E.D.I. n°26 mars 2013
E.D.I. n°26 mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°26 de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 108

  • Taille du fichier PDF : 21 Mo

  • Dans ce numéro : le numérique passe en caisse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
CAHIER CHANNEL TEST ➔ Moniteur AOC myPlay i2757Fm Un moniteur au bout du fil Équipé de la technologie MHL, le myPlay devient un support d'affichage annexe du smartphone, en vue de présenter en grande taille n'importe quel document. L'ordinateur, portable ou non, et bien d'autres appareils audio/vidéo, font habituellement partie des sources susceptibles d'être raccordées à un moniteur multimédia. Il faudra désormais compter avec le smartphone, qui repousse chaque jour ses barrières fonctionnelles. Le myPlay d'AOC, modèle de 27 pouces, matérialise cette nouvelle interaction. Pour ce faire, il est équipé de la technologie MHL (Mobile High Definition Link), promue par les grands noms de la téléphonie mobile. De manière basique, le MHL sert à brancher le smartphone sur le moniteur pour dupliquer l'affichage sur grand écran. Les prérequis sont un moniteur doté d'une entrée HDMI prenant en charge le MHL, un smartphone lui aussi compatible (il en existe plusieurs dizaines) et un câble de type microUSB-HDMI (fourni par AOC) reliant les deux. La mise en place ne requiert aucun réglage particulier, la détection étant automatique : il suffit de relier le smartphone (un HTC One S dans notre test) au moniteur, via l'entrée HDMI certifiée MHL, et de faire basculer l'affichage du moniteur sur le bon canal. L'interface On peut ôter le pied du myPlay, ainsi posé au ras du bureau, ce qui ajoute une touche de style à un moniteur par ailleurs gracieux. du smartphone se déploie alors sur 27 pouces, la définition de l'écran du smartphone étant agrandie pour atteindre les 1 920 x 1 080 pixels du myPlay. Chaque action tactile est reproduite sans la moindre latence. Mieux encore, l'autonomie du smartphone n'est pas grevée, puisque la batterie se recharge dans le même temps. Les applications ludiques ne manquent pas, celles professionnelles non plus. Rien de plus simple que de partager en petit comité des documents, multimédia ou non, stockés sur le smartphone, devenu un micro-outil de travail pour les collaborateurs itinérants ou non. Une démarche qui peut intéresser l'agent immobilier qui expose à des clients potentiels les photos d'une habitation, l'enseignant qui illustre son cours de présentations sur écran, ou encore l'architecte qui témoigne de l'état d'avancement d'un chantier. POUR LES FANS DE BELLES IMAGES La dalle IPS, bénéficiant de larges angles de vision, est de surcroît favorable au visionnage à plusieurs. Pour ne rien gâcher, le design du myPlay est réussi : la dalle ne mesure que 1,5 cm d'épaisseur, sa bordure est encore plus mince et le châssis noir et argent est de très bon goût. La qualité d'affichage est satisfaisante et le contraste élevé plaira aux amateurs de belles images. La connectique comprend deux entrées HDMI, une seule étant compatible MHL, une entrée VGA, une entrée audio et une sortie casque. L'entrée audio permet d'alimenter les deux petits haut-parleurs intégrés et de faire éventuellement un peu de ménage sur le bureau. On déplore toutefois la qualité du son qui convient à peine à un usage bureautique. La prise casque, quant à elle, est hélas placée Caractéristiques• Taille : 27 pouces• Définition : 1 920 x 1 080 pixels• Temps de réponse : 5ms• Luminosité/contraste : 250 cd/m 2, 1000:1• Connectique : VGA, 2 x HDMI dont 1 compatible MHL, entrée audio, sortie casque• Dimensions et poids : 62 x 45 x 13 cm pour 5,7 kg• Accessoires : câbles alimentation, mini-HDMI/HDMI, VGA, audio, CD d'utilitaires• Garantie : 3 ans sur site• Prix : 275 € HT• Contact : www.aocdisplay.com Atouts• Compatibilité MHL• Dalle IPS• Design à l'arrière donc peu accessible. Toujours dans le registre ergonomique, l'inclinaison est le seul réglage disponible, faute de pouvoir ajuster la hauteur ou l'orientation. Le pied peut néanmoins être retiré : le myPlay est alors posé à ras du bureau et fait encore plus bel effet, surtout dans le cadre d'une présentation. Sa dot logicielle inclut quelques utilitaires à l'intérêt inégal. iMenu, pour sa part, est le bienvenu car il sert à paramétrer l'affichage à la souris, sans passer par le menu OSD. e-Saver est moins utile, en revanche, car redondant avec les options d'économie d'énergie de Windows. À ce propos, ce moniteur bénéficie d'une consommation électrique contenue de 32 watts. Dernière bonne nouvelle : la garantie sur site par échange standard, pour une durée de trois ans. n 90 EDI N°26 MARS 2013
TEST ➔ CAHIER CHANNEL Scanner PFU Fujitsu ScanSnap iX500 Un numériseur rapide et communicant À l’heure où la mobilité s’invite dans de nombreuses activités de l’entreprise, la capture de documents intègre de nouvelles fonctions qui facilitent la gestion et le partage des informations numérisées. Le ScanSnap iX500 en est une récente illustration. Frais représentant de la sixième génération de ScanSnap de PFU Fujitsu, le iX500 capture à la vitesse de 25ppm au format A4 et en mode recto verso. Avancées par le fabricant japonais, ces performances ne sont pas loin de la réalité : ce petit scanner de bureau se distingue d’abord par sa rapidité, près de 22,4ppm mesurées sur le traitement de documents standards (300 dpi en couleur avec un taux de remplissage moyen). Le modèle a d’autres atouts. Le premier d’entre eux est sa facilité d’installation, classique mais supervisée par un assistant virtuel qui saura aiguiller les utilisateurs les plus novices. La mise en place des pilotes se révèle une simple formalité, tout comme l’activation du module WiFi du scanner pour les traitements sans fil. Ce dernier point concerne uniquement des échanges avec des terminaux mobiles, la connexion au point d’accès prenant en charge la technologie WPS. Une liaison USB assure quant à elle le dialogue avec un portable ou un ordinateur de bureau. Lorsqu’il est ouvert et déployé, ce scanner compact révèle un unique bouton déclenchant la numérisation. C’est dire L’interface Quick Connect fédère les principales applications