E.D.I. n°5 février 2011
E.D.I. n°5 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 164

  • Taille du fichier PDF : 37,3 Mo

  • Dans ce numéro : Le tactile sur le bout des doigts

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
Dossier responsable du Pôle Marketing et Communication de Percy-Miller. Toutefois, ces salons virtuels tels qu’ils sont conçus aujourd’hui ne remplaceront bien sûr pas les événements comme l’IT Partners où le contact humain reste primordial dans les relations entre les fournisseurs et les revendeurs. Le réseau social: l’outil du moment à recommander Les relations humaines sont la clé de voûte du business. En cela, elles sont favorisées par les outils collaboratifs 2.0, notamment les réseaux sociaux qui bouleversent les habitudes et les comportements des utilisateurs. « L’utilisation des réseaux sociaux doit être sérieusement envisagée par les revendeurs » insiste Cyril Carretero, directeur marketing chez l’intégrateur SCC (voir encadré). Il est important pour les revendeurs d’anticiper cette tendance d’autant que, selon Gartner, pour 20% des utilisateurs de réseaux sociaux, cet outil est la source d’informations privilégiée avant de choisir un produit. Les choix de consommation seraient de plus en plus guidés par les avis partagés en ligne entre membres d’une communauté. De même, la prise en compte des médias sociaux par les entreprises comme outil marketing ou solution de la relation clients est une évolution radicale. Selon une étude menée par les agences de relations publiques PRWeek et MS&L Group, 79% des entreprises interrogées estiment que le dialogue en temps réel avec leurs clients 44 EDI n°5/Février 2011 ET QUELLES SOLUTIONS POUR LES PETITS REVENDEURS ? « De nombreux revendeurs locaux ont très peu de moyens financiers. Pour eux, il est impossible d’exploiter la majorité des outils qui sont souvent payants » résume Frédéric Canevet, chef de marché chez Sage et créateur du site conseilsmarketing.fr. Plusieurs pistes peuvent les aider. Déjà, au niveau local, des bases de données sont disponibles auprès des chambres de commerce et d’industrie. Elles sont trois à quatre fois moins chères que les bases fournies par les sociétés privées au niveau national. Les prix varient entre 300 et 400 euros pour un millier de noms plus quelques euros pour les frais de gestion. À partir de ces bases, les revendeurs peuvent réaliser des campagnes d’e-mailing en utilisant certains outils comme Emailvision, Dolist, MailPerformance ou ceux mis gratuitement à la disposition par certains fournisseurs. D’autre part, il est important pour ces petits revendeurs de travailler sur la qualité de leurs sites internet et de dédier un espace à l’échange. Frédéric Canevet, Autres exemples : organiser des portes ouvertes pour les clients et les éventuels chef de marché chez Sage et prospects, faire du street marketing (distribution de flyers), assister ou exposer créateur de conseilsmarketing.fr. sur des salons locaux professionnels. Bien sûr, les retours ne sont pas toujours immédiats, mais tous ces moyens peuvent y contribuer… Enfin, être au plus près des clients permet d’entretenir pour les revendeurs une relation privilégiée et donc de les fidéliser. C’est la proximité. Finalement le bouche-à-oreille n’est-il finalement pas le meilleur moyen de se faire connaître ? L’utilisation des réseaux sociaux doit être sérieusement envisagée par les revendeurs » Comme dans un salon physique, le site www.key-for-it.com offre aux exposants l’opportunité d’entrer en contact avec les visiteurs notamment grâce au système de messagerie instantanée. via les médias sociaux est un gage de compétitivité et 58% pensent que dans les prochaines années, l’utilisation des médias sociaux aura un impact important sur l’augmentation des ventes et de leurs bénéfices. Un avis que partage Damien Douani, expert médias sociaux chez blueKiwi qui admet aussi que les réseaux sociaux sont un bon moyen pour observer la concurrence. Cela dit, 51% des entreprises françaises dans le secteur des nouvelles technologies sont sceptiques vis-à-vis des réseaux sociaux, ne croyant pas à leur potentiel pour rapprocher les entreprises de leurs clients ou prospects. C’est en tout cas ce que révèle une étude sur les réseaux sociaux (15000 personnes interrogées dans le monde) publiée en juillet 2010 par la société Regus. On le voit bien, la difficulté réside dans l’exploitation du réseau social afin de le rentabiliser. Il ne s’agit pas de reproduire en ligne ce qu’il se passe déjà à la machine à café comme le fait très bien Facebook. En effet, pour Bertrand Duperrin, qui édite un blog sur les nouvelles pratiques managériales et organisationnelles dans l’économie du savoir, dans un contexte d’entreprise, déclarer ses amis n’a pas de sens, le réseau doit être ouvert aux partenaires, aux clients, aux fournisseurs, aux métiers. Il faut savoir « qui travaille pour qui » ou « qui fait partie de tel service ». De plus en plus d’entreprises vont dans ce sens et créent leur propre réseau social centré sur leurs métiers. C’est notamment le cas de l’intégrateur SCC qui a créé avec son fournisseur Symantec un lien privilégié via un réseau social, une communauté autour de la sécurité baptisée « Fan de Symantec » qui rassemble 70 personnes chez SCC et 60 personnes chez Symantec. Ces 130 personnes discutent autour des solutions de Symantec et s’échangent des informations et des affaires. Autre exemple: l’Institut Français des Experts-Comptables et Commissaires aux Comptes (IFEC) vient de créer www.pacioli.fr, un réseau social dédié aux professionnels de la comptabilité qui rassemble experts-comptables, commissaires aux comptes, partenaires revendeurs, stagiaires et étudiants. Ce type de réseau est idéal pour s’échanger des idées, du savoir-faire et des contacts. Bref, le réseau social doit être une application d’entreprise qui génère de la productivité et indirectement du chiffre d’affaires supplémentaire même si aujourd’hui, il est difficile d’en mesurer le retour sur investissement… ●
* Forfait de communications illimitées vers les numéros mobiles français, 24h/24, 7j/7. Uniquement disponible en mode apporteur d’affaires. Optez pour l’IP à la carte ! Hub télécom enrichit son offre IP Choisissez votre mode de distribution ! Marque blanche ou apporteur d’affaires ? Offrez à vos clients la solution IP qui leur ressemble ! Découvrez en avant-première notre nouvelle formule illimitée vers les mobiles* Hub télécom, société du groupe Aéroports de Paris et référence sur le marché des télécommunications et de la mobilité professionnelle, conçoit et fournit des solutions catalogue et sur mesure répondant à la quasi-totalité des besoins de télécommunications, géolocalisation, traçabilité et mobilité de ses clients. www.hubtelecom.com Salon IT Partner 2011 Venez découvrir nos nouveautés sur notre STAND C31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 1E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 108-109E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 110-111E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 112-113E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 114-115E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 116-117E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 118-119E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 120-121E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 122-123E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 124-125E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 126-127E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 128-129E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 130-131E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 132-133E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 134-135E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 136-137E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 138-139E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 140-141E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 142-143E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 144-145E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 146-147E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 148-149E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 150-151E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 152-153E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 154-155E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 156-157E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 158-159E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 160-161E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 162-163E.D.I. numéro 5 février 2011 Page 164