E.D.I. n°25 février 2013
E.D.I. n°25 février 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de février 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 196

  • Taille du fichier PDF : 35,4 Mo

  • Dans ce numéro : Poste de travail... la grande mutation

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
ENTRETIEN 52 FÉVRIER 2013 DU MOIS « Les ventes de Windows 8 sont au-delà de nos objectifs » Bio express Diplômé de l’IEP de Bordeaux, Olivier Ribet entame sa carrière professionnelle en occupant les postes de responsable business, développement, multimédia et digital respectivement chez Bull et EDF. Il intègre les rangs de Microsoft dès 1996 où il occupe différentes fonctions liées au marketing, la gestion des communautés de développeurs et la communication. Après avoir travaillé au siège du groupe et en Asie, il prend la tête de la division mobilité de Microsoft France en 2010 avant d’être nommé en février 2012 directeur de la division Windows. Olivier Ribet Directeur de la division Windows de Microsoft France Nommé il y a un an à la tête de la division Windows de Microsoft, Olivier Ribet s’est retrouvé de facto au cœur du lancement de Windows 8. Mobilité, interface tactile, téléphonie et rôle des partenaires : le point sur l’OS quelques mois après sa sortie*. L’E.D.I. : Près de quatre mois après la sortie de Windows 8, quel premier bilan tirez-vous ? Olivier Ribet : Au début de l’année, le cap des 60 millions de licences avait été franchi, avec 20 millions écoulées rien qu’en décembre. Nous sommes donc en ligne, voire au-dessus des objectifs que nous nous étions fixés, à savoir faire mieux que Windows 7 lors de son lancement. Des objectifs très ambitieux, car après un Windows Vista critiqué, Windows 7 était très attendu au moment de sa sortie en 2009. L’E.D.I. : Comment expliquez-vous les chiffres que vous nous annoncez ? O.R. : À l’origine, Windows 8 devait fédérer les grandes tendances du marché : l’ultranomadisme, les réseaux sociaux et d’entreprise, le BYOD ou encore l’hyperconnectivité. Windows 8 n’est pas qu’un simple OS. Il introduit de nombreux éléments très attendus, aussi bien par le grand public que par l’univers pro. Le tactile est une des raisons qui favorisent l’adoption de Windows 8 via l’essor de nouveaux form-factors comme les tablettes, les hybrides, mais aussi les tout-en-un qui trouvent une nouvelle voie de développement avec les écrans multipoint. L’intégration de Skype, les 25 Go de stockage en ligne via SkyDrive, ou encore Windows To Go dont nous ne parlons pas assez, répondent aussi à une demande. Enfin, le Windows Store, qui draine déjà plus de 40000 applications, a généré plus de 100 millions de téléchargements. Il montre qu’un écosystème complet se crée autour de Windows 8, du côté des utilisateurs, mais aussi des développeurs et des éditeurs avec qui nous travaillons étroitement. L’E.D.I. : Ce Windows Store donnant un accès direct à tout un portefeuille de logiciels, y compris à destination des entreprises, le risque n’est-il pas de vous couper de votre base de partenaires revendeurs qui étaient jusque-là amenés Propos recueillis par Vincent Verhaeghe à proposer ces logiciels eux-mêmes ? O.R. : Tout au long de nos Rendez-Vous Connectik [ndlr : le tour de France de Microsoft en 32 étapes organisés jusqu’à 22 mai], nous avons rencontré plusieurs milliers de revendeurs qui voient au contraire tout l’intérêt du Windows Store. Pour les SSII et VAR, c’est un moyen simple et rapide de proposer leurs applicatifs métier. Ils peuvent également exploiter nos kits de développement pour concevoir des apps destinées à une seule entreprise. Le cœur de Windows 8 permet d’interagir avec plusieurs environnements. Si vous savez programmer en HTML5 ou Java, vous savez programmer pour Windows 8… Mais les revendeurs traditionnels peuvent eux-mêmes s’appuyer sur le Windows Store pour commercialiser les offres des éditeurs. De grands noms comme Ciel, Cegid ou SAP sont ou seront présents et c’est une opportunité plus qu’une menace pour les revendeurs. L’E.D.I. : Qu’en est-il de la partie Windows Phone ? O.R. : Le taux de croissance de Windows Phone 8 est extrêmement fort. On constate plusieurs dizaines de milliers d’activation de smartphones exploitant notre OS en France chaque semaine, sous l’impulsion de marques comme Nokia, HTC mais aussi Samsung. La mayonnaise commence à prendre, y compris auprès des professionnels. L’E.D.I. : Et Surface ? La politique de distribution de votre tablette n’est pas très claire… O.R. : Surface n’est pas qu’une vitrine technologique, c’est un véritable produit dont nous voulons accélérer le développement sous notre propre marque, mais aussi par le biais de l’OEM. Pour l’heure, sa distribution est limitée à deux enseignes du retail, la Fnac et Darty, et nous ne savons pas encore quand nos revendeurs pourront la proposer. Il s’agit en effet d’un produit encore jeune avec lequel il n’est pas question de brûler les étapes. n * L’entretien a été réalisé le 15 janvier dernier
Mon aMbition : un service irréprochable Mon métier exige de la rigueur, de la réactivité et une résistance à des environnements variés. Fiables, rapides, robustes et offrant une multitude de fonctionnalités, les solutions professionnelles de brother font de moi un entrepreneur comblé. À chaque ambition, une solution Gustave, Restaurateur Multifonction jet d’encre pro étiqueteuse portable imprimante mobile Brother Créateur de solutions professionnelles www.brother.fr *Étude Inference Operations - Viséo Conseil réalisée de mai à juillet 2012 sur le principe du client mystère au moyen de 215 contacts répartis entre appels téléphoniques, e-mails et navigations Internet. at your side = à vos côtés. - Venez rencontrer Gustave sur le stand C27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 1E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 2-3E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 4-5E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 6-7E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 8-9E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 10-11E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 12-13E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 14-15E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 16-17E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 18-19E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 20-21E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 22-23E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 24-25E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 26-27E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 28-29E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 30-31E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 32-33E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 34-35E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 36-37E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 38-39E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 40-41E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 42-43E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 44-45E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 46-47E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 48-49E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 50-51E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 52-53E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 54-55E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 56-57E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 58-59E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 60-61E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 62-63E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 64-65E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 66-67E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 68-69E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 70-71E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 72-73E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 74-75E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 76-77E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 78-79E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 80-81E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 82-83E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 84-85E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 86-87E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 88-89E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 90-91E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 92-93E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 94-95E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 96-97E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 98-99E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 100-101E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 102-103E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 104-105E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 106-107E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 108-109E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 110-111E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 112-113E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 114-115E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 116-117E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 118-119E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 120-121E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 122-123E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 124-125E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 126-127E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 128-129E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 130-131E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 132-133E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 134-135E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 136-137E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 138-139E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 140-141E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 142-143E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 144-145E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 146-147E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 148-149E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 150-151E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 152-153E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 154-155E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 156-157E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 158-159E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 160-161E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 162-163E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 164-165E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 166-167E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 168-169E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 170-171E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 172-173E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 174-175E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 176-177E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 178-179E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 180-181E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 182-183E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 184-185E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 186-187E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 188-189E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 190-191E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 192-193E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 194-195E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 196