E.D.I. n°3 novembre 2010
E.D.I. n°3 novembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 88,9 Mo

  • Dans ce numéro : Le business TICE fait école

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
66 Bancs d’essai Picoprojecteur• TOSHIBA LUMINEO M200 LA PROJECTION MINIATURE, ENTRE LE BUREAU ET LA MAISON Le Lumineo M200 témoigne que le picoprojecteur fait double emploi: ses fonctions multimédias sont appréciées par un public familial, mais n’occultent pas un usage plus professionnel. Le vidéoprojecteur miniature, ou picoprojecteur, a la réputation d’être un outil plutôt professionnel. Mais, de plus en plus orienté vers le multimédia, il est aussi en mesure de séduire un public familial. C’est ce positionnement qu’illustre ce nouveau modèle de la gamme Lumineo, fabriqué par Toshiba. Quelques secondes suffisent à projeter et à partager avec son auditoire les dernières photos ou vidéos de vacances, à la manière des séances « diapos » d’autrefois. Cette prise en main rapide constitue l’un des premiers atouts du M200. L’unique réglage se résume à manipuler la bague de mise au point, afin d’obtenir une image nette. Cette opération s’effectue à l’aide d’une seule main, preuve que l’ergonomie a été bien étudiée. Un petit pavé directionnel permet de naviguer aisément dans les menus et de choisir le type de fichier: vidéos, photos (avec une musique en fond sonore ou non) et documents. Le M200 peut aussi être piloté par une télécommande (optionnelle) et vissé à son trépied, afin d’améliorer la stabilité. Dans le registre multimédia, il fait figure de mini-lecteur autonome et se montre capable de décoder puis de projeter des fichiers DivX et Mpeg-4/H264. Ceux-ci doivent au préalable être copiés dans la mémoire interne de 2 Go (1,5 Go accessible), à l’aide d’un simple câble USB. La capacité n’est pas énorme, il est vrai, mais elle est extensible grâce à une carte MicroSD (non fournie). Cette mémoire n’est pas la seule source disponible, puisque le M200 dispose d’une entrée audio/vidéo universelle, au format mini-jack. Dès lors, il peut être raccordé à un lecteur DVD portable ou un caméscope, mais pas à un ordinateur. Plusieurs formats de fichiers gérés Le principal regret concerne le format 4:3 de l’image, peu adapté au visionnage d’un film. Quant à la définition, elle s’élève EDI n°3/Novembre 2010 à 640 x 480 pixels, la HD n’étant pas encore à l’ordre du jour dans les picoprojecteurs. Un mot sur le son : le haut-parleur stéréo, malgré sa faible puissance, se fait entendre, tandis que le souffle de la ventilation est presque imperceptible. Il est possible de brancher un casque pour une séance privée. Dans le domaine bureautique cette fois, ce picoprojecteur gère les fichiers Word, Excel, Powerpoint et PDF. Nous avons toutefois constaté des redémarrages intempestifs, si le fichier est trop lourd, et des reproductions de PDF incomplètes. A priori, ce n’est rien qui ne puisse être corrigé par une mise à jour logicielle. Pour un usage ludique et ponctuel Il reste une question : quelle taille d’image peut-on attendre de la part d’un projecteur aussi petit ? Selon Toshiba, elle peut atteindre une diagonale de 60 pouces, soit environ 150 centimètres. Ces chiffres sont toutefois optimistes : il vaut mieux s’en tenir à une diagonale de 40 pouces environ, obtenue avec un recul de l’ordre de 2,50 mètres. Faute de quoi, la précision et surtout la luminosité sont insuffisantes. Qui plus est, une pénombre assez prononcée et un mur bien blanc sont requis. Il n’y a rien de surprenant à cela : le M200, comme ses concurrents, est affecté par une faible luminosité, en raison de sa petite taille. Dans le cadre d’un usage ludique et ponctuel, ce n’est pas un gros préjudice, car la convivialité et l’instantanéité priment. De toute façon, pour le home cinéma pur et dur, ce picoprojecteur n’a pas l’ambition de rivaliser avec un vidéoprojecteur de salon. Enfin, le M200 fonctionne sur secteur ou, en bon produit nomade, sur batterie. Cette dernière a l’avantage d’être amovible, donc remplaçable si besoin, et assure une autonomie de 80 minutes. ● Picoprojecteur TOSHIBA LUMINEO M200 Caractéristiques > Définition : 640x480 pixels > Luminosité : 14 lumens > Taille d’image max : 60 pouces > Fichiers : Mpeg 2/4, H264 (vidéo), MP3, AAC (audio), Jpeg, BMP (photo), Word, Excel, Powerpoint, PDF (bureautique) > Capacité : 2 Go + logement MicroSD > Connectique : 1 port mini-USB, 1 entrée A/V, 1 sortie casque > Autonomie : env. 80 minutes > Dimensions/Poids : 13,2x5,3x2,3 cm/150 g > Accessoires : trépied, câble USB, câble audio/vidéo, étui > Garantie : 2 ans > Prix : 280 euros HT > Site internet : www.toshiba.fr Atouts > Compacité > Facilité d’utilisation > Ventilation silencieuse Le M200 est un picoprojecteur autonome : le port USB permet de copier des fichiers multimédia dans la mémoire interne ou la carte MicroSD, le cas échéant.
