E.D.I. n°18 mai 2012
E.D.I. n°18 mai 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de mai 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 36,0 Mo

  • Dans ce numéro : Stop aux attaques ! Les nouveaux enjeux de la sécurité

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
12 EDI n°18/Mai 2012 Actus produits COMPOSANT Xeon E5, la nouvelle référence pour les serveurs Reposant sur l’architecture Sandy Bridge E, les nouveaux processeurs Intel Xeon E5 formeront le cœur de l’architecture des futurs data centers. Leurs performances éprouvées confirment leur belle capacité à rassasier des serveurs gourmands. Au cours du Cebit et parallèlement à une conférence parisienne à laquelle nous avons pu assister, Intel a dévoilé les détails de son nouveau processeur destiné au marché des serveurs, le Xeon E5-2600. Un produit dont on connaissait les grandes lignes depuis l’IDF de septembre 2011 et qui se présente comme la nouvelle plaque tournante destinée à équiper les serveurs au sein des data centers. Comme souvent lorsqu’il s’agit d’un nouveau processeur, les performances ont été mises en avant. Selon Bernadette Andrietti, directrice des ventes EMEA chez Intel, « le Xeon E5 offrira des performances jusqu’à 80% supérieures à celles qu’atteignait la génération précédente », tel le Xeon E5600 fondé sur l’architecture Westmere. Le Xeon E5 repose, de son côté, sur l’architecture Sandy Bridge E déclinée sur des CPU qu’on retrouve déjà dans les PC de bureau et les portables depuis plus d’un an et donc suffisamment mature pour intégrer des serveurs beaucoup plus exigeants. Le gain énergétique est de 50% environ Pas moins de 17 déclinaisons du Xeon E5-2600 sont ajoutées simultanément au catalogue du fondeur avec, selon les modèles, de 2 à 8 cœurs physiques – c’est-à-dire le double en termes de cœurs logiques grâce à la technologie HyperThreading – pour des fréquences variant de 1,8 GHz à 3,3 GHz. Comme c’est le cas pour la majorité des processeurs Intel, ces fréquences ne sont pas figées, pouvant être augmentées de façon indépendante Bernadette Andrietti, directrice des ventes EMEA chez Intel. de plusieurs centaines de mégahertz par le processeur lui-même (jusqu’à 3,8 GHz au maximum) via la technologie TurboBoost proposée ici en version 2.0. Sachant que cette augmentation de la fréquence impliquera une mise au repos d’une partie des cœurs non utilisés pour ne pas risquer la surchauffe du Xeon. En mode « serveur », le TDP qui correspond à la consommation typique du circuit, oscille entre 60 W et 135 W – elle peut monter à 150 W en mode station de travail. En comparaison avec la génération d’avant, cela représente un gain énergétique, mesuré en performance par watt, de l’ordre de 50%. Un ratio considérable pour une ferme de serveurs, d’autant qu’Intel a aussi amélioré deux fonctions essentielles de l’usage multiserveur : le Smart Data Center Management et l’Intel Node Manager. La première, plutôt analytique, permet de gérer l’historique de la consommation électrique d’un rack de serveurs tandis que l’autre, dynamique, répartit automatiquement les charges de travail entre les processeurs d’un même rack. Pour exploiter au mieux ces technologies, Intel a développé une bibliothèque d’API permettant d’optimiser les applications et systèmes d’exploitation aptes à en tirer parti. Un contrôleur PCI 3.0 directement intégré à la puce En termes d’architecture, les principaux changements concernent l’interfaçage entre les cœurs et le reste du circuit, avec une tendance toujours plus soutenue à la concentration. Ainsi, après avoir intégré depuis quelques années le northbridge au CPU, c’est cette fois au tour du contrôleur PCI Express de se placer directement au sein de la puce. « Cela réduira le temps de latence entre le processeur et les périphériques connectés de l’ordre de 30% », souligne Bernadette Andrietti, sachant qu’il s’agit d’une interface PCI Express 3.0 capable de gérer une vitesse maximale de 8 milliards de transferts par seconde (GTps) contre 5,6 GTps sur le Xeon 5600. Le contrôleur mémoire voit, lui aussi, ses performances augmenter. Le bus QPI (QuickPath Interconnect) qui gère les échanges entre les cœurs et la mémoire passe de 6,4 GTps à 8 GTps, tout en notant que la mémoire cache intégrée peut s’étendre à une capacité de 20 Mo. Quatre canaux mémoire sont désormais gérés, la capacité maximale adressable totalisant 768 Go. Les 17 Xeon E5 sont tous prévus pour des platesformes biprocesseurs. Mais on signalera les trois modèles pour cartes mères monoprocesseur avec des fréquences capables d’atteindre 3,6 GHz. Les tarifs : de 198 dollars l’unité pour un Xeon E5- 2 603 jusqu’à 2057 dollars pour le Xeon E5-2690. Dès le Cebit, la plupart des constructeurs (dont HP, Dell, IBM et Fujitsu) avaient annoncé dans la foulée d’Intel, des serveurs exploitant le nouveau Xeon. ● Le Primergy RX300 S7 de Fujitsu est l’un des premiers serveurs en rack à exploiter le Xeon E5.
