E.D.I. n°25 février 2013
E.D.I. n°25 février 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de février 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 196

  • Taille du fichier PDF : 35,4 Mo

  • Dans ce numéro : Poste de travail... la grande mutation

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
ENTRETIEN 54 FÉVRIER 2013 DU MOIS « Aujourd’hui, l’IT n’évolue pas : il révolutionne » Bio express Jérôme Faucher est un homme discret quand il s’agit d’évoquer son parcours. Il concède simplement avoir fait des études d’informatique, puis envisagé un instant de devenir expert-comptable. Mais finalement, il effectuera la majeure partie de sa carrière dans la revente et la distribution IT. Après une dizaine d’années chez Agena, acteur français très en vue dans les années 80, il entre en 1998 chez Scriba, dont il gravira tous les échelons, de l’activité commerciale jusqu’au poste actuel de DG délégué. Attentif aux aspects commerciaux, il reste concentré sur les affaires financières. Jérôme Faucher 003-Fonction Directeur général citation délégué de Scriba Scriba communique peu mais innove en permanence. Tel pourrait être le mot d’ordre de cet intégrateur discret, d’origine régionale mais largement déployé sur le territoire national. Son DG délégué, Jérôme Faucher, détaille sa vision du métier et évoque ses projets de développement. L’E.D.I. : Alors que la conjoncture IT ne cesse de se détériorer, les analystes entrevoient une perspective de rebond pour le channel. Partagez-vous cet avis ? Jérôme Faucher : Le ralentissement de l’économie est sensible dans nos métiers comme partout ailleurs. Il y a en effet pour les revendeurs et intégrateurs des perspectives encourageantes du côté du cloud et du Big Data. Mais attention. D’abord, ceux qui disent investir dans le cloud et les data centers le font surtout dans les murs et la climatisation. Ensuite, quand vous vous lancez sur ce secteur, vous avez intérêt à avoir un bon business model, au risque d’attendre longtemps. Quoi qu’il en soit, le marché restera très dur, d’où la nécessité d’innover. Un impératif : être toujours en veille. L’E.D.I. : Alors quelle est votre façon d’innover ? J.F. : Ne pas se laisser décrocher, sans être fébrile. Savoir délivrer un message, proposer un produit différenciateur. Trouver des leads, savoir les exploiter. Proposer éventuellement moins de produits, mais là aussi, mieux les exploiter. Et surtout, savoir où l’on veut aller. Le monde de l’IT n’évolue pas : il révolutionne. L’E.D.I. : Mais votre métier reste le même… Comment le définiriez-vous ? J.F. : Au début, il y a 25 ans, on était négociant en informatique. Petit à petit s’est développé le service, si bien qu’aujourd’hui, on s’adresse à des entreprises allant de la TPE à l’ETI [NDLR : Entreprise de Taille Intermédiaire]. On joue le rôle d’intégrateur, mais aussi de revendeur, et même de SSII grâce à nos interventions dans le décisionnel, sachant que nos clients sont souvent dépourvus de DSI. Parmi eux, de nombreux concessionnaires automobiles et experts-comptables. Dans le contexte que je viens de décrire, quand on fait de l’infogérance, on jongle Propos recueillis par Pierre-Antoine Merlin entre la prestation industrielle et le service personnalisé car le client a besoin d’être cocooné, sans que cela ne lui revienne trop cher. Il faut parvenir à trouver en chaque circonstance le bon dosage, le bon compromis. L’E.D.I. : Pour quelle performance avez-vous reçu une distinction de HP France au titre du meilleur partenaire ? J.F. : Cette distinction nous a été remise l’été dernier dans le domaine de la « post-garantie » que nous étions capables d’assurer. Autrement dit, l’extension du support des matériels et la sécurisation des infrastructures clients. Et puis, dans un passé un peu plus lointain, Microsoft a distingué Scriba pour son offre autour de la messagerie électronique fonctionnant en mode cloud. Il s’agit de l’ex-BPOS (Business Productivity Online Suite), devenu Office 365. L’E.D.I. : L’ensemble de ce que vous évoquez n’est guère connu. Pourquoi ? J.F. : Pour des raisons historiques que différents paramètres expliquent, tous de natures très différentes, et qu’il n’est peut-être pas utile de détailler ici. Nous n’avons guère communiqué jusque-là. Nos clients lisent peu la presse spécialisée. Néanmoins aujourd’hui, avec le plan « Cap 2015 » déployé en interne, les choses vont bouger du côté commercial, surtout sur l’aspect du « marketing opérationnel », qui va être étoffé. L’E.D.I. : Comment changer la perception des professionnels qui vous considèrent comme un intégrateur régional ? J.F. : Notre siège social et notre « labo » sont installés à Bordeaux, mais nous visons clairement un maillage national. Nous sommes déjà présents à Paris, Toulouse, Aix-en-Provence, Niort et Lyon. Prochainement, nous allons ouvrir des locaux à Lille, puis ce sera le tour de l’est de la France. n
GRÂCE À WINDOWS SERVER 2012, GARANTISSEZ LA DISPONIBILITÉ DE VOS APPLICATIONS. Injectez toute la disponibilité du Cloud computing (1) dans votre datacenter (2) grâce à Windows Server 2012, le seul système d’exploitation Cloud par essence. Vous pourrez conÀgurer vos clusters (3) de basculement, incluant machines virtuelles, réseaux et stockage, au sein de votre datacenter ou sur un site distant. Vos applications resteront ainsi disponibles à tout moment. Selon vos besoins. (1) l’informatique en nuage - (2) centre de données - (3) grappe de serveurs Microsoft France - RCS Nanterre B327 733 184 microsoft.fr/ws2012



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 1E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 2-3E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 4-5E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 6-7E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 8-9E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 10-11E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 12-13E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 14-15E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 16-17E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 18-19E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 20-21E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 22-23E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 24-25E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 26-27E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 28-29E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 30-31E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 32-33E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 34-35E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 36-37E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 38-39E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 40-41E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 42-43E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 44-45E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 46-47E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 48-49E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 50-51E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 52-53E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 54-55E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 56-57E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 58-59E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 60-61E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 62-63E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 64-65E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 66-67E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 68-69E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 70-71E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 72-73E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 74-75E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 76-77E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 78-79E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 80-81E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 82-83E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 84-85E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 86-87E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 88-89E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 90-91E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 92-93E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 94-95E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 96-97E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 98-99E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 100-101E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 102-103E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 104-105E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 106-107E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 108-109E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 110-111E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 112-113E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 114-115E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 116-117E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 118-119E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 120-121E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 122-123E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 124-125E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 126-127E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 128-129E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 130-131E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 132-133E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 134-135E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 136-137E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 138-139E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 140-141E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 142-143E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 144-145E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 146-147E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 148-149E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 150-151E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 152-153E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 154-155E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 156-157E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 158-159E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 160-161E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 162-163E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 164-165E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 166-167E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 168-169E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 170-171E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 172-173E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 174-175E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 176-177E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 178-179E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 180-181E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 182-183E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 184-185E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 186-187E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 188-189E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 190-191E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 192-193E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 194-195E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 196