E.D.I. n°25 février 2013
E.D.I. n°25 février 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de février 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 196

  • Taille du fichier PDF : 35,4 Mo

  • Dans ce numéro : Poste de travail... la grande mutation

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
DOSSIER POSTE DE TRAVAIL PC de bureau ❘❘❘ implique un réaménagement de l’environnement det ravail et l’intégration d’un pied inclinable permettant de positionner l’écran à plat. Cela fonctionne très bien sur des bornes interactives, mais pas forcément sur un bureau classique ». D’où les déclinaisons tactiles ou non que la plupart des constructeurs proposent de leurs tout-en-un. La question est aussi de savoir si Windows 8 va réussir à s’imposer, ce qui au vu de certaines critiques ne semblait pas acquis. « On fait un mauvais procès à Windows 8 car on le compare à Windows 7 qui était attendu comme le Messie après un Windows Vista raté. Windows 8 est un OS majeur, non pas sur le code, mais sur les nouveaux usages qu’il permet », tempère Thomas Bordes qui précise que dès fin 2012, 53% des ventes des configurations Dell se faisaient avec Windows 8. LE MINI-PC POUR ALLÉGER LA FACTURE Outre le tactile, le tout-en-un reste aussi emblématique de la tendance à l’intégration d’un maximum de composants dans un minimum d’espace. Un phénomène qui gouverne l’évolution du PC de bureau et qui est poussé à son par oxysme depuis l’arrivée des mini-PC. On ne parle pas ici des clients légers auxquels nous consacrons une partie de ce dossier, mais bel et bien de véritables PC sous Windows. Plusieurs arguments plaident en sa faveur : la très faible consommation électrique est souvent la première avancée. Un PC traditionnel au format tour consomme généralement entre 200 et 300 watts là où un mini- PC plafonnera à 50 watts. À l’échelle d’une machine, c’est déjà beaucoup, mais on imagine l’incidence qu’un tel écart aura sur la facture électrique d’une entreprise gérant un parc entier de mini-PC. Même si le coût d’acquisition reste supérieur, il sera rapidement amorti et les revendeurs ont tout intérêt à proposer ce type de produits à leurs clients qui n’y pensent pas forcément. « Notre mini-PC Esprimo Q ne représente pour le moment que 3 à 4% de nos ventes », note Didier Halbique de Fujitsu. Pourtant, le 70 FÉVRIER 2013 principal frein à l’adoption du mini- PC, à savoir le manque de performances, n’en est plus un. En tout cas pour la grande majorité des applications. Du processeur au circuit graphique en passant par les unités de stockage grâce à la démocratisation du SSD, les composants internes du mini-PC n’ont plus grand-chose à envier à ceux des tours. Dernier atout du mini-PC : il fonctionne dans certains cas sans système de ventilation actif, donc dans le plus grand silence. On comprend dès lors qu’outre les marques spécialisées dans ce secteur comme Shuttle et Arctic, les g rands constructeurs tels Fujitsu, Lenovo, Dell, Asus et bien sûr Apple qui en fut l’un des précurseurs avec le Mac Mini, développent des gammes de mini-PC. Est-ce à dire que le PC de bureau traditionnel au format tour va disparaître ? À court et Le tout-en-un complète le PC de bureau mais ne le concurrence pas » Hélène Fontaine, responsable produit ordinateurs fixes et moniteurs de Lenovo. Inventeur du concept du PC barebone, Shuttle est également l’un des constructeurs développant la gamme la plus importante de mini-PC, comme le XS35V3 ci-dessus. Des produits entièrement silencieux et consommant très peu d’énergie. Y a-t-il encore un marché de l’upgrade ? Le marché de l’upgrade des PC en entreprise, et chez les particuliers, a quasiment disparu. Ce constat, les constructeurs mais aussi tous les revendeurs le font. Il y a quelques années encore, on n’hésitait pas à ajouter de la mémoire, à remplacer un disque dur, une carte graphique, voire un processeur pour prolonger la durée de vie des ordinateurs et les remettre au goût du jour pour faire face aux besoins exponentiels des applications. « Aujourd’hui, ce processus d’upgrade n’a plus d’intérêt pour les entreprises, constate Jean-Christophe Orsoni, directeur des services de SCC. Ajouter ne serait-ce qu’une barrette de mémoire à un parc complet de PC prend du temps. Étant donné le prix actuel des configurations, ce n’est pas rentable. Autant remplacer directement les machines ». D’où l’engouement pour les formats de PC de bureau réduit. La configuration des tout-en-un et des Mini-PC n’a guère vocation à évoluer avec le temps. Seule exception à la règle, les stations de travail. Ici, les enjeux financiers sont différents et il est souvent rentable pour les entreprises d’opter pour un changement ou un ajout de composant plutôt que de racheter d’une station neuve. Ce phénomène reste marginal, mais s’agissant de composants relativement coûteux, le jeu en vaut tout de même la chandelle. moyen termes, certainement pas, mais sa présence sera sans aucun doute de moins en moins marquée en entreprise. LA STATION DE TRAVAIL, VALEUR DU DESKTOP Hormis le prix, l’attrait du format tour est lié à ses possibilités d’accueil et d’évolution, en termes de périphériques de stockage ou de cartes d’extension. Des éléments incontournables dans un domaine précis du PC de bureau : la station de travail. Sommairement, cette dernière se différencie d’un PC classique par l’architecture de son processeur, les gammes Xeon d’Intel occupant quasiment t out le marché. On y retrouve aussi des cartes graphiques spécifiques, et désormais des SSD à la place ou en complément des disques durs habituels. « La recherche, la conception et la vidéosurveillance sont de fervents utilisateurs des stations de travail, explique Boris Bachkine, en charge des produits WorkPlace System chez Fujitsu. Certaines configurations peuvent intégrer jusqu’à 10 disques durs et le format tour se révèle incontournable ». En termes de volume, cela reste un marché de niche mais en valeur, ce sont des produits dont les prix sont plutôt stables avec un ticket d’entrée d’au moins 1000 € par configuration et les marges motivantes. Toutefois, leur commercialisation réclame une certaine expertise car la vente de stations det ravail s’effectue souvent dans le cadre de projets globaux incluant une partie logicielle métier. « Nos gammes de stations de travail sont certifiées par les éditeurs et le revendeur qui les propose a aussi tout intérêt à disposer des certifications appropriées s’il veut fidéliser ses clients », souligne Thomas Bordes de Dell. D’autant qu’il est fréquent que le parc de stations de travail d’une entreprise soit renouvelé à chaque nouveau projet d’envergure. n
CHERRY Professional 10 MILLIONS DE FRAPPES GARANTIES. CHERRY STREAM XT ⋅ CORDED KEYBOARD G85-23100 ⋅ PP TTC 24,99 € cherry.fr Vos distributeurs



