E.D.I. n°25 février 2013
E.D.I. n°25 février 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de février 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 196

  • Taille du fichier PDF : 35,4 Mo

  • Dans ce numéro : Poste de travail... la grande mutation

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 116 - 117  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
116 117
CAHIER VAR & SSII TECHNO & SOLUTIONS ➔ Énergie numérique Pile à combustible, une techno qui tombe pile Alors que le tout-connecté requiert toujours plus d’autonomie, la bonne vieille pile électrique peine à suivre la cadence. Qui lui succèdera ? Certainement la pile à combustible, dont les performances laissent entrevoir une manne d’opportunités pour les VAR et SSII qui sauront l’intégrerà leur offre. Par Pierre-Antoine Merlin Le paysage est simple. D’un côté, une profusion d’outils nomades banalisés, qui englobe les notebooks, les smartphones, les dispositifs GPS, les appareils photo numériques… et l’ensemble des gadgets élec troniques communicants. Sans compter, bien sûr, tous les objets à venir et qui viendront élargir encore la panoplie. De l’autre, des piles et batteries dont l’autonomie n’est pas extensible à l’infini. C’est le moins qu’on puisse dire : l’autonomie moyenne d’un smartphone utilisé intensivement ne dépasse guère une journée. Autant dire, comme l’estime un ingénieur de STMicroelectronics, « qu’en triplant les fonctions de ces appareils, on a aussi diminué leur autonomie par trois ». C’est surtout vrai depuis 2007, année de l’irruption massive de l’iPhone dans nos vies. Subitement, tout le monde s’est mis à prendre des photos, consulter ses mails, lire le journal et regarder la météo. Un ensemble de pr atiques qui n’étaient 116 FÉVRIER 2013 même pas envisageables avec un simple téléphone mobile. C’est pour résoudre durablement cet effet de ciseau – explosion des usages numériques contre stagnation de l’autonomie électrique - que plusieurs laboratoires spécialisés dans l’énergie du futur s’emploient à inventer des techniques nouvelles, réplicables pour le plus grand nombre, à moindre coût. Une gageure ! Les fabricants de piles ne manquent pourtant pas. On pense bien sûr à Panasonic, numéro 3 européen de la spécialité (surtout au lithium), mais aussi à Exide, Johnson Controls et surtout Duracell, le numéro 1 mondial. Ce groupe, cette marque même, se trouve renforcé par son intégration dans l’immense conglomérat Procter & Gamble, intervenue en 2005. En savoir plus… Dans le domaine complexe des piles et batteries, il ne faut pas espérer tomber sur des best-sellers. En revanche, en chinant un peu, on peut trouver des livres destinés aux étudiants en sciences. Pourquoi ne pas en faire son miel ? Ces ouvrages ont d’abord le mérite de la pédagogie : c’est le cas de Piles à combustibles, édité chez Ellipses. Il dresse l’état de l’art du secteur, explique les différents types de piles en présence, et aborde la question des applications embarquées, portables ou « stationnaires » pour s’attarder sur celles susceptibles de faire l’objet d’une exploitation industrielle et commerciale. Côté blogs, www.pilesalcalines-lithium.centerblog.net revient sur l’histoire des piles et leurs usages, puis détaille les liens entre recherche, efficacité, banalisation et préoccupations écolo, notamment pour le recyclage des DEEE. Le lecteur curieux se découvrira un intérêt pour les piles, qui constituent un point d’entrée facile pour une connaissance accrue du monde de l’énergie. Or, le même lecteur ressentira le manque de communication « officielle » de la part des laboratoires et entreprises spécialisés. En effet, les piles et les batteries n’alimentent pas seulement les ordinateurs, mais elles conditionnent aussi toutes les formes d’énergies possibles, donc celles liées au nucléaire. Un univers aussi familier que les piles relève presque du « secret défense ».
Ici, la préparation en salle blanche d'une encre spécialement étudiée pour les batteries ion-lithium. Sous la houlette de son chief technology officer Bruce Brown, Duracella pu bénéficier de fertilisations croisées. « L’interconnexion de technologies apparemment disparates fournit des idées disruptives, a-t-il déclaré dans un récent entretien. Ainsi un créatif, une personne qui a des idées, peut entrer plus facilement en contact avec un profil plus technique. » Joignant le geste à la par ole, Duracell s’est d’ailleurs fait remarquer lors du dernier Ingram Showcase, qui s’est tenu au Parc des Expositions du Bourget (lire l’E.D.I. n°23, page 15). GAGNER EN AUTONOMIE Sera-t-il plus facile de fonctionner avec la pile à combustible ? Celle-ci ne manque pas d’atouts, applicables aussi bien aux téléphones int elligents qu’aux ordinateurs, sachant que ceux-ci sont de plus en plus miniaturisés. La batterie électrochimique étant proche de ses limites, un procédé à base de combustible est une initiative L’interconnexion de technologies fournit des idées disruptives » Bruce Brown, chief technology officer chez Procter & Gamble. intéressante : son principe consiste à charger une petite batterie qui optimisera le fonctionnement de l’appareil. Pour l’utilisateur, la durée d’autonomie ne sera limitée que par la taille du réservoir d’hydrogène (ou, dans certains cas, du méthanol). Chacun pourra donc recharger son smartphone ou son notebook comme s’il s’agissait d’un briquet. Donc bien plus vite que le cas plus « classique » du lithium, où l’utilisateur est handicapé pendant des heures… et doit rester à proximité de son petit monst re, bien tentant pour des empr unteurs mal intentionnés. Le CEA-Liten, STMicroelectronics et beaucoup d’autres intervenants français ou européens travaillent depuis longtemps sur ce sujet, selon une démarche rigoureuse volontairement axée sur la recherche appliquée. Mais très récemment, c’est le groupe Rohm qui s’est distingué en présentant une pile à combustible compacte. Concrètement, celleci sera insérée dans une cartouche, elle-même munie de toute la connectique nécessaire pour se relier à l’appareil de l’utilisateur. L’ensemble pourrait être lancé dès cette année. De quelle façon, et à quel prix ? Il est encore trop tôt pour le dire. Car d’un point de vue c ommercial, la pile est vue comme un consommable, un accessoire. Pas du tout comme un objet stratégique, ce qu’il est, pourtant, à en juger par la motivation des clients pour êt re connectés en quasi-permanence. Bénédicte Viennet, directrice commerciale de Duracell, pointe ce paradoxe : « Les utilisateurs oublient trop ABÉCÉDAIRE, POUR Y VOIR CLAIR souvent que les piles s ont indispensables au fonctionnement des out ils électroniques et informatiques ». Sauf quand ils sont en panne de connexion. Beaucoup de pédagogie reste donc à faire, y compris du côté des VAR, des SSII et des intégrateurs. La pile n’est pas seulement un gadget triste que l’on trouve chez Darty, mais une pépit e tout à la fois technologique et commerciale. Les revendeurs qui sauront tirer parti de son mar ché planétaire n’auront pas à le regretter. n Agrandissement en laboratoire d’électrodes de pile à combustible. Hydrogène C’est l’élément le plus prometteur de l’énergie du futur. De fait, les expressions « pile à combustible » et « pile à hydrogène » sont parfois employées indifféremment l’une pour l’autre. Cet abus de langage incarne bien la porosité des deux univers. Lithium et ion-lithium C’est la combinaison technologique la plus courante dans le domaine de l’électronique, de la photo numérique et de l’informatique. Employée dans tous les types d’industries, elle suppose l’échange réversible d’ion-lithiumentre une électrode positive, généralement à base de dioxyde de cobalt ou de manganèse, et une électrode négative en graphite. NiMH Technologie à base de nickel hydrure métallique. Son problème : elle possède peu « d’effet mémoire », ce qui veut dire que la batterie s’épuise très vite si on la recharge avant déchargement complet. Problème qu’évitent, par exemple, les procédés fondés sur l’utilisation du lithium. Pile électrique Expression désuète et surannée. La présence d’électricité est devenue si naturelle au monde moderne qu’on se contente de parler de « pile ». Mais le principe, lui, reste rigoureusement le même. Il s’agit toujours de transformer, d’une manière électrochimique, l’énergie d’une réaction chimique en une énergie purement électrique. Ni plus, ni moins. Réactif Pour transformer une réaction chimique en réaction électrique (voir supra), il est par définition nécessaire de recourir à une série d’éléments réactifs. Mais une fois que ceux-ci sont épuisés, la tension s’effondre, et la pile ne peut plus fonctionner. Et comme elle ne peut pas non plus être réactivée, il faut la changer. Ce qui stimule utilement la recherche, et ses débouchés possibles. Tant que les piles s’useront, la recherche progressera ! FÉVRIER 2013 117



