E.D.I. n°21 septembre 2012
E.D.I. n°21 septembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de septembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 50,0 Mo

  • Dans ce numéro : Dossier opérateurs télécoms

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 78 - 79  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
78 79
78 EDI n°21/Septembre 2012 Techno & solutions DÉFINITIONS ET PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT HPC : RÊVE DE CHERCHEUR Le High Performance Computing (HPC), n’est pas une lubie de scientifiques éthérés. C’est d’abord un haut lieu de la recherche appliquée. Ensuite, voici un vivier d’opportunités pour les VAR, les SSII et les gros intégrateurs spécialisés. Sous l’effet conjugué de la miniaturisation des objets, et de la bataille à la puissance informatique, les supercalculateurs ont perdu de leur superbe. L’emballement du grand public, et – dans une moindre mesure – des spécialistes pour ces magnifiques chevaux de course a diminué. À leur place, on a vu fleurir, dans les campagnes et maintenant dans les villes, des « fermes de données ». Les voilà appelées « fermes de serveurs », puis « centres de données », et aujourd’hui « data centers ». Du coup, une certaine confusion s’installe. « Les gens ont tendance à confondre supercalculateurs et data centers », observe Bernard Lecanu, chairman de la European Data Centre Association (Eudca). « Bien sûr que les deux ont un lien, ABÉCÉDAIRE, POUR Y VOIR CLAIR Big Data Techniques nécessaires pour exploiter d’énormes volumes de données. Le big data est un concept qui peut justifier le recours au calcul haute performance. Linux On le dit rarement, mais Linux, le logiciel libre est, de loin, le type de programme le plus utilisé pour exploiter les supercalculateurs. Ainsi, Linux équipe environ 89% des machines les plus puissantes de la planète. À la réflexion, ce phénomène est logique : l’univers de la recherche de haut niveau, qui a donné naissance au « libre », est le même que celui qui pousse au développement de la puissance informatique. Loi d’Amdahl Dans les années 1980 et 1990, Amdahl fut un constructeur réputé de très gros ordinateurs, avant de mourir dans l’indifférence générale après une opération capitalistique malencontreuse. Son fondateur, Gene Amdahl, a formulé naguère une observation qualifiée de « loi » – au sens de la loi de Moore bien sûr. Cette constante, dont la pertinence est avérée, exprime le gain de performance que l’on peut attendre d’un ordinateur lorsqu’on améliore un seul élément de sa performance. Simulation numérique Devenue un outil essentiel de la recherche scientifique, celui de la puissance informatique. Mais ce n’est quand même pas la même chose. C’est un peu comme si on mettait sur le même pied la haute disponibilité de Telecity, et celle de l’accélérateur de particules du Cern. » Sous son apparence technologique et industrielle, c’est l’un des buts essentiels du HPC. Elle remplace des expériences qui ne peuvent être menées en laboratoire du fait de leur dangerosité (accidents), leur durée (climatologie), leur caractère interdit ou inaccessible (astrophysique). Supercalculateur C’est un appareil conçu pour atteindre les plus hautes performances avec les technologies connues lors de sa conception, en particulier en termes de vitesse de calcul. C’est cette science des supercalculateurs, popularisé par Seymour Cray – fondateur du groupe éponyme – qui est appelée communément HPC (High Performance Computing). Par Pierre-Antoine Merlin plaisante, cette assertion explore le fond des choses. Le data center est un hangar qui abrite la puissance de calcul qui étanchera la soif des gourmands d’archivage, stockage mémoire, duplication, et autre stockage. En somme, le data center est à l’informatique ce que le château d’eau est à l’arrosage des sols et à l’hydratation des personnes. Vectoriel ou scalaire, à chacun selon ses besoins En revanche, le supercalculateur, lui, fournit des prestations de haute performance. Il touche aux enjeux de la simulation numérique et de la recherche. « On s’intéresse ici aux questions relatives à la biologie et au domaine de la connaissance », confirme Jack Pouchet, Director Energy Initiatives d’Emerson Network Power. Dans ce secteur crucial, Bruno Lecointe, Head Western Europe Team & Sales Manager chez Nec - High Performance Computing Europe (HPC),
Techno & solutions OU ELDORADO DES VAR ? Malgré la complexité des dispositifs, les revendeurs saisissent des débouchés avec ou sans accompagnement. est devenu une personne ressource. Les supercalculateurs, selon lui, se divisent en deux catégories : ceux – fondés sur une approche vectorielle – sont le plus souvent « propriétaires » ; les autres, qui privilégient une approche scalaire, peuvent être d’origine Intel, AMD ou encore IBM. « Dans les deux cas, il s’agit d’une politique de niche, dotée d’une constante : la course à la vélocité », explique Bruno Lecointe. Quand le constructeur se fait revendeur Y a-t-il place pour les revendeurs ? Malgré la complexité des dispositifs, ce spécialiste est plutôt positif. « On travaille à la fois en mode direct et en mode indirect. Parfois, le VAR décroche une affaire, mais il manque quelquefois de temps ou de capacité technique pour la prendre en charge. Alors, Nec intervient avec lui, chez le client. » Autrement dit, on réussit toujours à s’arranger, et à l’arrivée, chacun y trouve son compte : le fournisseur, l’intermédiaire La médaille d’or 2012 de la rapidité a été gagnée par le modèle Sequoia d’IBM. et le client. Le marché du HPC est si attrayant que des fabricants d’ordinateurs – aucunement spécialisés dans ce segment – cherchent à le pénétrer. C’est le cas d’Acer, qui annonce son intention de se lancer dans la bataille via un accord de partenariat avec Altair. Aux termes de cet accord, le groupe présidé depuis peu par Jim Wong, devient « revendeur de PBS Professional, et développe ainsi des options pour les utilisateurs HPC ». Concrètement, l’intégration Acer-Altair « offre une nouvelle option aux consommateurs de haute performance ayant besoin de systèmes robustes, extensibles et haut de gamme afin de soutenir leur travail à calcul Pour en savoir plus… Le calcul à haute performance pourrait intéresser les éditeurs, pour une publication pédagogique à l’usage du grand public, par exemple. Ce n’est pas le cas. Il existe, certes, un ouvrage de la collection Pour les Nuls aux États-Unis, logiquement intitulé High Performance Computing for Dummies. Mais apparemment, ce livre n’a pas (encore ?) été traduit en français. Toujours dans la langue de Shakespeare (si l’on peut dire), un spécialiste britannique du domaine tient quotidiennement un blog tr ès suivi, à la fois technique, pédagogique et participatif. Passionnant pour qui s’intéresse à cette discipline. Une seule réserve : le design n’est pas très attrayant. Peut-être est-ce lié au sujet, aride entre tous ? En tout cas, le lecteur se reportera avec profit à ce High Performance Computing Blog, gratuitement accessible à www.hpcnotes.com. Enfin, un magazine spécialisé a récemment fait son apparition sur le marché français. Son nom : PCM (Parallel Computing Mag). Il se focalise sur les grandes annonces du calcul parallèle, et privilégie une vision stratégique des professionnels du secteur. Situé à l’avant-garde de la technique, il se veut accessible au public francophone, mais sa p agination est pour le moment assez succincte. Une initiative à encourager. La vitesse augmente chaque année 2012 IBM modèle Sequoia 2011 Fujitsu modèle K Computer 2010 NUDT modèle Tianhe-1A 2009 Cray modèle Jaguar 2008 IBM modèle Roadrunner Parmi les habitués au record de vélocité dans le traitement de l’information, IBM retrouve, cette année, la première marche du podium après quatre ans d’absence. À noter que l’anagramme NUDT – lauréat 2010 – qui signifie National University of Defense Technology désigne un organisme officiel chinois. Source : The Wall Street Journal. intensif », déclare Bill Nitzberg, Chief Technology Officer for PBS Works chez Altair. Coïncidence ? Lors du salon Datacentres, qui s’est tenu en mai dernier à Nice, Philippe Diez, vice-président pour la France, le Bénélux et l’Afrique francophone de Schneider Electric, a témoigné dans le même sens. Sous la pression des usages, les data centers font du HPC Pour lui, « il faut des calculateurs de plus en plus puissants capables de répondre aux besoins des gens en termes de santé, par exemple. C’est déjà le cas dans les hôpitaux. Regardez les techniques de haute densité : les data centers sont amenés à faire du HPC ». Évidemment, les supercalculateurs et les data centers ne sont pas solubles les uns dans les autres. Mais l’irruption du village planétaire, la numérisation du monde, en un mot l’avènement programmé de la prise universelle, sont autant de vecteurs qui réduisent inéluctablement à peau de chagrin la distance qui sépare les techniques des usages. Du grain à moudre, donc, pour un channel toujours en quête de nouveaux débouchés à explorer. ● EDI n°21/Septembre 2012 79



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 1E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 2-3E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 4-5E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 6-7E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 8-9E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 10-11E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 12-13E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 14-15E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 16-17E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 18-19E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 20-21E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 22-23E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 24-25E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 26-27E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 28-29E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 30-31E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 32-33E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 34-35E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 36-37E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 38-39E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 40-41E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 42-43E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 44-45E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 46-47E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 48-49E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 50-51E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 52-53E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 54-55E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 56-57E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 58-59E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 60-61E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 62-63E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 64-65E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 66-67E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 68-69E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 70-71E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 72-73E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 74-75E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 76-77E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 78-79E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 80-81E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 82-83E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 84-85E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 86-87E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 88-89E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 90-91E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 92-93E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 94-95E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 96-97E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 98-99E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 100-101E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 102-103E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 104-105E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 106-107E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 108-109E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 110-111E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 112-113E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 114-115E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 116-117E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 118-119E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 120-121E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 122-123E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 124-125E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 126-127E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 128-129E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 130-131E.D.I. numéro 21 septembre 2012 Page 132