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 1E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 2-3E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 4-5E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 6-7E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 8-9E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 10-11E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 12-13E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 14-15E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 16-17E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 18-19E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 20-21E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 22-23E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 24-25E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 26-27E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 28-29E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 30-31E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 32-33E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 34-35E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 36-37E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 38-39E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 40-41E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 42-43E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 44-45E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 46-47E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 48-49E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 50-51E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 52-53E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 54-55E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 56-57E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 58-59E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 60-61E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 62-63E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 64-65E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 66-67E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 68-69E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 70-71E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 72-73E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 74-75E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 76-77E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 78-79E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 80-81E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 82-83E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 84-85E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 86-87E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 88-89E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 90-91E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 92-93E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 94-95E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 96-97E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 98-99E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 100-101E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 102-103E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 104-105E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 106-107E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 108-109E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 110-111E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 112-113E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 114-115E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 116-117E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 118-119E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 120-121E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 122-123E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 124-125E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 126-127E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 128-129E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 130-131E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 132-133E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 134-135E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 136-137E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 138-139E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 140-141E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 142-143E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 144-145E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 146-147E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 148-149E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 150-151E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 152-153E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 154-155E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 156-157E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 158-159E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 160-161E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 162-163E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 164-165E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 166-167E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 168-169E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 170-171E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 172-173E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 174-175E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 176-177E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 178-179E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 180-181E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 182-183E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 184-185E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 186-187E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 188-189E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 190-191E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 192-193E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 194-195E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 196