Publireportage BIS et VERISTO Secure : Progiciels Hyperviseur et Superviseur En 2012, « l’EDI » et Bosch Security Systems France vous proposent de découvrir leurs gammes. Le premier reportage de janvier mettait en avant la gamme vidéosurveillance. Nous vous présentons ce mois-ci les produits de Contrôle d’Accès mais aussi les logiciels de gestion de site VERISTO Secure et BIS. Bosch Security Systems, fabricant reconnu sur le marché de la sécurité, a pour ambition en tant que constructeur, l’intégration de ses principales gammes de produits en créant une offre toujours plus complète et surtout ouverte vers les autres acteurs de la profession. Avec l’arrivée des logiciels BIS et VERISTO Secure le défi a été relevé. BIS : un hyperviseur haut de gamme et évolutif « Building Integration System » est un hyperviseur puissant permettant la gestion et la surveillance de site en intégrant le contrôle des accès BIS AlarmLocmap interprète les remontées d’alarmes sur des plans graphiques. Acces Modular Controller AMC, de la vidéo, des alarmes intrusion MAP 5000/4000 et de la sonorisation avec Praesideo de la marque Bosch, mais aussi l’intégration de produits de fournisseurs autres. Sa flexibilité permet l’intégration d’informations techniques telles que les systèmes de Gestion Technique du Bâtiment. BIS s’appuie sur le protocole de communication ouvert OPC, lui permettant l’ouverture vers le monde de l’intégration. BIS interprète les remontées d’alarmes directement sur des plans graphiques tout en transmettant, selon des scénarios définis les informations au contrôle d’accès en place. L’objectif final est atteint car le contrôle de l’ensemble du système peut être fait d’un seul et même poste. Paulo Araujo, chef de produit Intrusion et Systèmes, nous informe aussi de la sortie ce mois-ci de la nouvelle version de BIS avec l’intégration de la vidéo Full HD et de l’IVA dans les caméras Bosch. Cette intégration démontre la volonté de Bosch de faire évoluer son hyperviseur vers un marché ouvert et en plein développement. VERISTO Secure : un superviseur simple et efficace VERISTO Secure est un superviseur dédié aux produits d’accès, d’intrusion et vidéo - surveillance de Bosch Security Systems. Ce superviseur vous permet une intégration plus simple tout en maintenant un niveau de sécurité optimale relevant de la marque Bosch. Le superviseur supporte les derniers outils informatiques tels Windows 7, Windows Server 2008. VERISTO est un superviseur dédié aux produits d’accès, d’intrusion et de vidéosurveillance. VERISTO offre une Interface Homme/Machine (IHM) conviviale de tous les systèmes de sécurité pour l’opérateur. VERISTO Secure s’appuie sur des « plug-ins » permettant à l’intégrateur de personnaliser des fonctions en y apportant sa valeur ajoutée. VERISTO Secure sera disponible en septembre 2012. Une division unique pour les logiciels On l’aura compris, BIS et VERISTO Secure constituent, à eux seuls, le fer de lance de Bosch Security Systems dans l’offre de logiciels de contrôle d’accès et d’intrusion. Pour chapeauter l’ensemble de ces activités, une division a été récemment créée, baptisée ESS (Engineered Solutions and Software). Son rôle est d’harmoniser l’identité visuelle et fonctionnelle des produits, et d’en favoriser l’ergonomie et l’interopérabilité. « Cette initiative était indispensable pour plusieurs raisons », explique Paulo Araujo. Fédérer autant que possible les gammes de produits, renforcer et de rendre plus visible encore, aux yeux de tous, cet esprit de famille Bosch qui fait notre marque de fabrique : « Bosch des technologies pour la vie. » Notre prochain volet traitera de BVMS, Bosch Vidéo Management System ONVIF. Cette solution, directement pilotée par BIS, offre à l’utilisateur professionnel l’avantage d’une interface unique. ● VERISTO offre une Interface Homme/Machine conviviale de tous les systèmes de sécurité pour l’opérateur. EDI n°18/Mai 2012 - Publireportage 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 1E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 2-3E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 4-5E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 6-7E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 8-9E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 10-11E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 12-13E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 14-15E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 16-17E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 18-19E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 20-21E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 22-23E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 24-25E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 26-27E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 28-29E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 30-31E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 32-33E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 34-35E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 36-37E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 38-39E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 40-41E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 42-43E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 44-45E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 46-47E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 48-49E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 50-51E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 52-53E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 54-55E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 56-57E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 58-59E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 60-61E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 62-63E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 64-65E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 66-67E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 68-69E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 70-71E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 72-73E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 74-75E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 76-77E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 78-79E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 80-81E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 82-83E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 84-85E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 86-87E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 88-89E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 90-91E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 92-93E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 94-95E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 96-97E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 98-99E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 100-101E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 102-103E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 104-105E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 106-107E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 108-109E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 110-111E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 112-113E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 114-115E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 116-117E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 118-119E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 120-121E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 122-123E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 124-125E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 126-127E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 128-129E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 130-131E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 132-133E.D.I. numéro 18 mai 2012 Page 134