E.D.I. n°4 déc 10/jan 2011
E.D.I. n°4 déc 10/jan 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de déc 10/jan 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 23,3 Mo

  • Dans ce numéro : Dossier Impression : le service en première ligne

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 92 - 93  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
92 93
Avis d’expert Après la révolution du mobile, nous vivons désormais celle du numérique. Aujourd’hui, le progrès c’est à la fois écouter de la musique via YouTube sur son mobile, transformer son poste de télévision en kiosque multimédia, regarder les news dans le train sur sa tablette tactile… sans oublier toutes les applications possibles dans le monde de l’entreprise. Dans ce dernier cas, le progrès sera sans doute de profiter du cloud et des nouveaux environnements virtuels. Et tout cela, avec un confort d’utilisation et un niveau de qualité parfaits ! De ce point de vue, la fiabilité du bon vieux réseau téléphonique des années 70, jointe à l’excellente qualité des réseaux mobiles depuis les années 90, ont fait prendre à beaucoup de consommateurs de mauvaises habitudes. Les réseaux, nouveaux freins au progrès Tous ces nouveaux usages dépendent pourtant de la qualité et de la performance des infrastructures réseau mises en place. Or, elles sont aujourd’hui menacées de saturation. Du coup, toutes ces autoroutes de fibre optique, ces câbles sous-marins, ces satellites, ces réseaux mobiles 3G, hier symboles absolus du progrès technique, sont aujourd’hui considérés, par leur incapacité même à supporter la charge qu’on leur impose, comme des freins. En effet, les réseaux qui quadrillent la planète n’ont été ni conçus, ni dimensionnés pour supporter la croissance exponentielle du trafic. C’est là tout le paradoxe : cette densité de flux est la conséquence directe et intrinsèque de la révolution numérique. Un trafic à deux vitesses… voire plus Doit-on envisager dans l’avenir des « crashes réseau » à répétition, privant ainsi de son et d’image des millions de consommateurs et de professionnels avides de progrès ? Cette éventualité reste peu probable dans l’immédiat. Mais ce qui est certain, c’est que les utilisateurs devront s’habituer à payer le progrès que représente la diffusion multimédia numérique. Et à payer le juste prix, ce qui n’est pas toujours le cas. Une sorte de retour à la dure réalité, en somme. 92 EDI n°4/Décembre 2010 - Janvier 2011 Diplômée de Télécom Paris, Diaa Elyaacoubi est actuellement présidente et CEO de Streamcore, une société spécialisée dans l’optimisation des applications collaboratives. Lowcost ou Premium: l’accès internet à deux vitesses L’exigence croissante des utilisateurs risque de provoquer bientôt une saturation des communications multimédias. L’hypothèse la plus probable est celle d’une segmentation des différents marchés, suivant les besoins et les moyens financiers des utilisateurs. Rien de bien inhabituel, quand on y regarde de plus près. Nous le faisons déjà à chaque fois que nous achetons un billet d’avion, autre symbole du progrès accessible au plus grand nombre. Il est d’ailleurs frappant de constater que l’évolution annoncée de la diffusion multimédia numérique ressemble fortement, dans son expansion, à celle du marché du transport aérien. On attend d’un transporteur, quel qu’il soit, qu’il nous amène à destination à l’horaire prévu, dans des conditions parfaites de sécurité. Mais, au-delà de la prestation de base, nous sommes déjà prêts à payer plus cher notre billet d’avion pour obtenir un meilleur service. Par exemple, partir à une date qui nous convient le mieux, ou disposer d’un meilleur confort. De la même façon, chacun compte sur son opérateur de télécommunications pour obtenir le contenu multimédia voulu, dans des conditions de diffusion adéquates. La qualité de service a un coût Les autres secteurs vont suivre. Tout porte à croire que nous serons bientôt contraints de faire de même pour profiter de notre vidéo numérique ou de notre application préférée. Nous opterons pour le « low cost » si nous pouvons nous contenter d’une connexion de base, avec une bande passante limitée à certaines heures de la journée. Nous prendrons un abonnement « business » pour bénéficier d’une garantie de bande passante, ou d’un choix plus étendu de contenus à toute heure de la journée. Et nous craquerons pour une offre première classe ou Premium en cas de boulimie