vers lesquelles sont envoyées les captures. On peut y associer d’autres destinations et paramétrer la numérisation en conséquence. si la prise en main du iX500 s’effectue sans documentation. Car PFU Fujitsu a choisi un appareil pouvant être utilisé par plusieurs personnes qui n’ont pas nécessairement les mêmes besoins. DE LA NUMÉRISATION LOCALE AU SCAN-TO-CLOUD La numérisation s’opère vers des Mac et PC ou vers des tablettes et des smartphones sous Android et iOS. Dans le premier cas, l’application ScanSnap prend la main pour fournir à l’utilisateur une douzaine de choix quant à la destination des données numérisées. On pourra d’ailleurs y ajouter dix autres applications, à la condition que celles-ci acceptent les formats PDF ou JPG. En outre, le iX500 supporte le scan-to-cloud vers les services Evernote, Dropbox, Google Docs, Salesforce et SugarSync. Les possibilités de distribuer et de stocker les documents s’avèrent donc larges. Et les terminaux mobiles viennent gonfler les scénarios : l’application ScanSnap Connect, téléchargeable gratuitement sur Google Play et iTunes, ouvre la numérisation aux tablettes et smartphones depuis le iX500. Ces périphériques, qui ont déjà la possibilité d’imprimer sans fil, pourraient donc s’imposer un peu plus comme composante stratégique dans les projets de mobilité. À noter que les images des documents papier sont envoyés aux terminaux uniquement au format PDF ou JPG. UN CHARGEUR MUSCLÉ Le chargeur de documents accepte jusqu’à 50 feuilles. Il est équipé d’un mécanisme qui accélère le traitement des documents et accepte différents types de formats sans provoquer de bourrage particulier. Optimisé par un processeur GI qui booste Caractéristiques• Technologie : CIS• Vitesse : 25ppm• Format : A4• Résolution : 600 dpi• Profondeur : 24 bits• Capacité du chargeur : 50 feuilles• Connectivité : USB 3.0, WiFi• Logiciels fournis : Pilote ISIS/TWAIN, CardMinder, Acrobat X• Dimensions : 292 × 159 × 168 mm• Poids : 3 kg• Prix : 499 € HT• www.pfu.fujitsu.com Atouts• Vitesse• Mode recto verso• Numérisation vers mobile les performances, le temps de latence entre le lancement de la numérisation et la disponibilité des données est très court. Seule la numérisation de documents complexes, en haute qualité (1200 dpi) et en mode recto verso parvient à ralentir le iX500 (environ 7ppm). Difficile de prendre en défaut ce nouveau scanner dont les fonctions intelligentes servent l’ensemble du processus de capture. Parmi ces fonctions, on trouve le recadrage intelligent, le redressement automatique de documents insérés de travers ou à l’envers, le traitement OCR et la création de fichiers PDF indexables permettant de constituer un embryon de GED à moindre prix. Enfin, fourni avec la solution, le logiciel de carte de visites CardMinder génère directement les informations de contacts pour les carnets d’adresses ou les outils de CRM. n MARS 2013 EDI N°26 91



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 1E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 2-3E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 4-5E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 6-7E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 8-9E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 10-11E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 12-13E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 14-15E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 16-17E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 18-19E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 20-21E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 22-23E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 24-25E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 26-27E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 28-29E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 30-31E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 32-33E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 34-35E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 36-37E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 38-39E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 40-41E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 42-43E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 44-45E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 46-47E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 48-49E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 50-51E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 52-53E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 54-55E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 56-57E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 58-59E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 60-61E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 62-63E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 64-65E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 66-67E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 68-69E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 70-71E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 72-73E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 74-75E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 76-77E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 78-79E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 80-81E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 82-83E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 84-85E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 86-87E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 88-89E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 90-91E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 92-93E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 94-95E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 96-97E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 98-99E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 100-101E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 102-103E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 104-105E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 106-107E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 108