vos protections ont du génie ! Pour sécuriser et protéger efficacement les circuits informatiques et électroniques de vos clients, faites confiance aux solutions INFOSEC et à sa nouvelle gamme d’onduleurs et de parasurtenseurs. Sales department +33 (0)2 40 76 11 77 sales@infosec.fr Acteur du développement durable, INFOSEC UPS SYSTEM conçoit des onduleurs basse-consommation et des parasurtenseurs qui permettent de réduire la consommation des périphériques connectés. Parasurtenseurs Onduleurs Univers Informatique, TPE & PME X2, X3 de 500 à 2000 VA Up to Jusqu'à ENERGY CONTROL 84 energy saving per year d’économie d’énergie par an Eco PowerGuard TVFR Parasurtenseur « coupe veille » de salon (8 prises) INFOSEC UPS SYSTEM vous propose une gamme complète d’onduleurs permettant de répondre à toutes les configurations, des plus petites aux plus grosses puissances. Univers PC et Loisirs Numériques Z1, Z2, Z3, Z4 de 400 à 1000 VA ENERGY CONTROL energy saving 50% d’économie d’énergie Univers Réseaux et Stockage de Données E2 LCD, E3 LCD RT de 600 à 3500 VA S6 Master Tel FR Parasurtenseur « coupe veille » bureautique (6 prises) Univers Réseaux, Stockage, Téléphonie et Applications sensibles E4 LCD, E6 LCD RT de 1 kVA à 20 kVA Univers Applications Industrielles & Médicales Critiques M2X, M3Tc, M3T, M4T de 10 kVA à 120 kVA ©2010 Infosec Communication. INFOSEC UPS SYSTEM est une marque de Infosec Communication. Toutes les marques citées sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. Photos non contractuelles. [08 10 64 41 182 28] Up to Jusqu'à



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 1E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 2-3E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 4-5E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 6-7E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 8-9E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 10-11E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 12-13E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 14-15E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 16-17E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 18-19E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 20-21E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 22-23E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 24-25E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 26-27E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 28-29E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 30-31E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 32-33E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 34-35E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 36-37E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 38-39E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 40-41E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 42-43E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 44-45E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 46-47E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 48-49E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 50-51E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 52-53E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 54-55E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 56-57E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 58-59E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 60-61E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 62-63E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 64-65E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 66-67E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 68-69E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 70-71E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 72-73E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 74-75E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 76-77E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 78-79E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 80-81E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 82-83E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 84-85E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 86-87E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 88-89E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 90-91E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 92-93E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 94-95E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 96-97E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 98-99E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 100-101E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 102-103E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 104-105E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 106-107E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 108-109E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 110-111E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 112-113E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 114-115E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 116