de vidéos HD en « prime time ». La qualité de service sur les réseaux numériques a donc un coût, qui doit être supporté par les consommateurs. C’est malheureusement le prix à payer pour maîtriser la croissance de l’industrie du numérique, et pour garantir que la course au progrès profite bien au plus grand nombre. Dès aujourd’hui, des solutions sont disponibles pour y parvenir. Certaines permettent d’ores et déjà d’obtenir une visibilité complète et un contrôle dynamique des performances réseaux, tout en affectant des niveaux de qualité de service différenciés par types de flux. Dans ce domaine, les entreprises françaises ont incontestablement une carte à jouer. ●
5 bonnes raisons de devenir partenaire KYOCERA Développement Augmentez vos revenus en proposant une nouvelle gamme de services à forte valeur ajoutée (audit, coût à la page, gestion de parcs…). Conseil Bénéficiez d’un accompagnement commercial par des experts de l’impression bureautique & informatique. Simplification Homogénéisez le parc de périphériques d’impression de vos clients et simplifiez la vie des utilisateurs en proposant des imprimantes et copieurs numériques provenant d’un même constructeur. Support adhérez à un programme partenaire proposant un support commercial, marketing & technique. proposez des contrats coûts à la page qui vous assureront des revenus récurrents. 100% en indirect travaillez avec un constructeur qui a un mode de distribution 100% en indirect. Gamme KYOCERA Découvrez les solutions d’impressions et de gestion documentaire, ainsi que les engagements d’accompagnement et d’amélioration en continu des infrastrucutres de vos clients. Publi-reportage Solutions de gestion documentaire : Solution MDS* par KYoCEra ajoutEz unE nouvEllE offrE DE SErviCE à fortE valEur ajoutéE KYoCEra apporte du renouveau sur le marché de la gestion de l’impression et du document en proposant des solutions complètes et performantes. aujourd’hui, KYOCERA accompagne ses partenaires, habitués aux services d’intégration it à d’appréhender l’ensemble de la problématique documentaire chez leurs clients : de l’audit en profondeur, en passant par la construction de l’offre et son déploiement, jusqu’à la facturation « au clic » et la mise en place des outils de pilotage, d’amélioration en continu des parcs d’impression et des processus documentaires. TéMOIgnAgE « Ce qui a fait la différence sur le dernier appel d’offre que j’ai remporté ? la variété de l’offre KYOCERA ! » Qui mieux qu’un revendeur peut conseiller un autre revendeur ? Bruno, var en région parisienne témoigne. j’ai découvert le service MDS de KYOCERA qui m’a permis de remporter de nouveaux clients. Suite à l’audit documentaire détaillé chez mon client, KYoCEra m’a accompagné dans la construction de l’offre matériels, logiciels documentaires et services, et dans le montage du financement du dossier. KYOCERA MITA France – Tél. : +33 (0)1 69 85 26 00 – www.kyoceramita.fr KYOCERA MITA Corporation – www.kyoceramita.com * Services de gestion des documents dans l’entreprise l’atout de KYoCEra réside aussi dans son mode de distribution. En prenant le parti de ne pas vendre en direct, le constructeur propose à ses partenaires des processus et des services à la carte, afin de leur permettre de maitriser l’ensemble de la problématique documentaire chez les clients, et s’assurer ainsi des revenus récurrents et une fidélisation accrue. par ailleurs, le service KYOCLICK permet de vendre tous les produits KYOCERA (imprimantes, copieurs, consommables) avec un contrat à la page intégrant un service de maintenance sur site et la livraison des consommables. j’ai été séduit par les outils de gestion de parc multimarques que seul KYOCERA propose. j’ai ainsi une meilleure visibilité sur l’ensemble du parc de mon client, imprimantes comme copieurs, ce qui me permet d’apporter tout le conseil et la valeur ajoutée attendue. j’ai ainsi pu promettre et concrétiser une réduction de 21% du coût total de l’exploitation du parc de mon client. Et m’assurer des revenus récurrents… EDI n°4/Décembre - Janvier 2011



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 1E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 108-109E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 110-111E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 112-113E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 114-115E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 116