E.D.I. n°26 mars 2013
E.D.I. n°26 mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°26 de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 108

  • Taille du fichier PDF : 21 Mo

  • Dans ce numéro : le numérique passe en caisse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
DOSSIER RETAIL TPV Les nouveaux outils pour équiper les magasins Dans les petites et grandes surfaces, de nouveaux équipements numériques connectés font leur apparition. Ils permettent aux commerçants de faire le lien entre le monde virtuel d’Internet et le monde réel du magasin physique. LES PLANS DE SITUATION SUR ÉCRAN TACTILE Les écrans tactiles horizontaux se multiplient dans les magasins et centres commerciaux. Ils répondent de manière conviviale à un besoin rarement satisfait : savoir très rapidement où se trouve le produit recherché. Ce type de table d’orientation permet de « géolocaliser » l’intégralité de l’offre d’un point de vente : on y tape par exemple « sucre en poudre » et l’on peut y voir aussitôt le parcours à suivre pour aller chercher l’article. La technologie permet de décliner le système pour les non-voyants, avec les indications des rayons mentionnés en braille et le déclenchement d’un message vocal lorsqu’on les effleure. LES ÉTIQUETTES QUI DIALOGUENT AVEC LES PORTABLES Les nouvelles étiquettes électroniques de gondoles (EEG) ne se contentent plus de réagir à distance à des sollicitations par ondes radio, par exemple pour changer les prix affichés. Dotées de la technologie Near Field Communication, elles dialoguent avec les smartphones pourvus d’un lecteur compatible NFC. Il suffit d’approcher le mobile de l’EEG pour que son utilisateur recueille des informations sur l’article en rayon plus facilement et plus rapidement qu’avec un QR Code. Inversement, le commerçant pourra corriger un prix à l’aide de son smartphone muni de l’application ad hoc. L’ATTENTION CAPTÉE AVEC DES BALANCES Un nouveau genre de balance permet de diffuser des images fixes ou animées à l’échelle d’un magasin ou d’un réseau de boutiques. L’attention du consommateur se trouve ainsi captée durant l’acte d’achat. Les mises à jour du contenu peuvent par exemple correspondre au planning promotionnel des rayons concernés. Une telle solution nécessite évidemment que le back-office existant autorise la gestion d’images. Avery Berkel est l’un des pionniers, avec sa gamme Xtra. Un autre type de balance fait son apparition en magasin, tels les modèles Bizerba qui intègrent l’option reconnaissance automatique des fruits et légumes au moyen d’une caméra embarquée. À la clé, une facilité d’utilisation accrue, ne réduction des erreurs et un prix catalogue dépassant les 6000 euros l’unité. LA SATISFACTION MESURÉE EN TEMPS RÉEL Des bornes « systèmes de notation » permettent aux consommateurs d’exprimer leur avis simplement et anonymement. Le modèle « Happy or Not », notamment, est un outil utile à des enseignes qui veulent connaître le niveau de satisaction de leurs clients, et savoir si leur opinion varie dans la journée. 46 EDI N°26 MARS 2013
LE SELF-SCANNING EN PROMOTION Le self-scanning démarre peu à peu en France. Son utilité ne fait guère de doute dans les mag asins à for t panier mo yen. En out re, il se transforme en intégrant désormais un service de promotions personnalisées dans la douchette codes-barres utilisée par le client, lors de son par cours en mag asin. Le système int eragit avec le consommateur détenteur d’une carte de fidélité en envoyant par push des bons de réduct ion sur des pr oduits susceptibles de l’intéresser. Enfin, ces scanettes ont l’a vantage de p ermettre au commerçant de c onnaître avec précison le c omportement du chaland et ses habitudes d’achat. LUTTER CONTRE LA DÉMARQUE INCONNUE En 2011, la démarque inconnue représentait 4,9 milliards d’euros, selon le cabinet Center for Retail Research. Les vols caractérisés représenteraient 78% du total. Et les évolutions apparaissent inquiétantes : 1,4% du chiffre d’affaires de l’ensemble des enseignes, contre 1,2% en 2006. Depuis deux ans, les commerçants investissent massivement dans les caméras de surveillance. L’offre ne cesse de s’enrichir avec des équipements destinés à simplifier leur installation et des fonctions de plus en plus sophistiquées (vision à 360°, télé-exploitation des images…). LE CASH MANAGEMENT TROUVE SON PUBLIC Les lignes de caisse ont entamé leur mutation. De nouveaux systèmes trouvent leur public en répondant à une attente profonde dans les points de vente, notamment pour fluidifier les files d’attente. Dans ce registre, le cash management, autrement dit la gestion automatisée des espèces, ne manque pas d’intérêt. Il améliore en effet la sécurité et l’hygiène, tout en limitant les problèmes de démarque inconnue. Des atouts qui, depuis trois ans, auraient fait exploser le taux d’acquisition dans les boulangeries. Le montant de l’investissement pour l’un de ces automates atteint entre 10000 et 20000 euros selon les fournisseurs, sans parler des meubles destinés à les accueillir. LES SMARTPHONES EN GUISE DE DOUCHETTES CODES-BARRES Des enseignes permettent de c omparer les pr ix en t emps réel dans les magasins. À cette fin, des applications ont été dév eloppées pour pouvoir lire facilement les codes-barres à l’aide d’un smartphone. Le code-barres 1D est perçu comme une image 2D. En outre, les reflets sur un emballage ou une luminosité réduite ne nuisent pas à la lecture. La prochaine étape de c e système de vrait concerner l’utilisation du mobile comme une véritable douchette de self-scanning. DES TABLETTES NUMÉRIQUES POUR COMMANDER AVEC LE CLIENT Dans l’univers du non alimentaire (loisirs numériques et électroménager en particulier), les consommateurs se renseignent de plus en plus souvent sur les produits et leurs prix avant de se rendre en magasin. Au point d’être souvent mieux informés que les vendeurs. Un décalage qui peut porter préjudice à la réputation d’une enseigne. Certaines commencent donc à équiper leur personnel de tablettes numériques d’aide à la vente. Ces dernières peuvent alors être utilisées pour un configurateur de produits. Dans les magasins de bricolage par exemple, il permet de définir le besoin du client dans le cas d’articles volumineux vendus sur commande, tels qu’un abri de jardin. MARS 2013 EDI N°26 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 1E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 2-3E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 4-5E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 6-7E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 8-9E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 10-11E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 12-13E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 14-15E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 16-17E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 18-19E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 20-21E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 22-23E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 24-25E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 26-27E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 28-29E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 30-31E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 32-33E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 34-35E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 36-37E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 38-39E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 40-41E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 42-43E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 44-45E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 46-47E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 48-49E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 50-51E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 52-53E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 54-55E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 56-57E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 58-59E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 60-61E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 62-63E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 64-65E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 66-67E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 68-69E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 70-71E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 72-73E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 74-75E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 76-77E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 78-79E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 80-81E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 82-83E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 84-85E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 86-87E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 88-89E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 90-91E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 92-93E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 94-95E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 96-97E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 98-99E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 100-101E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 102-103E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 104-105E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 106-107E.D.I. numéro 26 mars 2013 Page 108