E.D.I. n°4 déc 10/jan 2011
E.D.I. n°4 déc 10/jan 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de déc 10/jan 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 23,3 Mo

  • Dans ce numéro : Dossier Impression : le service en première ligne

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
Baromètre Trop d’applications tuent l’application Selon une étude menée auprès des DSI européens par Coleman Parkes Research pour le compte d’HP, 74% d’entre eux estiment que la multiplication du nombre d’applications au sein de leurs entreprises est un problème majeur. Plus il y a d’applications, et plus les DSI doivent faire face à des problèmes de maintenance qui accaparent des ressources. Les DSI français semblent les plus sensibles à ce problème puisque 83% d’entre eux en font état contre seulement 58% chez leurs homologues britanniques. Autre constat, un tiers des DSI sondés pensent que plus de 20% de leur portefeuille applicatif est sous-utilisé dans leur entreprise. Windows 7, année 1 À l’occasion du premier anniversaire de la sortie de Windows 7, Microsoft a établi un bilan positif de sa présence au sein des entreprises. Selon l’éditeur, il y a eu 240 millions de PC sous Windows 7 vendus dans le monde. 10% des clients entreprise ont déployé le système, ce qui correspond à un taux d’adoption double de celui de Windows XP au moment de son lancement. Et l’avenir semble plutôt rose puisque selon une étude d’IDC, 65% des clients professionnels ont ou vont migrer vers Windows 7. La banque en ligne fait peur Une enquête réalisée par l’éditeur de solutions de sécurité Avira auprès d’internautes du monde entier fait état qu’ils ont du mal à faire confiance aux services bancaires en ligne. 20,5% se disent convaincus par les mesures mises en place par les établissements bancaires mais 31% ne les utilisent jamais. Près de la moitié (48,5%) les utilisent tout en étant préoccupés par les risques. Observatoire 56 EDI n°4/Décembre 2010 - Janvier 2011 SYNTHÈSE Dix ans de distribution en France Bénéficiant du recul nécessaire, car traitant de ce marché depuis longtemps, le cabinet d’études compuBase a récemment publié une photographie permettant de visualiser les mutations sur le marché de la distribution IT et télécoms en France depuis l’an 2000. L’un des chiffres les plus étonnants concerne la pérennité des entreprises présentes dans ce secteur. Sur 100 d’entre elles, près de la moitié (46%) avait tout simplement disparu entre 2000 et 2010. Est-ce à dire que le métier est amené à s’éteindre ? Pas vraiment car dans le même temps, on a vu l’arrivée de 65 nouveaux revendeurs par tranche de 100 existants en l’an 2000. Du coup, le nombre de partenaires sur 10 ans a fortement progressé, passant de 16900 à 21900 (+29,5%). L’autre élément intéressant de cette étude concerne la répartition géographique des revendeurs, et notamment ce qui concerne le rapport Île-de-France/province. En l’an 2000, la province représentait 65% du nombre de revendeurs. En 2010, cette part est passée à 72%. Sachant toutefois qu’en termes de chiffres d’affaires, les sociétés franciliennes sont encore largement devant. 54,3% d’entre elles affichent un CA supérieur à 1 million d’euros alors que le Sud Est de la France, en deuxième position, ne possède que 36,9% de partenaires dans ce cas. Pas étonnant dès lors que la région Île-de-France représente à elle seule 57% du chiffre d’affaires global du marché de la distribution IT et télécoms alors que le Nord Ouest, par exemple, ne compte que pour 5% de ce total. Pour autant, même s’il reste encore de gros écarts, la couverture géographique semble de plus en plus homogène. CompuBase analyse en effet que les régions à plus faible densité de population se développent beaucoup plus vite CONSTAT Logiciels : un marché concentré mais dynamique Pour la seconde année consécutive, le cabinet d’études OC&C Strategy Consultants publie les résultats d’une analyse concernant le marché global du logiciel en Europe. Premier constat, les chiffres sont très stables par rapport à l’an passé, les effets de la crise semblent ne pas trop avoir touché ce secteur. En moyenne, le chiffre d’affaires brut des éditeurs n’a baissé que de 0,6%, la marge ayant pour sa part augmenté de 1%. De cette étude ressort aussi la grosse domination des éditeurs américains sur le marché européen. Ils détiennent en effet une part de marché de 65%, soit directement, soit par le biais de leurs filiales. Suivent ensuite