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 1E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 2-3E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 4-5E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 6-7E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 8-9E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 10-11E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 12-13E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 14-15E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 16-17E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 18-19E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 20-21E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 22-23E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 24-25E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 26-27E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 28-29E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 30-31E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 32-33E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 34-35E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 36-37E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 38-39E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 40-41E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 42-43E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 44-45E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 46-47E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 48-49E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 50-51E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 52-53E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 54-55E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 56-57E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 58-59E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 60-61E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 62-63E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 64-65E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 66-67E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 68-69E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 70-71E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 72-73E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 74-75E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 76-77E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 78-79E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 80-81E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 82-83E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 84-85E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 86-87E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 88-89E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 90-91E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 92-93E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 94-95E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 96-97E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 98-99E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 100-101E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 102-103E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 104-105E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 106-107E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 108-109E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 110-111E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 112-113E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 114-115E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 116-117E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 118-119E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 120-121E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 122-123E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 124-125E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 126-127E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 128-129E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 130-131E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 132-133E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 134-135E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 136-137E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 138-139E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 140-141E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 142-143E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 144-145E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 146-147E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 148-149E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 150-151E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 152-153E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 154-155E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 156-157E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 158-159E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 160-161E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 162-163E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 164-165E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 166-167E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 168-169E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 170-171E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 172-173E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 174-175E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 176-177E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 178-179E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 180-181E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 182-183E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 184-185E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 186-187E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 188-189E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 190-191E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 192-193E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 194-195E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 196