E.D.I. n°3 novembre 2010
E.D.I. n°3 novembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 88,9 Mo

  • Dans ce numéro : Le business TICE fait école

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
62 Bancs d’essai NAS• BUFFALO TERASTATION ES TS-EX2 LE NAS DANS TOUS SES ÉTATS Sous des dehors très professionnels, le TeraStation ES sait aussi s’adapter à des environnements plus familiaux avec l’intégration de fonctions liées au multimédia. Secteur en perpétuelle évolution, le marché du NAS est à cheval entre une clientèle professionnelle qui y voit une solution économique pour gérer ses sauvegardes ou partager ses données et le grand public qui fait de plus en plus souvent face à de gros volumes de fichiers, notamment multimédias, avec là aussi le souci d’y accéder rapidement et facilement. Si on se fie à son design, le TeraStation semble plutôt lorgner du côté professionnel. Les quatre baies renfermant autant de disques durs sont par exemple protégées par un volet que l’on peut fermer à clé pour en limiter l’accès. Il dispose aussi d’un écran LCD et de diodes lumineuses indiquant la présence des disques, le système RAID utilisé ou encore l’adresse IP. Des informations peu utiles dans le cadre d’un usage familial mais indispensables dans le cadre d’un réseau professionnel. Le TeraStation ES est prévu pour être partagé par maximum 5 utilisateurs. Pour autant, ce n’est pas une limitation liée à son débit ou à sa capacité. Ses deux ports Ethernet sont compatibles Gigabit et selon le constructeur, chacun peut atteindre un taux de transfert de 62 Mo/s, ce qui serait suffisant pour prendre en charge au moins 10 postes connectés. Mais Buffalo préfère privilégier la qualité de service et il est clair qu’à 5 utilisateurs, il n’y aura pas de problème de ralentissement dû à un usage simultané excessif. Côté capacité, la version que nous avons testée était le modèle « de base » disposant de 4 disques SATA de 500 Go pour un total de 2 To. Organisée en RAID 5, cette chaîne de disques offre au final 1,3 To de capacité adressable. On pourra opter pour d’autres modes RAID pour modifier la balance entre sécurité des données et capacité. En cas de défaillance, qui sera indiquée sur l’écran LCD, chaque disque pourra être remplacé à chaud, le NAS se chargeant de la reconstruction des données après remplacement. Buffalo livre aussi un utilitaire qui permet de sauvegarder EDI n°3/Novembre 2010 sur un PC une image exacte de la configuration du NAS de façon à pouvoir facilement la restaurer en cas de problème. Paramétrage complet La gestion des paramètres du TeraStation ES se fait via une interface web. Très complète, elle nous a simplement paru un peu lente notamment au moment de valider certains choix. Par son biais, on pourra créer et gérer les comptes utilisateurs, avec notamment la possibilité de définir des quotas d’espace disque mais aussi gérer les dossiers stockés en définissant par exemple des privilèges d’accès à tel ou tel utilisateur. Cette interface web permet d’aller beaucoup plus en avant dans la configuration du produit. Ainsi, Buffalo propose, entre autres, un service qui offre la possibilité de définir une adresse web propre au NAS, ce dernier étant dès lors accessible depuis n’importe quel ordinateur connecté à Internet, à la simple condition que le réseau sur lequel le NAS est raccordé soit lui aussi branché sur Internet. Le protocole FTP est également supporté (en mode sécurisé ou non), facilitant là aussi l’accès aux données depuis l’extérieur. Téléchargement et multimédia Et tout cela donc sans oublier le côté plus « ludique » du NAS. Le TeraStation ES est par exemple compatible DLNA. Il pourra donc être exploité en tant que serveur multimédia sur un équipement vidéo compatible. Par son biais, l’utilisateur pourra également gérer directement des téléchargements de type Torrent (via un client BitTorrent intégré) ou même l’accès à des fichiers musicaux ou vidéos depuis un ordinateur disposant d’un logiciel iTunes. Deux ports USB sont également présents sur l’arrière. Ils serviront au choix à installer un système de stockage de secours (clé USB, disque externe…) ou à y brancher une imprimante qui pourra dès lors être partagée entre les différents utilisateurs raccordés. ● NAS BUFFALO TERASTATION ES TS-EX2 Caractéristiques > Capacité : 4x500 Go, évolutif jusqu’à 4x2 To > Disques supportés : SATA > Interface : 2xGigabit Ethernet, 2xUSB 2.0 > Logiciels : Memeo Backup, Buffalo NAS Navigator, Buffalo NS-SHFT > Principaux protocoles : TCP/IP, SMB/CIFS, AFP, FTP/FTPS, HTTP/HTTPS, NFS > Dimensions : 215x170x230 mm > Poids : 8 kg (hors disques durs) > Accessoires : alimentation externe, câble Ethernet > Garantie : 3 ans > Prix : 579 € HT > Site internet : www.buffalotech.fr Atouts > Gestion web complète > Utilitaire de sauvegarde > Serveur multimédia Complète mais un peu lente, l’interface web du TeraStation ES permet d’accéder à tous les paramètres de gestion des utilisateurs, des fichiers et des protocoles.
< ! Il@ Technology Provider 2010 8 PartnerDirect terrav IT's my world



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 1E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 2-3E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 4-5E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 6-7E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 8-9E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 10-11E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 12-13E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 14-15E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 16-17E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 18-19E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 20-21E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 22-23E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 24-25E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 26-27E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 28-29E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 30-31E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 32-33E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 34-35E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 36-37E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 38-39E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 40-41E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 42-43E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 44-45E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 46-47E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 48-49E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 50-51E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 52-53E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 54-55E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 56-57E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 58-59E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 60-61E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 62-63E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 64-65E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 66-67E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 68-69E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 70-71E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 72-73E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 74-75E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 76-77E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 78-79E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 80-81E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 82-83E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 84-85E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 86-87E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 88-89E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 90-91E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 92-93E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 94-95E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 96-97E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 98-99E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 100-101E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 102-103E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 104-105E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 106-107E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 108-109E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 110-111E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 112-113E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 114-115E.D.I. numéro 3 novembre 2010 Page 116