E.D.I. n°5 février 2011
E.D.I. n°5 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 164

  • Taille du fichier PDF : 37,3 Mo

  • Dans ce numéro : Le tactile sur le bout des doigts

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 94 - 95  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
94 95
Tests Dynamiques, les ventes de PC tout-en-un ont en partie contribué à soutenir le marché global du PC en 2010. Ce succès croissant s’explique toujours par l’intégration poussée de ces ordinateurs, précieuse dans les petits espaces, et désormais par des configurations qui tiennent la route, ce qui faisait défaut aux modèles précédents, il y a encore quelques années. L’affichage en 3D Bénéficiant d’un équipement alléchant sur le papier et plutôt innovant, le AE2420 3D du taïwanais MSI paraît bien armé sur le segment du tout-en-un haut de gamme et s’oriente vers le divertissement multimédia dans tous ses aspects. Il combine une définition Full HD de 1 920 x 1 080 pixels, une dalle de 24 pouces tactile et multitouch, et même l’affichage en relief 3D, qu’il est le premier du genre à présenter. Cette technologie repose sur un écran rafraîchi à 120 Hz, nécessaire pour afficher avec fluidité deux images en alternance, et une paire de lunettes active, qui obture de manière synchronisée la vision de l’œil gauche et celle de l’œil droit. L’émetteur infrarouge, qui pilote les lunettes, est quant à lui discrètement incorporé au tout-en-un. Par ailleurs, c’est un circuit ATI (et non NVIDIA, pourtant commercialement en avance) qui sert de moteur à l’affichage en 3D. Développé par la société tierce iZ3D, un pilote graphique spécifique lui est annexé : il détecte le lancement d’un jeu ou d’un film 3D et permet, à l’aide d’un assistant, d’ajuster l’intensité et la profondeur du relief. Une fois ces réglages effectués, et bien que l’assistant soit parfois récalcitrant, l’effet est très satisfaisant. Bien entendu, les sources doivent être adaptées. MSI fournit ainsi, 94 EDI n°5/Février 2011 PC• MSI AE2420 3D NOUVELLE DIMENSION POUR LE TOUT-EN-UN MSI signe le premier PC tout-en-un doté d’une technologie d’affichage en relief. L’équipement de bonne facture et la puissance assez élevée sont d’autres qualités à souligner. en guise de démonstration, une série de photos et de vidéos capturées en 3D. De nombreux jeux sont également supportés et l’affichage en relief de Prince of Persia, réussi, prouve que la récente technologie d’ATI parvient déjà à une certaine maturité. Mettons toutefois deux bémols : les lunettes sont quelque peu inconfortables et le circuit ATI Radeon 5730 risque de se montrer insuffisant pour les jeux les plus récents, à moins de sacrifier de nombreux effets graphiques. Le lecteur combiné Blu-ray/graveur DVD, avec l’aide du logiciel Roxio CinePlayer, est une autre source potentielle de relief, quelques films Blu-ray en 3D étant à présent disponibles. Contrôle du bout des doigts La dalle tactile du AE2420 3D, pour sa part, est peut-être moins originale, mais elle obéit au doigt et à l’oeil. Précisons qu’il s’agit d’une dalle multipoint et que, en conséquence, il est possible d’utiliser deux doigts, selon les applications, pour zoomer, changer d’orientation les documents ou les images, etc. MSI n’a pas conçu d’interface centrale appropriée au tactile mais une grappe d’applications dédiées à l’e-mail, aux arts graphiques et à des activités ludiques à contrôler du bout du doigt. Ce PC tout-en-un ne met aucun mal à remplir toutes ces tâches car, à l’exception d’un circuit graphique un peu léger, il est propulsé par un puissant Core i5 à 3,2 GHz et 4 Go de mémoire. On apprécie aussi la connectique étoffée, qui comprend notamment deux ports USB 3.0, un port eSata, une entrée HDMI, et le Bluetooth. Le clavier et la souris sont sans fil, ce qui concourt à la sobriété de l’ensemble, et une télécommande permet de piloter le tout-en-un à distance, en particulier le media center inclus dans Windows 7. ● PC MSI AE2420 3D Caractéristiques > Processeur: Intel Core i5-650 à 3,2 GHz > Mémoire: 4 Go DDR3 > Circuit graphique: ATI Radeon 5730, 1 Go de mémoire > Disque dur: 1 To > Lecteur optique: lecteur Blu-ray/graveur DVD > Écran: 24 pouces tactile, 1920x1080pixels, 120 Hz > Connectique: 4xUSB 2.0, 2xUSB 3.0, HDMI, VGA, eSata, Ethernet, SP/DIF, sortie casque, lecteur cartes 6 en 1, WiFi-n, Bluetooth > Système d’exploitation: Windows 7 Home Premium 64 bits > Dimensions/Poids: 61,7x46,2x7,2 cm ; 14 kg > Accessoires: alimentation, clavier et souris sans fil, télécommande, lunettes 3D et câble de recharge. > Garantie: 2 ans enlèvement sur site > Prix : 1280 euros HT > Site internet: www.msi.com Atouts > Équipement complet > Dalle tactile multitouch > Affichage en relief Le AE2420 3D possède une connectique bien garnie. L’entrée HDMI permet de s’en servir comme écran d’appoint relié à une console.
Serveur• NEC EXPRESSCLUSTER DES SERVEURS À HAUTE TOLÉRANCE Pour atteindre la continuité de service, c’est-à-dire ni panne matérielle ni plantage logiciel, NEC propose l’ExpressCluster, un serveur à tolérance de panne. Un seul serveur plante, et de nombreuses transactions (notamment financières) sont interrompues, des bons de commandes qui n’arrivent pas, des bases de données indisponibles, des boutiques en ligne en rideau et des internautes qui passent à la concurrence. Autant d’incidents néfastes à l’activité d’une entreprise. La parade, c’est la continuité de service: lorsqu’un composant (matériel ou logiciel) lâche, le service n’est pas interrompu et l’utilisateur ne s’aperçoit de rien. Le constructeur japonais NEC propose deux gammes de produits pour garantir la continuité de service : d’une part, les serveurs à tolérance de panne (Fault Tolerant) et d’autre part, les architectures en grappes de serveurs, l’ExpressCluster. Un