E.D.I. n°6 mars 2011
E.D.I. n°6 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 108

  • Taille du fichier PDF : 24,7 Mo

  • Dans ce numéro : Les nouvelles données du stockage

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Brèves Econocom dévoile enfin son organigramme Cette fois, ça y est ! À l’issue d’un long processus de maturation, le nouvel organigramme d’Econocom, désormais fusionné avec son ex-rival ECS, est connu. Jean-Louis Bouchard reste président. Bruno Lemaistre, directeur général administrateur délégué, prend la responsabilité des opérations. Il sera secondé dans sa mission par Véronique di Benedetto, directrice générale adjointe et country manager France. Yves Caparros, directeur général administrateur délégué, prend la responsabilité de l’intégration et de l’audit interne. Quant à Jean-Philippe Roesch, lui aussi directeur général administrateur délégué, il prend la responsabilité des fonctions support et des activités « products & solutions et telecom services ». Sur le plan stratégique, la priorité va au désendettement. « Par le passé, Econocom n’avait pas de dette », explique Jean-Philippe Roesch. « Le groupe s’est endetté pour le rachat d’ECS. Notre volonté est de procéder maintenant à un désendettement rapide. » NetApprachète Akorri Networks « Quand on privilégie la croissance interne, on n’a qu’une seule ligne de produits. C’est plus efficace », déclarait récemment Andreas König, general manager EMEA de NetApp. Et pourtant… c’est bien à une opération de croissance externe que vient de procéder le groupe, en rachetant l’éditeur Akorri Networks. Du coup, le portefeuille produits de NetApps’étoffe : les outils Akorri réduisent en effet « les risques et coûts inhérents au déploiement des solutions de virtualisation, grâce à leur approche de gestion intégrée couvrant l’ensemble de l’infrastructure informatique », précise la compagnie. 24 EDI n°6/Mars 2011 Actus business INTÉGRATION Avec Idylis, Divalto s’attaque aux revendeurs de proximité Bientôt un an après le rachat d’Idylis, société spécialisée dans les logiciels de gestion en mode SaaS, l’éditeur Divalto veut jouer à fond la carte des synergies. Thierry Meynlé, président du directoire, est, plus que jamais, déterminé à faire de l’intégration d’Idylis le fer de lance du développement. « Historiquement, nous étions très différents à tous les niveaux. Par le mode de distribution, bien sûr, puisqu’Idylis travaillait en direct, mais aussi par la cible adressée. Chez Divalto, nous sommes bien positionnés sur le mid-market, tandis qu’Idylis est plutôt orientée vers l’entrée de gamme TPE en gestion comptable. » C’est ce dernier point que Divalto compte renforcer. En ligne de mire : la « parité » de contribution au chiffre d’affaires du Divalto historique et de l’activité issue d’Idylis, même si cet objectif paraît encore lointain. « Nous avons pris un peu de retard sur le plan de recrutement des revendeurs sur le territoire français », admet Thierry Meynlé. « Mais, à terme, nous souhaitons développer le plus possible ce canal de distribution. » La volonté du groupe est de passer rapidement à une trentaine de revendeurs - surtout des petits revendeurs de proximité. Reste une difficulté, concède la direction de Divalto : le choix du SaaS comme vecteur privilégié de distribution. Non que cette stratégie soit erronée, au contraire. L’éditeur se dit persuadé que, sur le marché des très petites entreprises, des associations et des auto-entrepreneurs, le SaaS est véritablement la solution d’avenir, mais il reconnaît que les choses se compliquent dans la mesure où le cloud ne permet pas de générer (à très court terme) des revenus massifs. Et pour cause : la tarification repose essentiellement sur l’abonnement. « On touche énormément de gens, en l’occurrence les trois millions et demi de TPE qui existent en France. Mais on le fait avec des produits qui ne génèrent pas, ou pas encore, énormément de revenus », résume Thierry Meynlé. Le SaaS est sans doute un pari gagnant, mais à long terme. La société a donc décidé de maintenir des ambitions fortes en termes de développement. Les mêmes, exactement, qu’elle affichait il y a un an. ● STRATÉGIE Nec IT PlatformSolutions vise le 100% indirect Dans la revente de serveurs, de produits de stockage et de logiciels, nous sommes clairement challengers et nous le savons », reconnaît sans ambages Christophe Therrey, directeur commercial et marketing EMEA de Nec IT PlatformSolutions. « Pour accélérer la mise en place de notre stratégie, qui revient à activer la reconquête de parts de marché, nous avons décidé de placer toute notre activité sous le signe de l’indirect. » Au menu : le recrutement d’un troisième grossiste à valeur ajoutée, en l’occurrence Avnet, qui rejoindra les deux existant, ETC et Config. Simultanément, une campagne de recrutement de VAR est lancée. Celle-ci devrait aboutir à l’arrivée d’une vingtaine de nouveaux revendeurs d’ici au mois d’avril – sachant que Nec IT PlatformSolutions dispose, actuellement, d’une quinzaine de revendeurs sur le marché français. Les VAR sélectionnés devront s’engager, d’une part, sur un niveau minimum de chiffre d’affaires annuel, et, d’autre part, sur un niveau de certification relativement élevé. « De type Gold », précise la société. Sur les modes de distribution propres au monde IT, Christophe Therrey a les idées très claires. Selon lui, il est indispensable, pour qui veut survivre, de passer d’un mode « sales through » à un monde « sales with ». Autrement dit, les différents participants à la chaîne de valeur ont intérêt à s’allier, à jouer les partenariats, plutôt qu’à s’affronter dans une lutte sans merci. « Avec nos grossistes, nous travaillons Christophe Therrey, directeur commercial et marketing EMEA de Nec IT PlatformSolutions. Thierry Meynlé, président du directoire de Divalto. beaucoup à la constitution d’un écosystème commun », conclut-il. ●
• Multifonction cooleur : impression, copie, télécopie" et numérisation• 8ppm/qJm en cooleurs, 12ppm/qJm en noir et blanc Résolution d'impression maxi : 2 x 600 dpi• mn lQ) : t 5 lignes pratique etCDnvMal• Numérisation faàle vers un reseau ou une dé usa Faible consommation d'énegie *SENSYS MF8050011111iquemtnt• Multlfonc:tlon cooleur : Impression, copie, télécopieet numérisation• 20ppm/cpm encooleurseten noiretbla.nc• Résolution d'impression maxi : 2 x 600 dpi•Impression reœverso automatique• mn lQ) Slignes pratique etconvilrial• Numérisation faàle vers un reseau ou une dé usa• Faible consommation d'énegie *1-SENSYS MF835001nlltl/qufmtttt -1• Cll'OnIII.C.J,._..,...$11ŒJ n13052M0111J5•...,.0r,



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 1E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 6 mars 2011 Page 108