les éditeurs allemands et britanniques. En notant toutefois que le premier acteur français présent n’arrive que 17e au classement global et qu’il s’agit de Cegedim, un éditeur spécialisé dans les logiciels de santé. Cette étude met aussi en évidence le fait que le marché du logiciel reste globalement aux mains d’un nombre restreint d’éditeurs. Ainsi, les 10 premiers du classement (au rang desquels on retrouvera bien entendu les ténors que sont Microsoft, Oracle, IBM et SAP) représentent à eux seuls 58% du marché total. On dénote par ailleurs une prime à la spécialisation. Les éditeurs visant un secteur spécifique affichent en moyenne une croissance de 6,3%, ÉVOLUTION DE LA RÉPARTITION DES REVENDEURS EN FRANCE PAR RÉGION Paris RP 39% Sud Est 19% Paris RP 33% Sud Est 20% 2000 2010 Nord Est 14% Nord Ouest 15% Sud Ouest 13% Nord Est 16% Nord Ouest 17% Sud Ouest 14% que les autres, mais il est vrai qu’elles partaient de beaucoup plus loin. Dans les régions en général, ce sont les points de vente à destination des particuliers qui augmentent leur présence alors que la région parisienne est plus focalisée sur le BtoB, comprenant moins de sociétés de revente et davantage de sociétés orientées vers le service. ● ce qui n’empêche pas les généralistes de rester les plus rentables, notamment Oracle qui caracole en tête dans le domaine de la profitabilité. Pour ce qui est de la croissance du chiffre d’affaires, l’éditeur de logiciels de sécurité russe Kaspersky affiche les meilleurs résultats avec une croissance impressionnante de 92% (voir par ailleurs dans nos pages Actu Business). Côté rentabilité, c’est Progress Software qui s’en sort le mieux avec une augmentation de 14%. Et comme toujours, le secteur le plus volatile est celui du jeu qui est, pour tous les éditeurs, dépendant chaque année du succès ou non de ses titres-phares. ● Source : compuBase.
ÉQUIPEMENT DES FOYERS Le verre au deux-tiers plein Publiée en novembre, la dernière étude de Médiamétrie et GfK concernant l’équipement multimédia des foyers français n’est pas interprétée de la même façon par tout le monde. Si l’on se fie aux chiffres bruts, ils sont plutôt bons. Avec 71,1% de foyers équipés d’au moins un ordinateur au troisième trimestre 2010, le marché de la micro-informatique grand public continue d’afficher une belle progression puisqu’elle est de 7% par rapport au troisième trimestre 2009, soit 1,2 million de foyers en plus. Et la plupart de ces ordinateurs servent à aller sur le web puisque dans le même temps, 67,7% foyers sont connectés (+11%). Ce sont les portables et notamment les netbooks qui ont été les principaux catalyseurs de cette croissance puisque selon Médiamétrie/GfK, 40% des foyers sont équipés d’un portable contre seulement 26,7% il y a deux ans. Et la croissance devrait continuer à suivre cette tendance cette fois grâce aux tablettes, 150000 foyers prévoyant d’en acquérir une dans les six prochains mois. Autre tendance forte de cette année 2010, on trouve de plus en plus fréquemment plusieurs ordinateurs au sein d’un même foyer. Pratiquement un tiers des 19 millions de foyers français en ont au moins deux, soit 27% de plus qu’en 2009. INFORMATIQUE ET INTERNET EN FRANCE Est-ce pour autant que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes numériques ? Pas si sûr. Si ces chiffres en valeur absolue sont flatteurs, ils restent encore du chemin à parcourir. Ainsi le club Renaissance Numérique, qui regroupe des chercheurs et des chefs d’entreprise français, estime que la France est nettement en retard par rapport à son plan de vol. Et de mettre en avant l’Allemagne et son taux de connexion à Internet de 80% et bien entendu la Corée du Sud, détentrice du taux de connexion le plus impressionnant avec 96%. Et au-delà de l’aspect grand public, le groupement s’émeut aussi de l’attitude des PME. Seules 48% d’entre elles en France disposent d’un site internet alors que la moyenne européenne est à 67%. Et chaque année, seules 2,1% des nouvelles entreprises sont issues du secteur numérique. Il reste donc du chemin à parcourir. ● Source : Mediamétrie/GfK



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 1E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 108-109E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 110-111E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 112-113E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 114-115E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 116