E.D.I. n°24 déc 2012/jan 2013
E.D.I. n°24 déc 2012/jan 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de déc 2012/jan 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 110

  • Taille du fichier PDF : 16,3 Mo

  • Dans ce numéro : L'impression veut retrouver des couleurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
Entretien FRÉDÉRIC MATHIOT Directeur de la stratégie de Computacenter France « IL RESTE DE LA PLACE POUR L’INDIRECT » Un an après l’acquisition de Top Info, le nouveau Computacenter France est en ordre de marche. Sa feuille de route, optimiste et ambitieuse, tranche résolument avec la morosité du marché. L’E.D.I. : Entre SSII, SSDI et distributeur, quel terme définirait au mieux votre coeur de métier ? Frédéric Mathiot : Peut-être, tout simplement, « fournisseur de solutions d’infrastructures ». Certes, nous proposons des actifs numériques. Mais il ne faut pas oublier toute la partie services. En revanche, nous ne faisons pas de maintenance applicative, et nous ne souhaitons pas en faire. Nous ne sommes pas une SSII au sens strict du terme. Reste que la distribution constitue une vraie prestation de services : c’est un service client. La distribution est capable de fournir du service au même titre qu’une SSII. L’E.D.I. : L’intégration de Top Info est-elle désormais achevée ? F.M. : Si cette acquisition était à refaire, nous la referions ! Un succès, donc. Au total, 2011 et 2012 ont été des années d’investissement. Aujourd’hui, on a un marché volume qui est certes « flat » ou en légère décroissance, mais qui reste indispensable car il consolide notre lien avec les solutions qui touchent à l’utilisateur final. Nous avons ensuite une activité valeur, où l’on investit fortement afin de développer des offres, des compétences et de l’expertise. Le cloud computing est un bon exemple : c’est beaucoup de verbatim, mais les entreprises s’y préparent. Du coup, la tendance à la décroissance du volume sera compensée par la progression de la valeur. Même si, pour le moment, le chiffre réalisé sur le volume est encore de 80%, contre 20% seulement pour la valeur. Il faut enfin signaler notre activité services, notamment dans le conseil technologique et le management de projets. Là encore, on est bien dans la valeur. L’E.D.I. : Ces mouvements ont-ils modifié votre implantation géographique ? F.M. : Nos locaux n’ont déménagé que de quelques centaines de mètres, puisque nous sommes toujours à Paris Nord II Roissy. En revanche, la partie logistique a été regroupée à Gonesse, en banlieue nord. Cette activité, essentielle pour nous, comprend l’entreposage et le centre de préparation. Les visiteurs intéressés y voient aussi bien les technologies que les différents processus, sans oublier les certifications ou les opérations non polluantes. Il est important de montrer à nos interlocuteurs des réalisations concrètes. 46 EDI n°24/Décembre 2012 - Janvier 2013 Bio express Cet ingénieur Esigelec (Génie électrique option informatique) a effectué une bonne partie de sa carrière dans le milieu des SSII. Chez Computacenter France, il a donc apporté son expérience du conseil et du service, largement enrichie par les problématiques voisines de la distribution. Son rôle ? À la fois tactique et stratégique : il explore les axes de développement susceptibles d’accroître la valeur ajoutée de son groupe. Vaste programme qui permet à Frédéric Mathiot de toucher à tout dans l’entreprise, et d’infléchir les choix stratégiques. Propos recueillis par Pierre-Antoine Merlin L’E.D.I. : La conjoncture IT actuelle menace-t-elle le channel ? F.M. : Non. Il reste de la place pour l’indirect. D’abord la plupart des solutions sont composites, et les clients ne veulent pas gérer eux-mêmes cette hétérogénéité. Tout est complexe et, à l’arrivée, cela revient plus cher. Le channel est donc là pour prendre le relais. Certes, le revendeur prend une marge, mais celle-ci est largement compensée par les avantages du « multisourcing ». Ensuite, cela fait 25 ans que j’entends parler de la mort du channel ! Alors oui, ce dernier a un peu réduit, à en juger par le nombre total d’acteurs. Mais son chiffre d’affaires global est stable. Enfin, les clients n’achètent plus en volume mais en « just-in-time » et privilégient le prêt à l’emploi. Ils savent qu’en s’affranchissant du channel, la personnalisation de leurs solutions sera moins « poussée ». L’E.D.I. : Est-ce à dire que vous êtes optimiste ? F.M. : Oui et non. Les conditions de paiement se dégradent. On était payé à soixante jours, mais les délais s’allongent. C’est la guerre du cash ! Cela dit, je ne crois pas à une récession dans l’IT comme en 2009. Néanmoins cela va être très difficile pour les acteurs moyens, notamment ceux qui le sont aussi en valeur. Mieux vaut être gros, ou alors spécialisé dans une niche lucrative. Les acteurs moyens généralistes ont du souci à se faire. L’E.D.I. : Quelles sont vos priorités business pour 2013 ? F.M. : Après deux d’investissement, nous abordons l’année avec l’objectif d’assurer le plus rigoureusement possible la qualité de service. Celle-ci englobera les SLA (Service Level Agreements), le respect des engagements, la maîtrise de la logistique du dernier kilomètre, et d’une façon générale tout ce qui s‘apparente à l’excellence opérationnelle. A priori, donc, pas d’opération de croissance externe en perspective. Mais si une bonne opportunité se profile, on saura la saisir. ●
Word Ex cel Suites Office PowerPoint OneNote Outlook Publisher Ac cess Lync lnfopath Fam11Je et Petite Entreprise 2013• Professionn2013• Office Web Apps Disponible depuiS SkyDrive Standard 2013• Professional Plus 2013 Ingram Micro recommande res logiciels Microsoft8 Ingram Micro Carrefour de l’europe 59812 LESQUIN Tél : 0 825 825 825 www.ingrammicro.fr• Disponible au premier trimestre 2013 Office



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 1E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 2-3E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 4-5E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 6-7E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 8-9E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 10-11E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 12-13E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 14-15E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 16-17E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 18-19E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 20-21E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 22-23E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 24-25E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 26-27E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 28-29E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 30-31E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 32-33E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 34-35E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 36-37E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 38-39E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 40-41E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 42-43E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 44-45E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 46-47E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 48-49E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 50-51E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 52-53E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 54-55E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 56-57E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 58-59E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 60-61E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 62-63E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 64-65E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 66-67E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 68-69E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 70-71E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 72-73E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 74-75E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 76-77E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 78-79E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 80-81E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 82-83E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 84-85E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 86-87E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 88-89E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 90-91E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 92-93E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 94-95E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 96-97E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 98-99E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 100-101E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 102-103E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 104-105E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 106-107E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 108-109E.D.I. numéro 24 déc 2012/jan 2013 Page 110