E.D.I. n°4 déc 10/jan 2011
E.D.I. n°4 déc 10/jan 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de déc 10/jan 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 23,3 Mo

  • Dans ce numéro : Dossier Impression : le service en première ligne

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Brèves Micro Application change de mains Éditeur bien connu du grand public pour ses logiciels utilitaires ou ludiques et ses livres, Micro Application vient d’entrer dans le giron d’Avanquest, société spécialisée dans la distribution de logiciels en ligne auprès des sites internet et des revendeurs. La marque Micro Application devrait être conservée. Cumuldes compétences Nerim, opérateur de télécommunications visant les TPE, PME ainsi que le secteur public et Neobe, un spécialiste de la télésauvegarde, ont décidé d’unir leurs compétences en signant un partenariat commercial permettant à leurs revendeurs de proposer des solutions mutualisées couvrant à la fois la connexion internet et la sauvegarde en ligne via la solution Neobe Backup. Novellau bord du rachat Selon nos confrères du Wall Street Journal, l’éditeur de logiciels réseau Novell, en proie à des difficultés financières depuis des années, serait sur le point de se faire racheter par le constructeur AttachMate via les 3 fonds d’investissement qui en sont les propriétaires. Le montant de la transaction devrait s’élever à 2,2 milliards de dollars. Campagne à la carte L’éditeur Trend Micro propose à son réseau de revendeur un nouvel outil marketing en ligne baptisé Campaign on Demand. En se connectant sur https:Ilcampaigncentre. trendmicro.eu, les partenaires accèdent aux dernières campagnes de Trend Micro et peuvent les relayer auprès de leurs clients finaux et prospects PME. Actus business OBJECTIFS SAP cherche des partenaires pour le mid-market Il y a tout juste un an, SAP annonçait vouloir transformer son mode de distribution en du 100% indirect sur le portefeuille de clientèle représenté par les entreprises affichant moins de 500 millions d’euros de chiffre d’affaires et ce, d’ici à la fin de l’année. Lors de la présentation des résultats du troisième trimestre 2010, son nouveau directeur général en France, Nicolas Sekkaki (en poste depuis mars 2010), s’est montré un peu plus réaliste : « désormais notre objectif sur ce segment est d’atteindre 75% de ventes en indirect d’ici 2012 ». Il faut dire que SAP part d’assez loin. L’an passé, l’indirect représentait 40% des ventes mais il atteindra 50% d’ici fin 2010. « Nos partenaires sont concentrés sur les PME affichant un chiffre d’affaires jusqu’à 300 millions d’euros, là où notre système indirect fonctionne très bien. Le problème se situe sur les grosses PME entre 300 et 500 millions d’euros », précise-t-il. Car si SAP affiche de très bons résultats sur les grands comptes et notamment sur son segment dit Primary Channel Network regroupant 14 gros clients dont des entreprises du CAC 40, l’éditeur d’ERP a du mal à se faire une image sur les PME. En particulier depuis l’absorption de BusinessObject qui a quelque peu complexifié l’offre produits. « 68% de nos clients sont sur le segment à moins de 500 millions d’euros et nous devons absolument les rassurer sur la capacité de mise en œuvre de nos solutions dans leur organisation », explique Nicolas Sekkaki. SAP compte miser pour cela sur ses partenaires en effectuant des recrutements non seulement sur des bases technologiques SÉCURITÉ Kaspersky mise sur le secteur professionnel Fondé il y a 13 ans seulement, l’éditeur russe Kaspersky est devenu l’un des leaders du marché pourtant très concurrentiel des logiciels de sécurité. De passage en France, son CEO et numéro 2 Eugene Buyakin a défini les futures orientations de la compagnie, avec une évolution annoncée vers le secteur professionnel. « Notre première phase de croissance était liée à notre innovation technologique qui nous a fait connaître, dans un second temps nous nous sommes développés sur le marché grand public avec des produits simples à utiliser et nous allons désormais nous concentrer sur une clientèle entreprise », a-t-il expliqué. Pour ce faire, Kaspersky va proposer un portefeuille d’une douzaine de produits couvrant la plupart des besoins des professionnels. Cela comprend, par exemple, Kaspersky Anti-Virus 8.0 pour Windows Servers mais aussi des solutions beaucoup 18 EDI n°4/Décembre 2010 - Janvier 2011 Eugene Buyakin, CEO et numéro 2 de Kaspersky. Nicolas Sekkaki, directeur général France de SAP. avec des niveaux de certification liés à des secteurs industriels précis, mais aussi selon des critères géographiques pour optimiser la couverture régionale. En interne, SAP va en outre continuer sa politique de recrutement de commerciaux spécialisés dans la Business Intelligence. Et l’éditeur espère que la sortie l’an prochain de sa Business Suite 7.0, à forte coloration BusinessObjects, permettra de trouver la confiance des PME. C’est à espérer car les ambitions de SAP sont pour le moins élevées : à l’horizon 2015, l’éditeur espère doubler son chiffre d’affaires et ainsi passer de 10 à 20 milliards d’euros. ● plus spécialisées adressant des serveurs de messagerie spécifiques (Exchange, Lotus Domino…), voire des systèmes d’exploitation parfois négligés car réputés peu sensibles aux attaques tels MacOS ou Linux. Le tout dans un environnement qui se veut le plus simple possible à gérer. « Les PME veulent avant tout de la facilité d’usage », explique Keith Maskell, Vice President of Corporate Business chez Kaspersky. « Et nous incitons d’ailleurs nos partenaires à proposer du service en plus de la vente des produits ». Kaspersky a en effet mis en place un système qui permet au revendeur d’effectuer la gestion à distance de la sécurité de ses clients entreprises. Cette gestion peut être proposée comme un service par le revendeur qui en tirera une valeur ajoutée maximale puisque Kaspersky a décidé de ne prendre aucune commission sur ces ventes de services. En combinant son offre produits avec ce service managé, l’éditeur espère rapidement faire évoluer sa clientèle entreprise, qui comprend 200 000 clients dans le monde et dont les plus gros disposent d’un million de postes protégés par les solutions logiciels de Kaspersky. ●
Suivez vos clients au cœur de leur métier Afin de répondre aux besoins spécifiques de chaque secteur d’activité, Sage commercialise, au travers de son réseau de distributeurs de proximité, des logiciels métiers dédiés aux petites entreprises. 6 lignes de logiciels au service de 6 secteurs d’activités : www.sage.fr/pe Prêts pour PLUS de nouveaux clients de marge de services Apibâtiment Apinégoce Apimécanique Apiservices Apicommerce Apisanté Sage - SAS au capital de 500.000 euros - Siège social : 10, rue Fructidor 75017 Paris - RCS Paris 313 966 129 - Crédits photos : Geo Martinez/Fotolia



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 1E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 108-109E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 110-111E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 112-113E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 114-115E.D.I. numéro 4 déc 10/jan 2011 Page 116