E.D.I. n°25 février 2013
E.D.I. n°25 février 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de février 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 196

  • Taille du fichier PDF : 35,4 Mo

  • Dans ce numéro : Poste de travail... la grande mutation

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 100 - 101  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
100 101
DOSSIER POSTE DE TRAVAIL Grossistes ❘❘❘ la mobilité en entreprise et le besoin de simplification et d’automatisation. On pourrait ajouter les exigences budgétaires, et peut-être avant tout, les avancées technologiques. « Aucun système ne nous permettait d’accompagner une demande très forte pour l’hypermobilité avec de la tablette et du smartphone, leurs OS étant difficilement intégrables au sein de l’entreprise, avance YannHallosserie, directeur achat marketing chez Ingram Micro France. Aujourd’hui, on commence à voir les prémices de solutions intégrables avec Windows 8. Beaucoup de grands comptes ont déployé de la tablette, le notebook a été le point central et le desktop s’est bien porté jusqu’en 2012. Celui-ci est désormais en décroissance même si on constate encore une forte demande ». CONFORT ET MOBILITÉ Loin d’avoir tranché sur les usages qu’elles entendent privilégier, les entreprises se montrent prudentes quant à l’ouverture de leur SI à de nouveaux terminaux, a fortiori lorsque ceux-ci sont personnels. Les motivations varient selon le cœur d’activité de l’entreprise : du gain de productivité aux besoins métier, sans oublier l’effet de mode. Mais des organisations ont déjà franchi le pas. « Nous notons une demande croissante de solutions tactiles du fait de la multiplication des applicatifs métiers sur le mar ché, souligne Ben Gayer, DG de Terra Computer. Les entreprises sont de plus en plus convaincues du besoin d’équiper leur personnel avec ces outils. Les salariés nomades travaillent ainsi en temps réel. Les PC portables, notamment les ultrabooks, captent également une demande très importante. Ces solutions sont particulièrement adaptées aux professionnels en quête d’un espace de travail confortable et de mobilité. Le BYOD influence sûrement ce marché ». Côté virtualisation, certains acteurs du marché 100 FÉVRIER 2013 Aujourd’hui, on commence à voir les prémices de solutions intégrables avec Windows 8 » YannHallosserie, directeur achat marketing chez Ingram Micro France. prédisent déjà l’avènement du tout virtuel. « L’approche est entrée dans les mœurs des entreprises qui remplacent progressivement leurs postes de travail en clients légers, explique Guillaume Deunf, directeur marketing et des opér ations chez Config. Elles y voient l’opportunité d’unifier leur parc et d’en simplifier le management, l’autre moteur décisionnel étant économique. Sur ce dernier point, les clients légers ne se distinguaient pas assez des PC ». Nous assistons à une profonde redéfinition du poste de travail, les PC disparaissant au profit du client léger » Didier Montchaud, directeur commercial de Feeder. PAS DE CLIENT LÉGER SANS INFRASTRUCTURE Avec un coût d’acquisition revu à la baisse, une consommation électrique optimisée et un recyclage simplifié, les atouts du client léger sont indéniables. Mais lorsqu’il s’agit de repenser leur parc, les entreprises sont toujours confrontées à la gestion de leur infrastructure. De l’administration du SI aux impératifs de sécurité en passant par le choix des serveurs et des solutions de stockage, le déploiement de nouvelles solutions ne va pas sans son cortège de contraintes. « Pour des solutions de virtualisation légère ou de cloud qui s’adressent aux PME, on reste sur du poste de travail avec de la cession, et on optimise plutôt la partie infra, illustre YannHallosserie. La vente d’un client léger ou d’un zéro client implique de redimensionner l’infrastructure. On vend ainsi une solution complète avec un PC, mais on ne vend pas un client léger. C’est une approche différente qui demande des compétences spécifiques, car il n’est pas de client léger sans système infra. Or le poste de travail peut exister seul, donc on est bien dans deux logiques. Notre travail consiste à qualifier nos partenaires, à les cer tifier et les accompagner ». PETITE RÉVOLUTION COPERNICIENNE Pour Didier Montchaud, distribuer des clients légers néc essite une expertise dans la qualification des besoins du client : quel type d’installation centralisée pour quelle utilisation ? Dans quel environnement ? « Il faut aussi connaître les différentes caractéristiques et options proposées par le constructeur, détaille-t-il. Nous accompagnons nos partenaires lors de formations certifiantes dédiées sur sites ou en centre, en termes de support technique en backup de nos fournisseurs et en termes de services. Enfin, évidemment, les compétences commerciales sont de rigueur ». Même discours chez Config, où Guillaume Deunf explique qu’il n’est pas de vente qui ne requière de compétences, et si ces solutions sont dites « légères » elles induisent une maîtrise des réseaux et de la virtualisation. Idem chez Terra, qui admet la difficulté de tenir un rôle réellement actif : « Nous ne pouvons pas influencer significativement le marché, reconnaît Ben Gayer. En revanche, nous assurons un rôle de conseil et d’accompagnement, nécessaires pour fournir les produits les plus adaptés aux bes oins et au contexte de chaque entreprise ». De fait, ce rôle de courroie de transmission entre les fabricants et les revendeurs, tous les grossistes le revendiquent. BTO, intégration de clients légers, déploiement de cloud, de l’avant à l’après-vente, les solutions proposées cherchent à fournir aux r evendeurs une valeur ajoutée. Mais passer d’un modèle où l’on vendait beaucoup de matériel et peu de services à un modèle où l’on vend de moins en moins de hardware et de plus en plus de services nécessite de réaliser une petite révolution copernicienne. n
