E.D.I. n°6 mars 2011
E.D.I. n°6 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 108

  • Taille du fichier PDF : 24,7 Mo

  • Dans ce numéro : Les nouvelles données du stockage

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 EDI n°6/Mars 2011 Dossier LES NOUVELLES DONN SOMMAIRE > L’EXPLOSION DU MARCHÉ DU STOCKAGE P.28 > DISQUES DURS : LE PLEIN DE CAPACITÉ ET DE PERFORMANCES P.30 > LES NOUVEAUX ENJEUX DU STOCKAGE EN LIGNE P.36 > GROSSISTES : LE STOCKAGE, UNE AFFAIRE DE SPÉCIALISTES P.40
ÉES DU STOCKAGE Dossier Les offres de stockage répondent à un besoin réel dans les entreprises. Les revendeurs ont l’opportunité de devenir les conseillers incontournables du client à la recherche de la solution adaptée pour accéder facilement à ses données. Avec le passage au tout numérique pour avoir accès aux données, les besoins en stockage ont explosé. Les ressources se sont elles aussi multipliées, avec des disques durs aux déclinaisons variées, pour ordinateurs, boxes, serveurs NAS ou data centers, internes, amovibles, multimédias ou USB, et des progrès technologiques exponentiels pour chacune d’elles. Mais ces perspectives de croissance et ce tableau de technologies optimisées n’en présentent pas moins un aspect sombre : une tendance générale à l’effondrement des prix. L’émergence du SSD (Solid-State Drive) pourrait permettre aux revendeurs de retrouver le sourire bien que, à moyen ou à long terme, les prix seront amenés à baisser suite à la production de masse de ses composants. Résultat, beaucoup de produits pour les petites et moyennes entreprises n’ont plus guère de véritable valeur marchande. La vente seule d’un équipement rapporterait au mieux entre 10 et 15 points de marge. En revanche, le détaillant intégrateur a les moyens de bénéficier de revenus nettement supérieurs en proposant du service et du logiciel associés au hardware. Cette source de valeur ajoutée peut se traduire non seulement par de l’implémentation, de l’assemblage ou des mises à jour, mais aussi et surtout par du conseil dans la gestion des solutions. En effet, proches de leurs clients, les revendeurs sont tout désignés pour les orienter vers des systèmes adaptés à leurs besoins pour leur garantir une accessibilité optimale à leurs données. Les revendeurs prendront en compte la criticité des données dans le temps et dans la valeur du contenu, de la quantité de documents numérisés et de leur évolution prévisible. « Contrairement à ce qu’elles font pour des équipements se résumant à des « garages à octets », les entreprises ne regardent pas trop à la dépense pour de telles solutions construites par les revendeurs pour le cas particulier du client afin de lui assurer la simplicité d’utilisation et la sérénité qui lui est nécessaire pour se concentrer sur son business », remarque Jean-Charles Herpeux, directeur produits chez Western Digital. L’écoute et la compréhension du métier d’un client ainsi que la préconisation qui en découle pour identifier les modes de stockage différenciés à lui appliquer, de même que l’accompagnement continu, font toute la pertinence du métier de revendeur IT de proximité, avec davantage de marge à la clé. Avec le concours des constructeurs et des grossistes, qui, s’ils ne sauraient créer des offres de services à la place du détaillant, se doivent de lui fournir tous les éléments pour l’aider à développer cette plus-value. ● EDI n°6/Mars 2011 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 1E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 108