E.D.I. n°4 déc 10/jan 2011
E.D.I. n°4 déc 10/jan 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de déc 10/jan 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 23,3 Mo

  • Dans ce numéro : Dossier Impression : le service en première ligne

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Brèves Microsoft et Linkbynet veulent rapprocher cloud et PME Microsoft et l’hébergeur français Linkbynet ont décidé d’élargir leur coopération. Objectif : convaincre toutes les PME qui voudraient passer au cloud, mais sans consentir un effort financier important, de confier la gestion de leurs infrastructures à Linkbynet. « L’offre e-Access, que nous proposons conjointement avec Microsoft, a été conçue pour répondre aux besoins spécifiques des petites sociétés disposant d’un budget millimétré », explique Mathieu Demoor, responsable marketing de Linkbynet. Consotel passe à l’indirect Christian Cor, CEO de la société Consotel, modifie sa stratégie. Jusqu’à présent, Consotel fournissait aux grands comptes des outils leur permettant de mieux maîtriser leurs dépenses télécoms. Aujourd’hui, tout en souhaitant garder l’activité de conseil en direct, le groupe veut se doter d’un réseau de revendeurs pour attaquer le marché des grosses PME. « Nous ne voulons pas de revendeurs passe-plat », tempère Christian Cor. « Ceux qui veulent travailler avec nous devront offrir une vraie valeur ajoutée. » Une petite trentaine de partenaires sont déjà recrutés, ou en passe de l’être. Le but est de réaliser « plus de la moitié du chiffre d’affaires en indirect d’ici à fin 2011 ». Nec France en ordre de marche Après une longue phase de réorganisation, l’activité de Nec en France est désormais placée « sous le signe de la réunification », affirme Michel Lignon, directeur général de la filiale française. Cette stratégie, baptisée One Nec, repose-t-elle sur une distribution directe ou indirecte ? « Tout dépend des lignes de produits », estime Michel Lignon. Actus business 24 EDI n°4/Décembre 2010 - Janvier 2011 TÉLÉCOMS Keyyo se positionne sur tous les fronts L’année se termine en fanfare pour l’opérateur Keyyo. Tout en continuant à renforcer ses partenariats technologiques avec les principaux équipementiers télécoms (Cisco et Alcatel-Lucent, bien sûr, mais aussi Aastra), le groupe intensifie ses investissements pour mieux sécuriser son propre réseau. Ainsi, le déploiement programmé d’un troisième site doit lui permettre d’assurer une redondance totale de ses services. Les dirigeants de Keyyo tiennent en effet à la multiplicité de leurs domaines d’intervention. Une possibilité liée au fait que toute l’offre repose sur le protocole SIP (Session Initiation Protocol). Celui-ci permet, entre autres, d’établir, de modifier et de terminer une session téléphonique entre deux équipements IP, téléphones ou caméras. « Nous ne sommes pas purement télécoms, Nombreux sont les directeurs informatiques qui trouvent les iPhone et autres BlackBerry beaucoup plus difficiles à gérer, du point de vue de la sécurité, que les PC de bureau ou les ordinateurs portables (lire, à ce propos, l’enquête sur la prévention des données publiée dans EDI n°3, pages 48 et 49). C’est pour remédier à cette préoccupation grandissante que la start-up californienne MobileIron, spécialisée dans la sécurisation des parcs mobiles en entreprise, a décidé d’attaquer en force le marché européen. Dans ce contexte, la France est identifiée comme l’un des pays les plus porteurs. « Cela fait maintenant quatre mois que nous développons un réseau de partenaires sur le territoire français », déclare Kees van Veenendaal, viceprésident et directeur général EMEA. De fait, les trois premiers à être certifiés MobileIron ne sont pas des petits acteurs : il s’agit respectivement Céline Lazard, directrice de la division Entreprises de Keyyo. d’Econocom, de Logica et d’Advens. « Nos projets et nos prévisions sont extrêmement positifs », confirme Kees van Veenendaal. « Il est clair que la France offre de nombreuses opportunités. C’est pourquoi nous devons être en mesure, non seulement d’effectuer nos propositions commerciales en français, mais aussi d’assurer le support technique dans la même langue. » Dans un premier temps, les revendeurs certifiés auront pour mission essentielle d’imposer le produit maison, intitulé Virtual Smartphone Platform, sur le marché français. Selon le directeur général de MobileIron, cet outil représente actuellement « la seule plate-forme capable de gérer l’ensemble des données transitant sur les mobiles, en respectant intégralement les impératifs de sécurité et de maîtrise des coûts. Et ce, quels que soient les systèmes d’exploitation utilisés. » À long terme, la société reste confiante. Selon Ojas Rege, vice-président mais de plain-pied dans l’univers informatique », explique Céline Lazard, directrice de la division Entreprises. « SIP nous permet d’intégrer des applications professionnelles, comme la messagerie unifiée ou la gestion de la relation client, à un réseau de téléphonie sur IP. » Pour 2011, les projets de Keyyo sont peut-être encore plus ambitieux que les autres années. Il faut, d’abord, consolider et rationaliser le canal revendeurs. La société est actuellement représentée par plus de 450 partenaires, parmi lesquels une majorité de VAR, mais aussi des SSII, des installateurs téléphoniques et des apporteurs d’affaires. « Nous sommes beaucoup plus exigeants qu’auparavant », reconnaît Céline Lazard. Un recentrage est en cours. « De plus, reprend-elle, il faut bien voir que 2011 sera l’année du cloud. Jusqu’à maintenant, nous avons eu d’autres priorités à gérer. Mais le marché évolue. Nous allons commencer à regarder sérieusement ce que nous pouvons faire dans ce domaine. » ● MOBILES MobileIron à l’assaut du marché français Kees van Veenendaal, vice-président et directeur général EMEA de MobilIron. Produits, le manque de vigilance des utilisateurs est lié au fait que pour le moment, il y a moins d’intrusions délictueuses sur les mobiles que sur les PC. « Mais à mesure que l’usage des mobiles en entreprise va se développer, les tentatives d’intrusion iront de pair. » Un boulevard pour MobileIron. ●
UNE TECHNOLOGIE MOBILE CONÇUE POUR LES ENTREPRISES La gamme primée d’ordinateurs portables Della été conçue spécialement pour les entreprises d’aujourd’hui. Grâce à notre partenariat avec Intel, nous révolutionnons sans cesse les performances telles que la sécurité, la fiabilité, l’autonomie, la gestion à distance. En outre, notre programme Dell PartnerDirect est conçu pour que votre entreprise continue toujours à avancer dans la bonne direction. Il met à disposition de nos partenaires les outils puissants et personnalisables dont ils ont besoin pour acquérir de nouveaux clients et augmenter leurs ventes. C’est parti ! POUR DÉCOUVRIR COMMENT LA GAMME DE SOLUTIONS ENTREPRISES DELL ET NOTRE PROGRAMME PARTNERDIRECT CONTRIBUENT À AUGMENTER VOS VENTES, VENEZ NOUS RENCONTRER À : Aix Toulouse en Provence LyonNantes 14/10/2010 18/01/2011 20/01/2011 19/10/2010 POUR PLUS D’INFORMATIONS, CONSULTEZ WWW.DELL.FR/PARTNER Intel est une marque commerciale ou une marque déposée d’Intel Corporation ou de ses filiales aux États-Unis et dans d’autres pays.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 1E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 108-109E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 110-111E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 112-113E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 114-115E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 116