E.D.I. n°4 déc 10/jan 2011
E.D.I. n°4 déc 10/jan 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de déc 10/jan 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 23,3 Mo

  • Dans ce numéro : Dossier Impression : le service en première ligne

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Brèves Thinkweaver recherche des intégrateurs Thinkweaver, éditeur d’une solution de travail collaboratif en mode SaaS, part en quête d’intégrateurs et de SSII sur le territoire national. Pour les dirigeants du groupe, il s’agit essentiellement d’accroître la notoriété de l’entreprise en région, et d’attaquer résolument le marché des PME. Celles-ci représentent en effet « des cibles importantes » pour l’éditeur. Cette décision doit permettre aux intégrateurs « de renforcer leur avantage concurrentiel sur un marché où l’ensemble des offres n’affiche pas de différences fondamentales ». Akio rachète App-line Le marché de la relation client bouge : Akio annonce l’acquisition d’App-line, un éditeur de logiciels pour les centres de contacts. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé. Le but de cette nouvelle société sera de faciliter les échanges web (mail, chat, callback) et écrits (fax, courrier, SMS) entre les services clients et leurs contacts. Alcatel-Lucent sort enfin du rouge Entre la crise économique, les problèmes de management et les obstacles culturels, la genèse du nouveau groupe de télécoms a été extrêmement difficile. Pour la première fois, cependant, le paysage semble enfin s’éclaircir, grâce à un bénéfice part du groupe de 25 millions d’euros enregistré pour le troisième trimestre. Les équipements pour réseaux de téléphonie mobile tirent une bonne partie de cette croissance retrouvée. Alcatel-Lucent vient d’ailleurs de signer plusieurs contrats dans ce secteur avec la Chine et les États-Unis. Actus business 20 EDI n°4/Décembre 2010 - Janvier 2011 DÉMATÉRIALISATION Du service à valeur récurrente pour les revendeurs Les revendeurs qui aiment les contrats générant des revenus récurrents ont tout intérêt à ajouter nos offres à leurs catalogues ». C’est le constat fait par Pierre Patuel, le directeur de DPII, une entreprise créée en 1986 et qui s’est spécialisée dans la signature électronique, la traçabilité et l’archivage de documents. Une activité au départ liée au monde médical mais que DPII a depuis étendue à tous les secteurs professionnels. « La dématérialisation de documents, qu’il s’agisse de factures, de contrats voire de bulletins de paye est en plein essor, certains pays tels l’Espagne et le Mexique La plate-forme de DPII donne un accès immédiat aux documents dématérialisés et certifiés, qu’il s’agisse de factures, de contrats ou de fiches de paye. Sur le marché de l’informatique industrielle et de la logistique, on connaît depuis longtemps certains acteurs, notamment les groupes Psion Tektronix et Panasonic. Tous deux déclinent, patiemment, une offre d’appareils mobiles spécialement conçus pour le secteur manufacturier et le travail en extérieur. On connaît peut-être moins l’entreprise LXE, spécialisée dans la fabrication de terminaux durcis pour le marché des entrepôts. Pourtant, le groupe Aldata intègre depuis peu les outils de LXE dans son offre de gestion d’entrepôts, tandis que, de son côté, LXE reprend l’offensive avec son terminal HX3 à commande vocale. Selon Noëlle Esnault, country manager de la société pour la France, la cause est entendue. Le « vocal » est l’avenir de cette industrie. « On parle beaucoup de RFID, mais à mon avis cette technologie est beaucoup moins mûre qu’on ne le croit. Pour ce qui nous concerne, nous préférons attendre. Dès lors qu’il faut assurer la gestion de la chaîne logistique, nous croyons surtout aux commandes vocales. » Un point de vue rarement exprimé avec une telle netteté, les industriels préférant le plus souvent chanter les louanges de la puce « rfidisée ». Côté distribution, les choses évoluent ayant même prévu de la rendre obligatoire dès 2011 pour les échanges interentreprises », précise Pierre Patuel. « À tel point que notre structure ne nous permet plus de faire face à la demande et nous avons dû nous tourner vers des grossistes pour développer un réseau de revendeurs partenaires ». DPII a ainsi passé des accords avec trois grossistes : Aparte@m pour le marché français, World Meeting pour le Benelux et QSL Group pour l’international. Charge à ces derniers de recruter des revendeurs. Les contrats clients proposés par DPII sont facturés sur la base de 19 cents par document avec une somme forfaitaire de 80 euros par mois. Sachant que le revendeur a ensuite la possibilité de proposer et de facturer des services à valeur ajoutée supplémentaires comme l’hébergement des documents, l’installation ou encore la mise en service. Par défaut, l’hébergement peut aussi se faire sur l’un des deux data centers de DPII. « Notre offre est très intéressante pour le client final car nous ne facturons que l’expéditeur et jamais le destinataire, ce qui est un atout important par rapport à la concurrence ». Pour maîtriser et donc vendre l’offre DPII, le revendeur devra simplement effectuer une formation en ligne d’une demi-journée. ● LOGISTIQUE LXE accélère dans les technologies vocales Le terminal HX3 de LXE offre aux intégrateurs de solutions vocales une plate-forme pour déployer des applications basées sur la voix. aussi. À l’origine, LXE avait fait le choix de la vente directe, avant de l’élargir petit à petit au modèle hybride. Mais il y a un peu plus d’un an, l’entreprise a décidé le passage au tout-indirect. Elle ne l’a jamais regretté. « Sur le plan commercial, il est beaucoup plus facile de démultiplier notre présence en faisant intervenir différents intégrateurs », reconnaît Noëlle Esnault. « En outre, les clients devenant de plus en plus exigeants, il était nécessaire de passer par des intermédiaires susceptibles de répondre de façon extrêmement précise aux attentes du terrain. Il faut dire que, dans notre métier, la gestion de projets impose de se focaliser sur son métier de base. Dans notre cas, il s’agit de concevoir et de fabriquer des terminaux. » Qui a dit que la France n’avait plus d’industrie ? ●
NAS Buffalo TeraStation™ La solution idéale pour PME/PMI, fiable, rapide et intuitive pour un stockage encore plus efficace.• capacités de 1 à 8 To selon modèles• Pro - Prise en charge d'Active Directory et NFS• Rapide- jusqu'à 92 Mo/s, deux ports gigabit Ethernet avec fonction port trunking• Redondance RAID -Cinq modes opérationnels possibles: standard, RAID 0, 1, 5 ou 10 (Standard, 0 ou 1 sur Duo)• Sécurité - Cryptage automatique des données et disques hot swap• Garantie 3 ans• Web Access- Accès à distance de vos données é'J partir d'un PC, MacouiPhone/Smartphone• Livré avec 10 licences NovaBACKUP Business Essentials de NovaS tor BUR lQ Portail Partenaires. Inscription sur http:Ilpartner.buffalo-technology.com Outils de vente, Informations produits, Librairies d'images, Cheat sheets, etc. vrnware PARTNER TECHNOLOGY ALLIANCE - www.buffalo-technology.com - ACTE BIS• 11 81



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 1E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 108-109E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 110-111E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 112-113E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 114-115E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 116