NAS Business Class Serveurs de stockage TeraStation Protection optimum des données Les gammes TeraStation 5000 et 7000 sont compatibles avec les caméras IP, gèrent le failover et intègrent le iSCSI tout en restant toujours aussi fiables, abordables et encore plus rapides.• Intel Atom Dual Core ou Xeon Quad core• Capacités de 0 à 48 To selon modèle• Serveur Caméra IP, large compatibilité avec intégration du protocole RTSP• 2 ou 4 ports Gigabit Ethernet avec fonction port trunking, ports USB 3• Back-up en temps réel des données de vos PC, Mac ou disques externes• Back-up : Failover, Media Cartridge, schedule back-up, Amazon S3 support, NovaBACKUP • Economie d’énergie – allumage et extinction automatique avec vos serveurs ou PC• Livré avec 10 licences NovaBACKUP Business Essentials et 1 licence caméra IP TeraStation 5200 – 2 baies TeraStation 5400 – 4 baies TeraStation 5400r – 4 baies rack 1U TeraStation 5600 – 6 baies TeraStation 5800 – 8 baies TeraStation 7120r – 12 baies rack 2U• Possibilité de gérer plusieurs TeraStation d’une seule interface• WebAccess – accès à distance à vos données via PC, Mac, iPhone , iPad , Android , WindowsPhone• Redondance RAID• Hot Swap, Hot Spare et Mirroring• Active Directory, disk quota, NAS et iSCSI en simultané• Garantie 3 ans• Les TeraStation sont livrées soit vides, soit avec disques durs, testés, installés et garantis (échange sous 24h si commandé avant midi) www.buffalo-technology.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 1E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 2-3E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 4-5E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 6-7E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 8-9E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 10-11E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 12-13E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 14-15E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 16-17E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 18-19E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 20-21E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 22-23E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 24-25E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 26-27E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 28-29E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 30-31E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 32-33E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 34-35E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 36-37E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 38-39E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 40-41E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 42-43E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 44-45E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 46-47E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 48-49E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 50-51E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 52-53E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 54-55E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 56-57E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 58-59E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 60-61E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 62-63E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 64-65E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 66-67E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 68-69E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 70-71E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 72-73E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 74-75E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 76-77E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 78-79E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 80-81E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 82-83E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 84-85E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 86-87E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 88-89E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 90-91E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 92-93E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 94-95E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 96-97E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 98-99E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 100-101E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 102-103E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 104-105E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 106-107E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 108-109E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 110-111E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 112-113E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 114-115E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 116-117E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 118-119E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 120-121E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 122-123E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 124-125E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 126-127E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 128-129E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 130-131E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 132-133E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 134-135E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 136-137E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 138-139E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 140-141E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 142-143E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 144-145E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 146-147E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 148-149E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 150-151E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 152-153E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 154-155E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 156-157E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 158-159E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 160-161E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 162-163E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 164-165E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 166-167E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 168-169E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 170-171E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 172-173E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 174-175E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 176-177E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 178-179E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 180-181E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 182-183E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 184-185E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 186-187E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 188-189E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 190-191E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 192-193E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 194-195E.D.I. numéro 25 février 2013 Page 196