E.D.I. n°17 avril 2012
E.D.I. n°17 avril 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de avril 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 116

  • Taille du fichier PDF : 38,7 Mo

  • Dans ce numéro : La distribution IT à l'heure de la vente 2.0

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 80 - 81  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
80 81
80 EDI n°17/Avril 2012 Cas client QUALITÉ DE SERVICE KALIDEA RÉPARTIT LA CHARGE POUR ATTEINDRE LE 100% DISPONIBLE Répondre rapidement à des milliers de requêtes, c’est le défi que doit relever une e-boutique comme Kalidea. Même dans les périodes de pointe de trafic. Lorsqu’on compte parmi ses clients 5 000 comités d’entreprises qui emploient de 50 à 35 000 salariés – au total 6 millions de bénéficiaires –, on imagine aisément le trafic absorbé par le site web de Kalidea (ex-CanalCE), le spécialiste des services auxC. E., surtout en période de fêtes. Pour y faire face, Kalidea a pris deux résolutions : d’abord, se doter d’un répartiteur de charge ; ensuite, passer à la location-hébergement de ses serveurs auprès de RMI Informatique. Tous ses services sont hébergés sur trois nœuds Hyper-V situés – sécurité oblige – dans deux salles distinctes. « Pour distribuer le trafic entre ces fermes, RMI Informatique, notre partenaire, nous a conseillé d’installer deux répartiteurs de charge ALOHA [Application Level Optimization & High Availability] d’Exceliance, placés dans un même rack 1U, explique Philippe de Guis, le directeur technique. L’un prend en charge notre e-boutique, et l’autre, les sites web de nos clients. Grâce à eux, notre taux de disponibilité atteint 99,9%. » Plus besoin de deux autres frontaux web pour les fêtes La solution a fait ses preuves lors de fêtes de fin d’année 2001. « En temps normal, on utilisait quatre frontaux web mais en période des fêtes, j’en ajoutais deux, précise Philippe de Guis. Cette fois, je n’en ai pas eu besoin, sans perte de qualité de service. » Une solution qui représente un investissement de 16 000 euros. « Il se justifie largement par les gains en matériels et en ressources », estime Philippe de Guis. Cependant, tout le trafic ne passe pas par ces répartiteurs de charge. Ainsi, les services informatiques pour le marketing que propose Kalidea à des partenaires sont hébergés sur des serveurs Windows 2008 R2, et la répartition de charges est assurée par le mécanisme TS Session Broker. « C’est un système assez basique, cependant suffisant pour ce genre de prestation. » Mais les choses ne sont sans doute pas figées. Avec la virtualisation, plus de souci de renouvellement L’autre disposition pour contenir la montée en puissance du trafic, est d’opter pour la virtualisation et l’hébergement. Une mesure qui revient à 5 000 euros mensuels environ. Elle permet de s’affranchir de l’investissement en matériel. Philippe de Guis y voit un autre avantage. « Lorsqu’on fait face « LE RÉPARTITEUR DE CHARGE FAVORISE LA HAUTE DISPONIBILITÉ » Jean-Christophe Bertrand, directeur technique adjoint de RMI-Adista L’un des deux répartiteurs de charge ALOHA (Application Level Optimization & High Availability) d’Exceliance est affecté à la boutique électronique, tandis que l’autre est dédié aux sites web des clients de Kalidea. à un parc hétérogène, on est freiné par les ressources des équipements les moins performants qu’il faut renouveler. Avec la formule de la location, on s’affranchit de ce souci. » Kalidea compte d’ailleurs poursuivre sur sa lancée : à ce jour 95% de l’informatique est infogérée, mais elle le sera à 100% l’été prochain. ● Le répartiteur de charge est un outil clé pour fournir de la haut e disponibilité aux sites web. Il permet notamment d’absorber plus facilement les pointes de trafic, ce qui ne manque pas d’arriver sur les sites de e-commerce, comme ceux de Kalidea à l’instar de tout fournisseur saisonnier. Nous y avons installé un répartiteur de charge ALOHA d’Exceliance qui répond exactement aux besoins de l’entreprise en termes de fonctions et de performances. De plus, Exceliance accompagne ses clients, en réalisant des adaptations et des développements spécifiques. Placé en frontal des fermes de serveurs, le répartiteur de charge distribue le trafic entre ces derniers : c’est son travail de base. Mais son rôle va au-delà : il sert également de serveur proxy. C’est lui qui reçoit les requêtes des internautes et cherche les réponses auprès de serveurs. Il libère ainsi ces derniers des tâches de traitement proprement dites des requêtes et du maintien des sessions gourmandes en r essources pour lesquelles les serveurs n’ont pas été conçus. C’est pourquoi ils sont si vulnérables aux attaques de type DoS. Le répartiteur est lui, au contraire, taillé pour cela et résiste beaucoup mieux. Il constitue donc un rempart contre ce type d’attaque, qu’il peut canaliser.
Nos avaNtages Protect Notre the business growth of your business c’est de sécuriser le vôtre ! with ESET security solutions avec les solutions Anti-Menaces ESET ESET a reçu le plus grand nombre de récompenses "Advanced +" lors des tests rétrospectifs AV-comparatives. ESET détient le record de récompenses décernées par le laboratoire Virus Bulletin depuis 1998. 120 millions d’utilisateurs nous font déjà confiance. Les plus grandes entreprises industrielles ont choisi ESET NOD32. Une solution de sécurité ultra légère, sans impact sur les performances. Compatible avec tous les systèmes, mêmes anciens. Gestion du parc informatique via une console d’administration unique. www.eset.com/fr ANTIVIRUS | ANTISPYWARE | FIREWALL | ANTISPAM | ADMINISTRATION cENTRALISEE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 1E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 2-3E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 4-5E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 6-7E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 8-9E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 10-11E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 12-13E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 14-15E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 16-17E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 18-19E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 20-21E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 22-23E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 24-25E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 26-27E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 28-29E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 30-31E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 32-33E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 34-35E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 36-37E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 38-39E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 40-41E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 42-43E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 44-45E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 46-47E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 48-49E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 50-51E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 52-53E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 54-55E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 56-57E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 58-59E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 60-61E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 62-63E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 64-65E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 66-67E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 68-69E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 70-71E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 72-73E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 74-75E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 76-77E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 78-79E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 80-81E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 82-83E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 84-85E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 86-87E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 88-89E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 90-91E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 92-93E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 94-95E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 96-97E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 98-99E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 100-101E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 102-103E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 104-105E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 106-107E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 108-109E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 110-111E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 112-113E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 114-115E.D.I. numéro 17 avril 2012 Page 116