problème sur un serveur, un autre prend le relais. Tolérance de faute contre les pannes matérielles La tolérance de panne couvre exclusivement les défaillances matérielles. Pour cela, tous les composants clés sont doublés : carte mère, disques... Il s’agit d’éliminer les points de défaillance uniques. Solution intéressante car pratiquement 50% des incidents sont d’origine matérielle. Elle ne garantit pas contre les problèmes logiciels. C’est là qu’intervient l’ExpressCluster, qui protège à la fois des défaillances matérielles et logicielles. Revers de la médaille, le serveur à tolérance de panne de NEC se gère comme un serveur classique et ne nécessite qu’une seule licence, alors qu’un cluster suppose plusieurs serveurs : la gestion est plus complexe. ExpressCluster peut être configuré en mode miroir ou baie partagée. Dans le premier cas, deux serveurs sont le miroir l’un de l’autre. En mode actif-passif, un seul travaille et le second est en veille, prêt à se substituer à l’autre si ce dernier est défaillant. En mode actif-actif, les deux se partageant la charge, mais chacun des deux est capable de reprendre les sessions de l’autre. La mise à jour des deux machines s’effectue en mode synchrone (temps réel), généralement lorsque les deux machines sont raccordées au même réseau local, ou en mode asynchrone (à intervalles de temps déterminés), si les deux machines sont placées sur des sites distants et connectées via le réseau étendu (WAN). Ce mode convient dans le cadre d’un plan de reprise d’activité après sinistre. À noter que ce mode miroir accepte jusqu’à trois nœuds (trois serveurs). Fonctionne en environnement SAN Le mode partagé fonctionne en environnement SAN (Storage Area Network). Dans cette configuration, de deux à trente-deux serveurs partagent l’accès à une baie de disques de stockage. ExpressCluster détecte les défaillances des systèmes et des applications d’un serveur et le bascule alors sur un serveur de secours qui accède directement aux données sur la baie de disques partagée. Enfin, ExpressCluster s’accommode des trois principaux environnements virtualisés du marché : VMware, Microsoft Hyper V et Citrix Xen. L’outil de supervision, Integrated Manager, gère ces trois environnements sur une console unique. ExpressCluster peut s’installer soit au niveau de l’hyperviseur (redondance du système d’exploitation hôte) ou à celui de la machine virtuelle (redondance du système d’exploitation virtuel). Le fin du fin consiste évidemment à combiner les deux lignes de produits, c’est-à-dire à constituer un cluster de serveurs à tolérance de panne. Un luxe de précautions néanmoins parfois nécessaire dans des secteurs très critiques, tels que la finance ou les télécoms. On atteint alors un taux de disponibilité de 99,999%, soit cinq minutes d’arrêt non programmées par an. ● Tests Serveur EXPRESSCLUSTER Caractéristiques > Dernière version: V3.0 > Plates-formes supportées: Windows (2000, 2003 Server & Advanced Server) et Entreprise Linux. > Configuration: de 1 à 3 serveurs en mode miroir (mode synchrone ou asynchrone) et jusqu’à 32 serveurs en mode baies partagées > Mode de cluster: actif-actif ou actif-passif > Applications supportées: IIS, Exchange 2003, RightFax, Oracle, SQL, mySQL, DB2, sendmail, Samba, Tuxedo Weblogic, Websphere > Environnements de virtualisation: VMware, Microsoft Hyper V et Citrix Xen > Taux de disponibilité: 99,999% (5 minutes par an d’arrêt) en combinant serveurs à tolérance de panne et architecture ExpressCluster > Prix public (incluant Agent Database et 1 an de support complet): - avec cluster à 2 nœuds (2 sockets) sur LAN en environnement SAN : 11960 euros - avec cluster à 2 nœuds (2 sockets) sur WAN, en environnement disques miroirs 17280 euros > Site internet: www.nec.fr Atouts > Protège des pannes matérielles et logicielles > Multi plate-forme et Multi environnement de virtualisation > Mode miroir ou mode SAN EDI n°5/Février 2011 95



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 1E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 108-109E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 110-111E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 112-113E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 114-115E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 116-117E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 118-119E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 120-121E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 122-123E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 124-125E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 126-127E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 128-129E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 130-131E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 132-133E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 134-135E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 136-137E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 138-139E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 140-141E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 142-143E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 144-145E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 146-147E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 148-149E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 150-151E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 152-153E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 154-155E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 156-157E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 158-159E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 160-161E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 162-163E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 164