’améliorer le temps d’ouverture des applications ou le boot-time du PC portable. Des occasions de mise à niveau pour les revendeurs portent notamment sur la mise à jour de parcs de notebooks, majoritairement en 5400 tours/min, vers du 7200 tours/min. Un marché des plus prometteurs, puisque l’on vend désormais dans le monde davantage de laptops que de desktops, et qui est économiquement intéressant pour les clients puisque l’écart de prix entre l’une et l’autre de ces vitesses de rotation des disques s’est amoindri, en passant de 50% il y a quelques années à 25% aujourd’hui. Enfin, une troisième source de business relève d’une tendance à la verticalisation du marché du disque dur. De plus en plus de solutions nécessitent en effet une adaptation de la technologie du disque sur l’applicatif. « Les disques durs embarqués dans les set-top boxes pour le téléchargement de vidéos dans l’IPTV en fournissent un exemple », explique Nicolas Frapard, sales director chez Hitachi GST. « Or dans la vidéo, le travail de firmware diffère des applications purement informatique. » Pour répondre à des contraintes spécifiques variées, les constructeurs commercialisent ainsi de nouveaux types de produits ➜
'Sauvegarder votre vie numérique avec élégance et performance avec les disques durs externes Samsung 2.5" et 3.5" 52 Portable Performant & Élégant• Format z.s 250Go 1To• 6 colorts G2 Portable Compact & Robuste• Format Z.S"• 250Go - 6408o• 4 colorla G3Station Esthétique & Fonctionnel• Format 3.5• 1To.. 2To• 2 coloris GrAce aux logiciels de sauvegarde et de sêcurltf Samsung Auto Backup ; SafetyKey 114 et SecretZone, les disques durs externes Samsung offrent la meilleure solution de stockage pour archiver, préserver et conserver l'hlstorlque de votre vie. www.samsung.com/fr/



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 1E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 108