E.D.I. n°5 février 2011
E.D.I. n°5 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 164

  • Taille du fichier PDF : 37,3 Mo

  • Dans ce numéro : Le tactile sur le bout des doigts

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 82 - 83  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
82 83
82 EDI n°5/Février 2011 Entretien AGNÈS VAN DE WALLE Directrice de la division IT chez Samsung « NOS PRODUITS GARANTISSENT DE LA VALEUR À NOTRE RÉSEAU » La division IT de Samsung veut axer sa stratégie de développement vers le BtoB avec des produits permettant à son réseau de dégager plus de valeur. L’EDI : Quelles sont les composantes de la division IT de Samsung ? Agnès Van de Walle : Il s’agit d’une des six divisions de Samsung Electronics. Elle couvre des domaines tels que les ordinateurs portables - notebooks et netbooks -, l’affichage, l’impression ou le stockage externe, mais aussi des secteurs plus spécifiques comme le dynamic display. L’EDI : Et quel bilan tirez-vous de l’année 2010 ? A.V. de W. : Notre chiffre d’affaires pour cette année va avoisiner les 400 millions d’euros. Cela correspond à une augmentation de 15% par rapport à 2009, notre division ayant connu la plus forte croissance au sein de Samsung. Grâce à ces résultats, nous avons par exemple pu atteindre la seconde place en volume sur le marché des imprimantes laser et même la première place sur les modèles laser couleur, ainsi que la première place en valeur sur les moniteurs. Mais nous sommes également très bien positionnés dans le domaine du portable puisque nous sommes second en volume sur les netbooks. Et ce n’est qu’une étape. Notre objectif pour 2011 est d’engendrer une croissance de 45% et à terme, d’atteindre d’ici trois ans un chiffre d’affaires de 1 milliard d’euros. L’EDI : Cela paraît très ambitieux alors même que l’IT raisonne plus souvent en termes de baisses de prix des produits et donc des revenus. Quels moyens vous donnez-vous pour atteindre cet objectif ? A.V. de W. : En premier lieu, nous allons nous orienter de plus en plus vers le BtoB. Historiquement, Samsung a déjà une très bonne image dans le BtoC grâce à ses téléviseurs, mais le clivage entre le monde du grand public et le monde professionnel n’existe plus vraiment. Notre réputation nous permet aussi de nous imposer au sein des TPE et des PME. Or, ce secteur permet de dégager beaucoup plus de valeur car les produits sont associés à des services complémentaires. Pour l’heure le chiffre d’affaires de Samsung est réparti à 60% en BtoC et à 40% en BtoB. Ces proportions devront être inversées Bio-express Après avoir terminé des études de commerce en décrochant notamment un MBA à la City University de Londres, Agnès Van de Walle, 42 ans, a travaillé au sein de divers groupes américains et français pas forcément liés à l’IT avant d’entrer chez Brother en 1998 où elle a occupé les fonctions de directrice marketing et de directrice commerciale, faisant notamment passer le constructeur de la sixième à la deuxième place du marché de l’impression français. Elle a ensuite rejoint Samsung en 2007 pour y prendre la tête de la division IT. en 2020, ce qui sera déjà le cas pour la branche IT dès 2011. Bien entendu, cette évolution ne se fera pas sans innovation technologique. Dans les dix prochaines années, nous proposerons ainsi 50% de produits en plus, y compris sur de nouveaux secteurs comme la santé ou l’énergie. L’EDI : Comment allez-vous faire pour que vos partenaires vous accompagnent dans ces changements ? A.V. de W. : Étant un constructeur fonctionnant à 100% en indirect, nous avons tissé des liens très forts avec notre réseau via notamment deux équipes en région qui leur sont dédiées, mais aussi par le biais de nos grossistes. On veut toujours que nos partenaires aient un temps d’avance, que ce soit sur de nouveaux marchés comme celui de l’affichage dynamique où nous avons déjà 60% de parts de marché, mais aussi sur des secteurs plus difficiles comme celui des écrans où les prix et les marges sont en chute libre mais pour lequel nous nous sommes démarqués en étant les premiers à proposer des modèles à LED. Dans tous les cas, nous faisons en sorte que nos produits apportent de la valeur à notre réseau. Mais il faut pour cela que nos partenaires soient très réactifs car nous sommes sur un secteur très versatile au sein duquel la stratégie des clients finaux se fait souvent sur du court-terme. Ainsi, après la crise, beaucoup de PME ont orienté leurs achats IT vers des produits low-cost avant de revenir à du qualitatif en constatant que le coût de possession était bien meilleur. L’EDI : Et la structure de votre programme partenaires va-t-elle aussi évoluer ? A.V. de W. : Pas pour le moment. Nous conservons une hiérarchie de partenariat à trois niveaux. En revanche, nous cherchons toujours à en recruter de nouveaux, notamment sur les secteurs plus verticaux que nous voulons aussi adresser comme l’éducation, la santé ou l’hospitality [ndlr : réseaux de télévision dans les hôtels, par exemple]. Et nous échangeons le plus possible avec notre réseau, que ce soit par le biais de roadshows ou lors de salon comme IT Partners. ●
NAS Buffalo TeraStation™ La solution idéale pour PME/PMI, fiable, rapide et intuitive pour un stockage encore plus efficace.• Capac:ités de 1 à 8 To selon modèles• Pro - Prise en charge d'Active Directory et NFS• Rapide- jusqu'à 92Mo/s, deux ports gigabit Ethernet avec• Web Access - Accès è distance de vos données è partir fonction port trun king d'un PC, Mac ou iPhone/Smartphone• Redondance RAID- Cinq modes opérationnels possibles: standard, RAIDo, 1, 5 ou 10 (Standard, o ou 1 sur Duo)• Sécurité - Cryptage automatique des données et disques hot swap• livré avec 10 licences NovaBACKUP Business Essentials de Novastor• Garantie 3 ans BUFJ lQ Portail Partenaires. Inscription sur http:/fpartner.buffalo-technology.com -c cOutils de vente, Informations produits, Librairies d'images, Cheat sheets, etc. HANNEL ONNECTIO N www.buffalo-technology.com-­ 1 1 d...•on -'1i:-



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 1E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 108-109E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 110-111E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 112-113E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 114-115E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 116-117E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 118-119E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 120-121E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 122-123E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 124-125E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 126-127E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 128-129E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 130-131E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 132-133E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 134-135E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 136-137E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 138-139E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 140-141E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 142-143E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 144-145E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 146-147E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 148-149E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 150-151E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 152-153E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 154-155E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 156-157E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 158-159E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 160-161E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 162-163E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 164